• CRAN d'oeuf

    Article pour le Gri-Gri International, fin 2007<?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p></o:p>

    Rubrique : Con de blanc<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    CRAN d’œuf !<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

    Le cran existe, je l’ai rencontré. Rassurez-vous, ce n’est pas le machin en forme d’œuf d’autruche qu’Hamlet, prince du Danemark, regarde dans sa main droite en disant « être ou ne pas être, voilà la question ! ». Je n’ai pas fait de faute d’orthographe : il s’agit du « Conseil représentatif des associations noires de France »

    <o:p> </o:p>

    Dans un article précédant, au cours de la campagne électorale je crois, je m’étais inquiété de la santé des intellos africains émigrés, n’en voyant intervenir aucun dans la dite campagne. Et j’avais ajouté qu’ils avaient créé une association dont j’avais oublié jusqu’au nom tellement elle était silencieuse. L’assoc en question est donc le CRAN et au moins un de ses membres dirigeants (un intello, of course) est sorti du bois : il a écrit un livre dénonçant avec conviction et moult preuves le racisme des média français*. C’est bien quoiqu’un peu tardif : Stephen Smith a publié son brûlot raciste, Négrologie, en 2003, alors qu’il était encore responsable du service Afrique et vice patron du service étranger au journal Le Monde. Ce, tandis que le débat sur la repentance était levé en Occident depuis pratiquement le début du millénaire et l’élection de Georges Bush junior à la présidence des Etats Unis, élection qui décomplexa totalement les droites occidentales les plus réactionnaires. Résultat : jusqu’au PS français vota, l’an dernier, la fameuse loi scélérate sur les bienfaits de la colonisation française…

    <o:p> </o:p>

    Bref, nos guerriers du lendemain ont quand même ressenti quelque chose. C’est déjà ça mais ça ne suffit pas : il faut aussi qu’ils comprennent que cogner sans arrêt sur l’Afrique et ses dirigeants est carrément contre productif dans un Occident raciste : chaque accusation qu’ils portent contre un chef d’Etat africain renforce le Blanc de base dans la conviction qu’entre le singe et l’homme, il y a le Nègre. Donc l’intello émigré, CQFD !

    <o:p> </o:p>

    Faut dire que les mecs (j’ai pas encore vu une nana parmi eux, à l’exception de la femme écrivain camerounaise Calixthe Beyala qui m’a engueulé par Email parce que je l’avais traitée de masochiste) sont vachement intégrés : il font tout comme les Français, jusqu’à ceux qui partent à l’étranger et qui dénigrent leur pays à qui mieux mieux. Tout en profitant à mort, les salauds !, de ses avantages sociaux via la Caisse de retraite des expatriés et les accords conclus entre la Sec Soc et les services sanitaires étrangers. Comme, en général, ce ne sont pas des fauchés et que, chez nous, les Blancs, on ne respecte presque plus rien sauf le fric, on ne leur crache pas dessus : on les applaudit ! Voyez Johnny Halliday… Alors, peut être que nos intello se disent qu’ils seront eux aussi applaudis ? <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Le fleuve se moque des brindilles de bois qui flottent à sa surface (proverbe façon Chine ancienne). Quand les rendements ne seront plus qu’à un chiffre en Asie et avant même de submerger l’Amérique latine de dollars et d’euros, les fonds de pension et les gestionnaires de sicav du monde entier se tourneront vers les marchés encore vierges (désolé les ploucs de vous traiter de vierges. C’est ce qu’on appelle une tournure littéraire). Ils chercheront, ils chercheront et devront se rendre à l’évidence : ç’est tout en bas, loin après le bleu de la Méditerranée et le jaune du Sahara, qu’on peut encore faire son beurre avec l’argent dont on ne sait plus que faire tellement on en a. Surtout que ça fait maintenant plus de 6 ans que vos croissances pètent le feu dans l’indifférence générale du monde. Et des intello africains émigrés…

    <o:p> </o:p>

    * Le Journal de l’Afrique en France. Silence, on dénigre ! Par Damel Maïssa Fall, aux éditions Encre Rouge, collection Ceddo. 19,90 €<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :