• 15- Entre l'enclume, le marteau et la bourse

    Pour une renaissance de l’humanisme<?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p></o:p>

    Article 15<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Entre l’enclume, le marteau et la bourse<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

    Dans mon dernier article, je me suis violemment élevé contre la « blairification » volontaire et abrupte de Ségolène Royal qui a sans doute voulu gagner les militants du PS au centre, en mangeant donc la laine de DSK sur le dos de ses troupes. Sachant sans doute et alors que DSK allait succomber à une proposition malhonnête de Sarkozy. Résultat de ce pitoyable calcul : elle est tombée, en cette mi-juillet 2007, à environ 30% de taux de sympathie des Français en général et à 38% des militants du PS. Peut-être remontera-t-elle la pente, notamment face au vide sidéral actuel qui existe à la direction du PS ?

    <o:p> </o:p>

    Peux importe : je continue, sur ce blog, à penser à la refondation d’une gauche capable d’emporter l’adhésion politique d’une majorité de Français et non plus d’être la solution (temporaire) de rechange des dits Français quand ils en ont marre de la droite. Et je vous disais donc dans ma dernière livraison anti-blairiste, que l’on ne pouvait pas évacuer comme ça, d’une phrase rapide à la télévision, l’extraordinaire histoire de notre pays en matière de fondation du socialisme démocratique. Je persiste et signe, comme on dit. Mais faut bien, tout de même, tenir compte des « classes moyennes » qui constituent chez nous le gros des électeurs. Je m’étonne à ce sujet que personne, au PS, n’ait pensé à des choses toute simples comme l’addition de mesures de promotion des plus faibles d’entre les Français et de mesures de défense du tout nouveau patrimoine des fameuses classes moyennes. Ce n’est quand même pas compliqué de dire qu’on est à la fois pour des coups de pouce sérieux aux minima sociaux (dont le SMIC) et pour l’abaissement des droits de succession sur les petits et moyens héritages. Ce n’est pas compliqué non plus de dire qu’on est pour la suppression des droits de mutations entre époux tout en étant aussi favorable au maintien d’une pression fiscale correcte sur les Français les plus riches. Je ne comprends pas que les socialistes encartés, les leaders comme les militants qui leur cirent beaucoup trop les pompes, n’aient pas dit aux Français que l’on pouvait assez aisément gagner 10% du PIB, 200 milliards d’euros par an, de quoi financer pas mal de choses tout en réduisant la dette publique, rien qu’en étant plus stricte vis-à-vis des prédateurs que sont et beaucoup trop d’élus, et beaucoup trop de cadres et dirigeants d’entreprise comme d’institutions parapubliques : 40 milliards d’euro sur la formation professionnelle, près de 100 milliards d’euros de redressements fiscaux non récupérées (suite aux requêtes en douce auprès de gens puissants effectuées par les condamnés), plus de 100 milliards d’euros de corruption connue et aisément contrable (comme celle qui touche l’implantation des grandes surfaces ou la création de carrefours Mauroy), etc. Même si on ne peut récupérer qu’une partie de cet argent gaspillé, cette partie est énorme, CQFD !

    <o:p> </o:p>

    Le blairisme a été un libéralisme pur et dure tempéré par des mesures sociales finalement assez connes : les travaillistes n’ont pas redressé le Welfare State, on laissé leurs services publics à l’abandon, mais ont dépensé des sommes pharamineuses pour faire baisser les statistiques du chômage. Comme le fait de déclarer handicapés (et donc pensionnés par l’Etat) une grande partie des chômeurs âgés. Comme le fait de subventionner à mort les associations, nombreuses, d’entraides venant au secours des très nombreux précarisés de la « NEB », la « Nouvelle Economie Blairiste », cette économie qui accepte en fait de recréer une race de quasi esclaves pour permettre aux élites de s’enrichir. Et c’est cette merde que veut maintenant nous fourguer Ségolène Royal nouvelle manière : qu’elle fasse comme ses copains énarques et qu’elle accepte donc une offre quelconque de Sarkozy puisque c’est lui qui va nous  l’instaurer, la dite « NEB ». Moi, je dis qu’on peut et qu’on doit s’opposer de toutes nos forces à ce schéma monstrueux, tout en sécurisant les classe moyennes. C’est quand même pas la fin du monde, non ! Et ça doit entraîner l’adhésion d’une majorité de Français…

    <o:p> </o:p>

    Sauf que, pour l’instant, les socialistes s’empoignent encore et toujours sur des vieux machins hors d’âge comme la laïcité dont tout le monde se fout (il n’y a pratiquement plus de curés chez nous) ou le mariage des homos. Ils estiment avoir remporté une grande victoire en « vainquant l’inflation » sans même se rendre compte que, ce faisant, ils ont aussi détruit les syndicats. Et donc la solidarité… Mais Ségolène Royal a balayé d’une phrase (toujours ces jugements lapidaires…) le dit concept d’inflation « qui rogne le salaire des pauvres » lors de sa campagne pour la présidence.

    <o:p> </o:p>

    Je peux continuer longtemps sur ce registre mais vous pouvez le faire tout aussi bien que moi. L’essentiel est de voir que les conditions ne semblent pas réunies pour une véritable révolution au sein du PS. Songez que ce dernier n’a même pas fait l’autocritique de son action sous la direction de feu Guy Mollet (la guerre d’Algérie avec un service militaire porté à 2 ans, l’affaire de Suez, le feu vert donné à la torture en Algérie, excusez du peu pour des gens de gauche !) Il faut, pour révolutionner le PS, que les militants deviennent à la fois intelligents et méchants. Ils peuvent le faire s’ils se débarrassent du complexe du diplôme : celui du petit militant de base face à l’enseignant ou au cadre qui s’est emparé de la cellule de base et celui des cadres moyens face aux cadres dirigeants super diplômés. Qu’ils se disent à cet égard que le diplôme n’est pas une preuve d’intelligence, juste une preuve de mémoire. Et, aujourd’hui, un gage de carnet d’adresses remplis, point barre ! Qu’ils se disent aussi que les mathématiques ne sont pas une science de martiens surdoués : il s’agit juste d’un langage permettant de simplifier des concepts difficiles. Les plus difficiles d’entre eux n’étant d’ailleurs même pas compris par les plus doués des mathématiciens mondiaux (telle la physique des quantas que ne comprend qu’un tout petit nombres d’humains ultra spécialisés et ne comprenant donc pas grand chose à tout un tas d’autres concepts un peu difficiles).

    <o:p> </o:p>

    Un conseil : arrêtez de croire à ce que disent ou écrivent les journalistes. Songez à cet égard que plus d’un tiers des Américains croit toujours qu’il y a des armes de destruction massive en Irak. Plus d’un tiers ! Mais quand je vois que, chez nous, une majorité de Français croit fermement qu’en « boostant » les heures supplémentaires, on va réduire significativement le chômage, je rigole : on n’est pas vraiment mieux que les Amerloques… Songez qu’il a suffit d’un matraquage médiatique pour faire élire le maire de Neuilly sur Seine à la tête d’un pays comme le nôtre ! J’ai vu, dans ma famille même, des gens outrés par ce qu’ils lisaient dans leurs journaux mais restant fiers tout de même d’être lecteur des dits journaux. Faut le faire et, des fois (de plus en plus même !), je me dis que la bêtise est tout aussi dangereuse pour l’homme que la méchanceté. Et donc tout aussi condamnable ! Tous ces jeunes qui refusent de lire mais jugent péremptoirement les politiques après avoir écouté quelques chansons de leurs pseudo artistes préférés et juste avant de se lancer dans des jeux vidéo… Mesdames et Messieurs des classes moyennes, savez-vous de votre côté que les banques ne traitent pas de la même façon les vrais riches et les faux riches. Il y a un « ticket d’entrée » pour être traité correctement par son banquier. Lequel, en France, ne rétribue jamais « l’investisseur » à hauteur de son gain véritable : avez-vous jamais touché 15%, ces fameux 15%, sur une SICAV française ? Non, bien sûr. Mais quelle joie quand un Sarkozy vous fait gagner 1% sur votre livret A ou 2,5% sur l’ISF à laquelle vous n’êtes pas assujetti…

    <o:p> </o:p>

    Sachez à cet égard que les banques anglo-saxonnes ou suisses vous répercutent, elles, l’essentiel des gains boursiers. Mais le fameux « ticket d’entrée » est au minimum de 200 000 euros. Vous êtes combien à pouvoir les aligner, ces 200 000 € en liquide ? Vos investissements sont essentiellement immobiliers et vous vous pourléchez donc les babines quand le prix de l’immobilier monte. Sans penser à vos enfants qui ont de plus en plus de mal à se payer cet immobilier au prix grimpant. Et que vous devez donc aider, parfois lourdement… Songez que vous vivez aujourd’hui et en moyenne plus de 80 années. Et que vous mourrez donc alors que vos enfants auront 50 à 60 ans : est-ce une vie sensée que celle qui enrichit stupidement les parents au détriment des enfants ? Réfléchissez, nom de nom !

    <o:p> </o:p>

    Les Anglo-Saxons nous imposent un style de vie économico social qui, plaqué tel sur nos sociétés latines et sudistes, est un désastre. La droite emboîte le pas des Anglo-Saxons, la gauche ne peut pas et ne doit pas le faire : il n’y a plus qu’elle pour penser un autre monde et commencer à réagir. Il est temps d’ailleurs puisque, déjà, Anglais et Américains s’interrogent sur la pertinence de leurs options. Alors, s’il vous plait, devenez vite intelligent et méchant. Pour que nous n’attendions pas 12 ans avant de pouvoir réagir…<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :