• Adieu !

    Adieu !

    (écrit en 1983)

     

    Et bien, félicitations à la cuisinière ! Votre chaire était exquise… » Quelques rires fusèrent, la liaison extra conjugale entre l’hôtesse et son invité étant notoire. La compagnie se leva dans un ensemble impressionnant, repoussant les sièges, s’essuyant une ultime foi le coin des lèvres, vidant in extremis un dernier fond de verre… Et tous se dirigèrent vers les assises plus confortables qui les attendaient de l’autre côté de la pièce.

    Emoustillée par la phrase de son amant et par quelques verres de trop, l’hôtesse prit soin de s’assoir de façon à ce que sa robe mince remonte le long de ses longues jambes qu’elle croisa nonchalamment. Un silence à la fois gêné et admiratif s’ensuivit, l’essai étant par trop concluant : la belle s’était dévoilée jusqu’au slip dont la taille et la consistance permettaient d’entrevoir ses charmes les plus intimes. Et le mari qui allait revenir de la cuisine !

    Sauvant une situation dangereuse, l’amant demanda à l’amante de lui trouver de quoi fumer. Les yeux des mâles présents suivirent  le dandinement de la croupe ferme et rebondie, merveilleusement moulée dans le frêle tissu qui se détacha alors du siège rembourré. Le retour à la position originelle, quoique provoquant, fut tout de même moins outrancier et l’incident put ainsi être évité.

    La conversation reprit, plus mal que bien, tandis que des petits verres d’alcool fort furent servis, propre à échauffer les esprits. Un invité prit sur lui de diminuer la lumière en tournant le potentiomètre de la lampe proche de lui, ce geste bizarre créant une drôle d’atmosphère, à la fois oppressé et d’attente. Ce fut paradoxalement le mari –qui lorgnait depuis le début du repas sur le décolleté de la femme de son meilleur ami –qui proposa de jouer au « strip whist » L’alcool circula encore pendant que les joueurs s’évertuaient à ne point perdre et que les joueuses faisaient tout ce qu’elles pouvaient pour se déshabiller le plus rapidement possible.

    La plus jeune, l’épouse du meilleur ami, fut ainsi la plus vite dévêtue, son…son cache sexe, il n’y avait pas d’autres mots pour désigner le tout petit bout de tissus noir qu’elle venait de retirer, étant brandi triomphalement par son voisin –devinez qui !-qui constata : « voilà la grande perdante » Laquelle eut aussitôt une montagne de gages à acquitter, de même que plusieurs autres convives qui s’étaient, elles aussi, empressées. Ces gages, d’anodins, devinrent rapidement salaces puis carrément pornographiques : il n’y eut bientôt plus de jeu mais une énorme partouze où s’entremêlaient les corps en d’indescriptibles étreintes. A la passion du début succéda rapidement l’assouvissement d’obsessions refoulées depuis des années…

    « Défoulement collectif ? » demanda Lorenz qui observait la scène sur son écran. « Dis plutôt dérèglement collectif » rétorqua une voie en face d’un autre écran. « Peut-on cerner les motivations profondes de ces êtres ? » s’enquit le maître arbitre. « Non : les ondes intérieures sont carrément occultées par le charivari des ondes superficielles. Je maintiens un sondeur au cas où… » Le navire céleste poursuivit sa route silencieuse, quêtant ici et là des détails propres à fournir à ses occupants des explications sur la nature de la vie sur cette planète. Ils avaient déjà pu observer  les luttes armées, la souffrance des mourants et la jubilation des vainqueurs. Puis ils avaient assisté à de nombreux conseils d’administration. Enfin et avant de tomber sur l’orgie sexuelle, ils avaient eu le temps d’examiner les rapports des Terriens au sein de leurs grandes administrations publiques.

    Le navire circula encore deux ou trois jours dans nos cieux. Puis il prit un essor fulgurant et s’éloigna définitivement dans le cosmos. Le maître arbitre n’avait même pas eu à faire jouer sa voie prépondérante tant le consensus fut vite établi…


    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :