• 1 heure avant l'écroulement de l'Occident

    J'allais dîner quand l'idée de ce texte m'est venu...

     
    What do you want to do ?
    New mail

    La pensée unique détruit l’imperium occidental

    Christian d’Alayer, 31 août 2020

     

     

    Imaginez un chercheur tout neuf en matière climatique. Tout frais diplômé de je ne sais quelle université, il est recruté à l’Institut nationale de recherche agronomique dans un service chargé de renseigner les agriculteurs français sur les futurs climats de leur région propre. Le gamin, 23 ans et toutes ses dents, va remplacer un « vieux » de 61 ans qu’on pousse à la retraite parce qu’il coûte trop cher. Ledit vieux est habitué à des climats allant de tempérés à demi sec et reste prudent sur le changement climatique dont il ne peut toutefois pas nier quelques évidences. Dont la fonte des glaciers…

    Le jeune, lui, a été biberonné au lait du GIEC : pour lui, le réchauffement climatique est une évidence et il est le fait de l’homme : tant qu’il ne verra pas d’amélioration du côté des émissions de CO2 chinoises, indiennes et américaines, le réchauffement s’accentuera. Point barre ! Il va donc suggérer aux vignerons français, les seuls agriculteurs hexagonaux qui règnent encore en maître sur la planète Terre, de s’adapter au « changement climatique » en faisant pousser des ceps plus tolérant à la chaleur et la sécheresse. Ce qu’ils ont d’ailleurs commencé à faire avec des vins qui ressemblent de plus en plus aux vins italiens, espagnols, australiens, sudafricains et j’en passe. Avec des souches de ceps traficotés par l’INRA et les grands instituts œnologiques français : les vins hexagonaux restent en tête mais les quantités exportées reculent déjà pas mal. Au point d’obliger les vignerons à baisser leurs prix !

    Ca, c’était avant même l’arrivée de notre jeune climatologue : l’avenir sera donc pire puisque ses prévisions seront toujours plus dramatiques les unes que les autres. Nos vignerons, à l’exception des Bourguignons protégés par un vieil édit de Charles le Téméraire (ils n’ont droit qu’au Pinot noir en vin rouge et qu’au Chardonnay en vin blanc et respectent donc le terroir), vont donc progressivement rapprocher leurs produits de ceux des pays plus sudistes. Tous ayant déjà en pratique de gommer les années au profit de la continuité du goût : ce qu’on appelle le processus « Coca-Cola » La conséquence est prévisible : ne survivront demain que ceux qui produiront bon à moindre coût. Enfin, quand je dis « bon », ça veut dire acceptable…

    Imaginez maintenant que le réchauffement s’inverse car dû non aux hommes mais aux rayonnements cosmiques dont solaires : nos vignerons, jadis impériaux, auront oublié jusqu’aux ceps originaux qui avaient fait leur renommée.

    Passons maintenant à l’éducation de nos élites. Théoriquement, dans notre pays, elles sont détectées très jeunes et « poussées » par les professeurs et les familles aisées. Déjà, dans le passé, la réussite scolaire était surtout fondée sur la mémoire bien plus que sur les capacités de raisonnement. Pour une raison très simple : pour raisonner, il faut avoir des connaissances. Donc de la mémoire préalable… Ce phénomène est déjà erroné car on sait maintenant avec certitude que la capacité d’agir après raisonnement s’apprend plus hors scolarité. C’est le fameux « apprentissage de la rue », les hommes et femmes politiques arrivés au sommet devant plus à leur caractère qu’à leur savoir. C’est toute la différence entre un Pasqua à l’Intérieur et tous ses successeurs énarques sans exception ! La hargne n’a rien à voir avec la mémoire…

    Face à cela, que constatons-nous : tout bêtement, tout connement, le « consensus » imposé aux élèves. Vous êtes dedans, aucun problème. Vous n’y êtes pas, vous êtes éjecté. Car aucun professeur français aujourd’hui, et je souligne le mot aucun, ne sort du consensus. Pour la crème de la crème, le cursus « Sciences-Po Paris/ENA », le consensus est d’ailleurs protégé par le sommet des examens, le « Grand Oral » Qui permet de vérifier en direct si le candidat est politiquement correct.

    Et voilà comment on a fabriqué, des siècles durant, des élites incapables de réfléchir par elles-mêmes et donc d’innover. La société française est exemplaire à cet égard et je vous invite à rechercher chez nous un véritable écrivain du niveau de ceux du 19e siècle (formé encore du temps de la royauté) et de la première moitié du 20e siècle (formé par leurs prédécesseurs directs) : aujourd’hui, les sociétés d’édition vivent sur les bandes dessinées, les polars et les traductions d’écrivains étrangers.

    L’écriture est un vrai marqueur de l’innovation car elle n’a pas de limite imaginative : la création est totale. Quand elle est réellement créative, ce qui n’est pas le cas chez nous depuis belle lurette : je ne lis plus de roman hors quelques romans américains. Leur marché est si vaste qu’il peut encore rentabiliser un Tom Wolf. J’ai lu encore Salman Rushdie, un immense écrivain encore plus intense que Rabelais mais il n’est plus traduit en français : nos Musulmans radicaux le détestent, donc nos éditeurs s’abstiennent. Lesquels ne savent pas, uniquement intéressés par l’argent, que si nous, les vieux, délaissons les librairies, c’est parce que nous avons beaucoup lu et n’aimons pas les mauvais « remakes » Ce qu’ils ne savent plus qu’éditer !

    L’écriture mérite mieux que des financiers et des commerciaux incultes. Or il n’y a plus que ça. Donc notre jeune climatologue ne peut même pas s’améliorer, donc revoir ses préjugés par la lecture. Il est « formaté » définitivement. Je pourrais multiplier les exemples mais ces deux là suffisent pour un texte que je veux court (sinon les lecteurs modernes me lâcheront en route) Et vous comprenez bien alors, sur ces deux exemples, pourquoi l’Occident « politiquement correct » est condamné : il est incapable de changer et de redevenir conquérant.

    Il aurait pu « vendre » au monde ce que ses Anciens ont inventé, la justice sociale, l’équilibre des pouvoirs, le respect du goût, le vrai respect de la nature (qui n’a rien à voir avec l’écologie politique), la concurrence équilibrée, etc. Tout au contraire, lancé sur un élitisme débile, il s’est concentré sur le fric. Tout le contraire des enseignements de nos ancêtres. Cet Occident est donc fini, « Kaput » d’ores et déjà. Je le vois mourir sans regret, à l’exception du fait que je m’ennuie profondément face à cette mort assurée. Pourquoi même lutter contre les crétins (et je suis gentil !) excessifs de tous bords qui vont le détruire plus rapidement face à l’inertie des masses ?! J’aime le Monde pourtant, j’aime les Humains. Mais quand vous vivez dans un endroit sans espoir, vous ne pensez qu’à disparaître. Si, encore, pouvais-je penser que mes écrits serviraient à quelque chose. Mais l’exemple de la Côte d’Ivoire (notamment) m’a convaincu du contraire : l’ignominie française dans cette affaire (Ouattara n’avait été que 3e au 1er tour en 2010 et avait perdu au 2e tour) ne fut surmontée que par l’absence de preuves au procès de Gbagbo. Le réel président élu viré comme un malpropre par l’armée française ne commence à retrouver sa dignité et son aura auprès de ses compatriotes que parce que son camp l’a toujours soutenu et parce que son accusatrice fut d’une nullité fabuleuse en dépit du soutien français. Pas du fait de mes écrits ! De même suis-je intervenu dans le début de guerre civile entre Yaoundé et le Sud Cameroun anglophone. Mais les « Ambazoniens » (nom que ce sont donnés les rebelles dès que du pétrole fut trouvé chez eux) n’ont été vaincus (ils n’existent plus que comme terroristes) que par l’armée camerounaise. Pas par mes écrits qui n’ont d’ailleurs et en plus pas empêché les disputes tribales de repartir de plus belle dans l’un des pays africains que je préfère du fait, justement, de son mélange des cultures, actuellement plus que contrarié.

    Mais même si ces gens se tapent dessus en me signifiant que je ne suis rien, au moins débattent-ils. Ce que nous, Occidentaux, ne savons plus faire sauf quand un non consensuel arrive au pouvoir : alors nos élites sortent de la démocratie pour le démolir. La démocratie, elles s’en foutent royalement. Elles ont ainsi pris le contrôle de tous les médias qui comptent pour imposer leur tout-fric sous le couvert du politiquement correct. Et elles ont tenté à deux reprises quand même « d’empêcher » Donald Trump. Qui ne bénéficie aujourd’hui d’aucun média, même pas Fox News, pour sa réélection ! Il s’agit bien d’une dictature occidentale du tout fric -et des élites sur le bas peuple- qui ne vit que de la torpeur imposée par le consumérisme…

    Vous l’acceptez, tant pis pour vous : vos enfants mangeront chinois dans un demi-siècle et ne se souviendront même plus de vos parents. Vous le refusez et vous acceptez alors de casser ce système, quoique vos « voix » vous disent de ne pas voter « facho » Car aujourd’hui, la gauche est morte, la droite est globalement consensuelle et seule l’extrême droite est clivante. Je voterai donc pour le plus clivant des candidats aux prochaines présidentielles, mais sans y croire : vu l’impact des grands médias audio-visuels, la masse s’abstiendra et le système sera reconduit, probablement avec un autre candidat « consensuel » que Macron.

     

    Comprenez-vous maintenant pourquoi je m’ennuie mortellement ?!!!

     
    What do you want to do ?
    New mail


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :