• Aimé Césaire ? Quel homme, ma Chère, quel homme !

    Article pour le Gri-Gri International, 1er semestre 2008<?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p></o:p>

    Rubrique : Con de blanc<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Césaire ? Quel homme, ma chère, quel homme !<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    C’était jeudi matin. Europe 1, je crois. Des larmes de crocodiles sur la mort d’un type dont toute la station dite « de l’UMP » se moque sans doute comme de sa dernière chemise (et encore, je crois que, dans le fond, la dite dernière chemise doit avoir plus d’importance pour la plupart des journalistes) Et puis cette sortie : « tous les poètes ont leurs textes scandaleux ». J’ai entendu ce truc plusieurs fois par la suite. Textes scandaleux ? Je ne voyais pas et puis un autre type qui se voulait « sympathisant » sur je ne sais plus quel autre média a expliqué qu’il s’agissait de son grand texte sur le colonialisme, qu’on apprend aux écoliers depuis 1998 et dans lequel Aimé Césaire compare le colonialisme à Hitler.

    <o:p> </o:p>

    Hitler tuait les Juifs, les homosexuels, les mal foutus et les cocos (les Nègres, à l’époque, y’en avait pas des masses en Europe. Sinon, je vous dis pas…). C’était un monstre. Les coloniaux ont tué tout le monde sans discernement. Ah, si ! Parfois, ils tuaient surtout les élites, comme au Ghana, pour pas qu’elles se rebellent… Mais ça n’était pas autrement ciblé, juste la couleur de la  peau au sud du Sahara (au nord, ça dépendait de l’habit : en gandoura, pan !) : ils ne sont donc pas des monstres.  Mieux même : ce qu’ils ont fait ne mérite absolument pas la repentance. D’ailleurs Claude Ribbe l’a dit : « pourquoi je me repentirais, moi ? » Pas faux, pourquoi un français de souche nègre irait se repentir ?

    <o:p> </o:p>

    C’est du bling bling (on désigne aujourd’hui le comportement sarkozyste de cette façon par analogie aux bijoux qui se heurtent sur les poignets et les cous des femmes de Neuilly sur Seine, la ville de Sarkozy qui, visiblement, a beaucoup inspiré le nouveau président des Français) ou je ne m’y connais pas ! Car tout ce petit monde neuillyesque et assimilé se précipite au chevet du grand Nègre tout récemment décédé en écartant d’un revers de main « ses textes scandaleux » car c’est le dernier endroit où l’on cause, l’endroit à la mode. Il n’y a plus aucune épaisseur, rien qui permette d’imaginer une véritable réflexion de l’homme blanc sur son passé esclavagiste puis colonial. Rien bien sûr sur ses résurgences racistes de ces dernières années, ni sur son regard arrogant, ni sur ses condamnations à l’emporte pièces de tout ce qui se rapporte à l’Afrique. Je suis certain d’ailleurs que bon nombre de ces bonnes âmes à la mode se diront « in petto » que Césaire n’était plus tout à fait un Nègre puisqu’il était antillais.

    <o:p> </o:p>

    Braves gens des savanes et forêts vierges, si vous savez lire alors sachez que ce n’est pas grave si Aimé Césaire à écrit des « textes scandaleux » : il n’était plus africain ! Les blancs vont donc lui pardonner. D’autant qu’ils ne liront probablement jamais les dits textes dits scandaleux. Mais je vous jure que, d’ici quelques mois, il sera du plus bel effet « tendance » d’arborer des T-shirts avec la binette du vieux Césaire en incrustations noires et blanches. Césaire et le « Che », même combat !<o:p></o:p>


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :