• Culpabilisation

    Pourquoi les razzias arabes et la traite puis la colonisation constituent un crime contre l'humanité

    (12 mai 2014)

     

    J'ai entendu, depuis les commémorations relatives à l'esclavage des Noirs, tant de conneries venant de certains membres de l'UMP et des élus du FN que ne peux m'empêcher d'intervenir : car s'il est vrai que l'esclavage a été pratiqué dès l'Antiquité, voire avant, ces esclavages antiques n'ont strictement rien à voir avec celui des Noirs. Démonstration aisée :

    1- Tout d'abord, les esclavages antiques reposaient sur des éléments totalement différents de celui qui suscita l'esclavage des Subsahariens : quand les Grecs s'emparèrent de territoires immenses, ils mirent en esclavage les guerriers battus et les habitants des villes conquises. Guerres et rapines donc, à l'origine du phénomène. Ce que firent également les Indo-Européens lorsqu'ils s'emparèrent des Indes (sauf que, chez eux, l'esclavage fut remplacé par la doctrine des Intouchables) Les armées romaines, de même, étaient toujours suivies de marchands d'esclaves payant rubis sur ongle les captifs des soldats. Et c'est à ce type d'esclavage que correspond celui que les quelques peuplades guerrières d'Afrique mirent en œuvre au gré de leurs conquêtes. Les Yoroubas par exemple, dans l'actuel Nigeria, possédaient des esclaves, ex-captifs de guerre...

    Une seconde "source" d'esclavage un peu moins antique fut l'esclavage pour dette, les Etats qui le pratiquaient gérant le système via leurs tribunaux. Il en est resté, jusqu'au 19e siècle en Europe, l'emprisonnement des malheureux en panne de remboursement.

    Mais ces deux phénomènes n'ont strictement rien à voir avec le système mis au point en Europe pour remplacer les Amérindiens dans les mines et les champs nouvellement découverts. Car l'humanité des Noirs fut officiellement déniée, notamment en France (le fameux Code Noir de Louis XIV) Tandis que les rapines furent organisées systématiquement, pas au gré des guerres... Et si les Arabes ne dénièrent pas l'humanité des Noirs, ils organisèrent eux aussi et dans le même but (travail non rémunéré) leurs fameuses razzias de manière systématique. Dans les deux cas, il s'agissait d'esclavage non pas de circonstance, mais de volonté féroce de profits honteux.

    2- Mais ce n'est même pas l'essentiel : en fait, les esclavages antiques n'ont jamais dépeuplé les pays d'origine des esclaves. Les Slaves, laminés par les Grecs, les Romains, les Mongols, purent dès le 15e siècle commencer à constituer le future empire soviétique qui dirigea tout de même la moitié du monde presque un siècle durant ! Ca n'a pas été le cas de l'Afrique subsaharienne, vidée, elle, de sa population un millénaire durant ! Les razzias arabes (opérées en sous-traitance auprès des nomades sahéliens, financés et armés à cet effet) débutèrent dès le 7e siècle après JC, soit moins d'un siècle après la naissance de Mohamed. Et durèrent jusqu'à l'arrivée des Européens qui continuèrent à traiter avec les Sahéliens. Lesquels finirent même par vendre leurs propres populations... Après quoi vint la colonisation et le travail forcé. Songez à cet égard que les historiens les plus sérieux estiment les pertes au Congo belge entre le tiers et la moitié de la population congolaise d'alors !

    Et de fait, alors que les quelques témoignages que nous avons de la population africaine à l'aube de notre Renaissance montrent l'existence de grandes villes en Afrique subsaharienne et d'une population en nombre -songez que les Portugais de l'époque firent construire leurs navires...au Nigeria !- il ne demeuraient plus sur le continent entier quand nos démographes les comptèrent en 1900, que moins de 120 millions d'habitants. Soixante ans plus tard, ils n'étaient que 150 millions et leur nombre ne s'accrut réellement qu'à partir des Indépendances, au début des années 1960 : ils sont aujourd'hui plus d'un milliard, soit une progression de 600% en un demi siècle...

    Pourquoi cela ? Les historiens occidentaux racontent en fait "leur version", pas celle des razziés. Ils minimisent déjà le nombre de morts lors des transferts, surtout en ce qui concerne les hommes vendus aux Arabes : 30% de morts si l'on en croit Henri de Monfreid qui pratiqua ces ventes à Djibouti ; car les hommes étaient castrés dans des conditions épouvantables avant d'être vendus... Mais surtout, ils oublient totalement le sort des Africains ayant échappé aux rapines : leurs villages dévastés, ils ne leur restaient qu'à se regrouper en lisière de forêt où les conditions sanitaires sont effroyables (mouche Tsé-tsé notamment) Preuve de ces faits : les 1800 dialectes africains (sur 2000 langages recensés dans le monde) nés de ces regroupements disparates en quelques siècles seulement. Et si les Africains résistèrent mieux que les Amérindiens aux maladies occidentales, vérole notamment (ils inventèrent la scarification, sorte de vaccination sauvage, pour se prémunir contre ces maladies importées), leurs civilisations furent totalement anéanties : les Bantous régnaient alors sur presque tout le sud du Sahara. Les Sahéliens nomades étaient pour ces cultivateurs de véritables sauvages sans foi ni loi. Les Bantous furent totalement repoussés des steppes du nord et devinrent des forestiers par force. A l'est, les descendants des pharaons furent repoussés du Soudan vers l'Ethiopie actuelle où ils se réfugièrent  (c'est un très haut plateau difficilement accessible) Et leur commerce avec l'Inde stoppa... Au centre, des "royaumes marchands" (sic !) se créèrent, réduisant les populations bantoues quasiment en esclavage : cas des Hutus au Rwanda quand les Tutsi s'emparèrent du pays. A l'ouest, les bandes de pillards sahéliens créèrent des royaumes et des "empires" successifs dont le seul objet était la razzia, toujours la razzia... Et nos bons historiens occidentaux veulent faire partir l'histoire africaine de ces royaumes monstrueux, soit à partir des 16e et 17e siècles après JC alors que l'histoire de l'Afrique est la plus ancienne du monde : imaginez simplement que les Africains ont inventé les premières langues commerciales, le Lingala notamment, parlé dans toute l'Afrique centrale. Ce n'est que bien plus tard que les Sahéliens imposèrent l'Haoussa dans toute l'Afrique de l'Ouest. Songez que les Portugais envoyèrent une expédition pour détruire totalement la civilisation de la vallée du Limpopo (dans l'actuel Zimbabwe) de façon à pouvoir commercer plus tranquillement avec les populations maritimes de l'actuel Mozambique. Etc., etc. Tous les "fils" des civilisations africaines préislamiques furent ainsi coupés, jusqu'aux grandes villes, rasées au profit des ports créés par les envahisseurs pour évacuer les marchandises pillées.

    C'est ça, l'esclavage des Noirs, pas seulement le fait de transporter des humains à des milliers de kms de chez eux pour les forcer à travailler gratuitement. C'est un regard aussi monstrueux que celui des Nazis sur les Juifs de la part et des Arabes, et des Occidentaux ; et c'est l'éradication de civilisations qui n'ont pas encore pu, aujourd'hui, se remettre totalement de ce traitement inhumain. Bref, il s'agit d'un crime absolument monstrueux dont nous ne pouvons pas nous abstraire sous le prétexte que les fautifs furent nos ancêtres et non nous-mêmes. Car le regard reste monstrueux et les civilisations volontairement détruites ne sont pas encore reconstruites. Ce, alors qu'une part importante de notre actuelle prospérité est bâtie sur l'anéantissement de la prospérité promise aux Africains avant notre arrivée, celle des Blancs sémites et aryens...

    Si vous voulez en savoir plus, vous pouvez feuilleter mon livre, Un crime médiatique contre l'Afrique - Les Africains sont-ils tous nuls ?, en ligne sur ce blog. Notez que c'est pour des choses comme ça que je ne pourrai jamais voter FN ou UMP : parce que ces partis n'ont pas encore admis que le refus de culpabilisation est une véritable gifle donnée à toute l'Afrique noire. Je connais aussi bien des gens qui se croient de gauche et qui partagent ce refus de culpabilisation... 


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :