• Antiprogressisme

    Régression humaniste en Occident

    (18 octobre 2013)

     

    Quelques mots, juste avant de partir avec mes petits enfants pour les vacances de la Toussaint, sur l'actualité de ces derniers jours :

    - On a vu aux Etats Unis des Américains prêts à détruire la crédibilité économique de leur pays afin de mettre à bas la loi rendant universelle la protection médicale des Américains : avant cette loi, les pauvres qui n'avaient pas d'assurance médicale devaient payer plein pot et en avance les frais médicaux qu'entraînaient leur état de santé. Aujourd'hui, sous réserve que l'état fédéral puisse financer la mise en place de la loi, les hôpitaux américains devront soigner tous les admis, quelle que soit leur assurance médicale.

    Je ne retiens pas ici le fait qu'in fine, les Républicains aient baissé pavillon juste avant la cessation de paiement du pays : je retiens seulement que des humains du 21e siècle, sachant lire, écrire et compter, ayant été à l'école pendant des années et donc présumés civilisés ont préféré la faillite financière de leur pays à une loi de progrès social évident.

    Quand on voit nos propres libéraux cracher constamment sur "l'assistance" des pauvres, on se rend compte que ces salopards d'Américains sont loin d'être isolés en Occident : tout pour moi et rien pour les autres, telle est aujourd'hui la devise non avouée mais démontrée d'une partie que je crois majoritaire des humains qui ont dominé la Terre au cours des derniers siècles. Et ce n'est pas les dires très mal relayés d'un nouveau pape un peu moins obtus que ses prédécesseurs qui peuvent réellement changer cette triste donne. Laquelle fait partie intégrante du déclin de l'empire occidental dont je vous ai déjà entretenu...

    - Dans le même ordre d'idée, on a vu l'Allemagne réélire triomphalement la plus populiste de ses dirigeants, capable de faire exploser l'Europe pour paraître plus "dame de fer" aux yeux de ses concitoyens. Je ne reviens pas ici sur l'aspect mortifère des dettes publiques occidentales mais vous voyez que l'aveuglement l'emporte de très loin sur la lucidité dans le "camp occidental"

    - D'autant qu'on a vu aussi notre président "de gauche" très mécontent d'avoir dû ravaler ses Rafales dans l'affaire des armes chimiques de Syrie. Et ce, alors que sa population était et reste majoritairement opposée à une intervention militaire pratiquement où que ce soit : la classe politique européenne (aux Etats Unis, même les militaires commencent à douter) reste couchée devant le lobby militaro-industriel, tellement couchée que les manifestations opposée de la démocratie (vote des Communes en Angleterre) lui sont insupportables. Et, chez nous, Hollande n'a surtout pas voulu interroger son Parlement ! "Triste Occident" décidément...

    - Et vous avez bien entendu constaté qu'aujourd'hui, sous un gouvernement dit "de gauche", la police n'hésite plus à arrêter un car scolaire pour en extraire un enfant et l'expédier au Kosovo avec ses parents. Le chef de cette police, Manuel Valls, a osé défendre ses troupes et vous verrez que ce n'est pas lui mais le préfet du Doubs qui va en prendre plein la gueule. Et encore : s'il est énarque, il ne sera même pas sanctionné, CQFD !

    L'élite occidentale est décidément gangrenée à mort : en sus de ses pratiques prédatrices, elle n'a plus de réflexes moraux et plus aucune lucidité. L'Occident crève aussi d'être aussi mal dirigé.

    Car ce n'est pas le manque de compétitivité qui est réellement en cause dans l'effondrement industriel occidental. Si vous allez sur le site d'Alternatives économiques, vous pourrez aisément voir les travaux menés sur les coûts des facteurs de production en Occident au cours des dernières décennies : ce ne sont pas les charges salariales qui ont grimpé, le poids de ces charges dans l'ensemble des coûts de production ayant considérablement baissé pour représenter aujourd'hui moins de 15% du total mais le coût du...capital : les actionnaires se sont tellement goinfrés que les entreprises ont réduit leurs investissements et, dans les investissements restant, ont emprunté au delà du raisonnable, privées de l'autofinancement d'autrefois, quand les capitalistes avaient encore la notion du long terme.

    Mais nos dirigeants ne veulent surtout rien changer à un système qui leur rapporte tant. Et, comme je l'ai déjà dit, ils préféreront voir s'effondrer le dit système plutôt que de revenir à un équilibre qui voyait régulièrement se combler le fossé entre riches et pauvres. Il faut d'ailleurs les voir, eux et leurs valets se prenant pour eux : ils "savent", ils dominent tous les médias, ils sont trop au dessus de nous pour redescendre sur Terre. Ce sentiment de supériorité leur apporte tellement de satisfaction personnelle qu'il n'est pas question de remettre en cause le renouveau d'une forte distinction entre ceux du dessus du panier, sociaux démocrates inclus, et ceux du dessous du panier, tous les non dirigeants.

    Combien de temps perdrons nous dans cette folie comportementale ? Malheureusement, je crains que l'Occident ait fini totalement de décliner avant que nous changions. Notre génération, celle de 1968 et celle qui nous suit (nos enfants) sont probablement condamnées à (mal) vivre cette situation monstrueuse au regard de millénaires d'évolution humaine. Jusqu'à la lie... Jusqu'à ce que les Asiatiques puis les Africains nous réapprennent à vivre en étant solidaires les uns des autres et à penser au lendemain avant que de nous remplir aveuglément les poches. Un dernier constat ici : les Africains, ceux dont la croissance suit immédiatement celle de Chine en matière de rythme, ont un taux d'épargne supérieur à 20%.  Alors que les Occidentaux sont endettés à mort, achetant tout à crédit et étant de ce fait hyper sensible au chômage. Dont ils souffrent aujourd'hui plus que tous les autres humains car dépourvu de la solidarité qui entoure les autres sociétés. Mais ils continuent à élire les libéraux, espérant sans doute devenir riches à leur tour un jour prochain ? Sans doute et plutôt par abandon, préférant la perpétuation de leur mal être consumériste à ce qu'ils estiment être "l'aventure" de sociétés moins égoïstes. Faut dire pour leur défense que les promoteurs de ces sociétés moins égoïstes ne sont pas très futés. Voir par exemple les Communistes français, mais ils ne sont pas les seuls, préférant se taire plutôt que de perdre quelques fauteuils de conseillers dans des municipalités qui, de toute façon, vont être gagnées l'an prochain par la droite... Et, toujours pour la défense de notre "majorité silencieuse", c'est aujourd'hui à l'extrême droite que se lève une véritable revendication révolutionnaire. Dans un camp qui trimbale aussi avec lui la haine et un lourd passé anti démocratique et anti progressiste : on sait que les lendemains ne chanteront pas pour tout le  monde avec cette extrême droite qui, en plus, ne renie rien à l'ultra libéralisme et ne changera donc pas la vie quotidienne des gens... Triste Occident...


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :