• Des idées reçues à réviser d'urgence !

    Des idées reçues à réviser d'urgence !

    Non, la France ne se ruine pas en guerroyant à l'étranger ; oui, les Africains eux aussi vivent de plus en plus vieux ; et non, décidément non, ils n'envahissent pas l'Europe : démonstration chiffrée...

     

     

    Je voulais vous parler des dépenses militaires françaises à l'étranger car l'engagement sans équivoque du président  Hollande en faveur de la rébellion syrienne indique tout aussi clairement que la France va devoir sortir son porte-monnaie dans cette partie du Moyen Orient.  Et il m'était venu des idées d'additions dont je vous livre quand même quelques éléments :

    - En Côte d'Ivoire, le maintien de la Force Licorne (2400 hommes) coûterait 65 millions d'euros/an (beaucoup plus selon des sources non officielles) Et comme il y a, hors l'opération malienne, plus de 10 000 soldats français en Afrique, leur coût total serait au minimum de près de 300 millions d'euros/ans en appliquant une simple règle de trois (65 millions divisés par 2400 et multipliés par 10 000) ;

    - L'opération en Libye a coûté 368 millions d'euros au Trésor français. Soit 1,7 million d'euros par jour. Somme à rapprocher du coût Afghan en 2012, 493 millions d'euros et 1,4 million par jour. Au Mali où l'intervention française a débuté le 11 janvier dernier, le dépassement de l'enveloppe annuelle du budget de la Défense pour les opérations spéciales à l'extérieur, 630 millions d'euros en 2013, serait d'ores et déjà acquis. Soit là aussi un coût de l'ordre de 1,7 million €/jour minimum.

    Mais quand on regarde le budget militaire français, même appauvri, d'aujourd'hui, on voit que ces dépenses sont finalement acceptables pour  les va-t-en-guerre gaulois : même si le total du coût des interventions françaises à l'étranger dépassait les 2 milliards €/an, soit le double des sommes que je vous ai énumérées, ça ne représenterait que 5 % environ du budget militaire français hors gendarmerie et retraites des personnels. Car ce budget "appauvri" reste quand même le 5e du Monde derrière celui, imbattable, des Etats Unis, de ceux, en forte croissance, de la Russie et de la Chine et, in fine, de celui de l'Angleterre qui a fini par repasser devant son allié à force de baisse plus rapide à Paris qu'à Londres. Il faut dire aussi que les dépenses militaires hexagonales étaient passées en 3e position mondiale il y a cinq ans après un quasi doublement  en 2008 par rapport à 2007. Soit dès la première année d'exercice du président Sarkozy...

    J'ai donc décidé d'écourter cette diatribe pour vous livrer quelques informations de base sur des sujets qui vous touchent de plus près : les phénomènes migratoires et l'espérance de vie, deux phénomènes que j'ai essayé de voir non pas en tant qu'Occidental mais à votre place. Il y a quelques surprises, vous verrez...

    L'espérance de vie en Afrique

    Vous pouvez voir la position de votre pays préféré dans le tableau numéro 1 : comme vous pouvez le constater et selon la CIA, on vit nettement plus longtemps en Afrique du Nord qu'au sud du Sahara. On peut même dire que plus on descend vers le Pôle Sud, plus l'espérance de vie diminue... Rassurez-vous, il ne s'agit que d'estimations fondées tout de même sur des statistiques autochtones et vous savez mieux que les autres humains que les statistiques subsahariennes laissent sans doute plus à désirer que celles des autres régions du Monde.

    Mais il y a sans doute aussi un peu de vrai dans le constat américain : l'hygiène de vie est également et sans doute toujours plus "élaborée" en Afrique du Nord qu'en Afrique australe où sévissent nettement plus qu'au nord les maladies sexuellement transmissibles et l'alcoolisme pour ne citer que ces deux causes de mortalité précoce. Car les espérances de vie raccourcies du fait de la mortalité infantile semblent en très fortes régression en Afrique et ne peuvent plus, me semble-t-il, les expliquer comme il y a à peine une dizaine d'année. C'est l'enseignement positif que l'on peut tirer des statistiques de la CIA : même dans les pays les plus mal placés, on a pratiquement partout dépassé les 50 années d'espérance de vie en moyenne. Ce alors qu'il y a à peine une décennie, les meilleurs chiffres tournaient autour de 60 ans et les pires, en dessous de 40 ans. Ce, du fait d'une disparition précoce de très nombreux enfants en bas âge. Le continent africain reste, certes, en queue de peloton mondial dans ce domaine mais ses chiffres se sont sensiblement rapprochés de ceux des autres régions. Par exemple, l'espérance de vie en Afrique du Nord est quasiment identique à celle des pays arabes, d'Amérique latine ou d'Europe de l'est. Tandis que le gros des troupes africaines, entre 55 ans et 65 ans d'espérance de vie, se rapproche singulièrement du gros des troupes d'Asie du sud est. Bref, les "derniers de la classe" ne sont plus aussi cancres que jadis et le manque de moyens médicaux, souvent montré du doigt par les Occidentaux et les Africains du dessus du panier, n'est probablement pas ressenti de la même manière dans les villages et quartiers des grandes villes où l'arrivée de personnels de santé même peu qualifiés s'est ajoutée à un renouveau de la médecine traditionnelle. L'Afrique n'est plus le désert médical dont se plaignent les riches, même si les soins apportés aux Africains ne sont pas encore comparables à ceux prodigués aux Occidentaux.

    En fait, en matière médicale aussi, le continent s'est réveillé. Et que ses détracteurs le veuillent ou non, les résultats sont déjà perceptibles dans ce domaine comme dans celui de la croissance économique

     

    1- Espérance de vie en Afrique à la naissance en 2013 (estimations de la CIA)

    Pays

    Nombre d'années

    Maroc

    76,3

    Algérie

    76,2

    Libye

    75,8

    Tunisie

    75,4

    Ile Maurice

    74,9

    Seychelles

    74

    Egypte

    73,2

    Cap Vert

    71,3

    Ghana

    65,3

    Madagascar

    64,9

    Gambie

    64,1

    Sao Tome

    63,8

    Togo

    63,6

    Kenya

    63,3

    Erythrée

    63,2

    Comores

    63,1

    Guinée Equatoriale

    63,1

    Soudan

    62,9

    Djibouti

    62

    Mauritanie

    61,9

    Tanzanie

    60,8

    Bénin

    60,7

    Sénégal

    60,6

    Ethiopie

    60

    Burundi

    59,7

    Guinée

    59,1

    Rwanda

    58,8

    Liberia

    57,8

    Côte d'Ivoire

    57,7

    Sierra Leone

    57

    Congo Kinshasa

    56,1

    Congo Brazzaville

    55,6

    Cameroun

    55

    Angola

    55

    Mali

    54,5

    Botswana

    54,5

    Burkina Faso

    54,4

    Niger

    54,3

    Ouganda

    54

    Zimbabwe

    53,8

    Malawi

    52,8

    Nigeria

    52,5

    Lesotho

    52,3

    Mozambique

    52,3

    Gabon

    52,1

    Namibie

    52

    Zambie

    51,5

    Somalie

    51,2

    république centrafricaine

    50,9

    Swaziland

    50

    Guinée Bissau

    49,5

    Afrique du Sud

    49,5

    Tchad

    49,1

     

    Etonnants flux migratoires

    Ma ballade dans les statistiques américaines m'a conduit ensuite à jeter un œil sur les phénomènes migratoires. Mais avec des yeux africains, non avec ceux que mes parents m'ont génétiquement légués : je n'ai repris que les phénomènes migratoires en Afrique et vous pouvez donc voir en creux chez vous ce que vous reprochent en relief surdimensionné les Occidentaux. Ou tenter de voir : car les soldes que vous voyez intègrent les flux interafricains, nettement plus importants que les flux nord-sud. Au final, les résultats peuvent étonner ceux qui ne sont pas au fait des réalités du continent. Le solde plus que positif de la Libye par exemple, qu'on dit en guerre civile larvée : sa population s'est accrue de 3%  du seul fait de l'immigration ! Et ce Zimbabwe tant décrié par les Anglo-Saxons : + 2,3%. Des fous, très certainement, qui se précipitent sans réfléchir dans ce pays où on meure, dit-on, de faim quand on n'est pas tabassé par la police de Mugabe ! Et tous ces zéros dans des pays qui sont réputés fournir des armées de sans papier à une Europe envahie ! J'ai mis "0" car les soldes étaient positifs mais très faiblement. Et comme il s'agit d'estimations, le plus simple est de dire que ces pays ne se vident pas de leurs émigrés mais que le solde de leurs flux migratoires est en fait nul ou presque.

    le constat est presque le même dans les pays qui enregistrent un déficit migratoire : compte tenu des situations locales, on aurait pu penser à des soldes bien plus négatifs, tel celui de l'Egypte où il ne l'est que très faiblement. Voyez le Soudan par exemple où les combats -qui se poursuivent- sont censés avoir déplacé des millions de personnes : le solde de 2013 n'est que d'une perte de 0,4% de la population (moins de 150 000 personnes) . Et le Mali ! -0,2% de la population, moins de 30 000 habitants perdus alors qu'il vient d'y avoir une guerre et que la France se plaint constamment du nombre croissant de Maliens venant s'y installer... Etc. Il vous suffit de rapprocher les pourcentages du tableau des chiffres de la population totale des pays concernés pour constater que, vue d'Afrique, les déplacements de populations sont nettement en dessous de ceux annoncés en Occident au grand bénéfice des extrêmes droites xénophobes. La France, par exemple, se plaint constamment des prostituées nigérianes et des nounous ivoiriennes ou camerounaises présentes sur son territoire sans autorisation aucune. Ce, alors que le flux des premières en direction de l'Afrique australe et des ports d'Afrique de l'est est nettement plus important que le flux sud-nord et alors que le flux des secondes (les nounous) est carrément négligeable à côté des flux tant camerounais qu'ivoiriens vers l'Afrique occidentale anglophone. Au final d'ailleurs, les populations tant nigérianes que camerounaises ou ivoiriennes ne sont pas déstabilisées par l'émigration, loin de là !

    Il y aurait donc des bosses dans les statistiques migratoires du Nord et pas de creux au Sud ? Je n'ai même pas eu l'envie de vous soumettre les taux de natalité africains pour tenter d'expliquer ces bosses sans creux correspondants : tout le monde sait que les populations d'Afrique sont les plus prolifiques du monde à l'heure actuelle et si réelles "bosses" statistiques il y a, c'est au Sud et non au Nord, CQFD !

    Il y a, certes, une immigration clandestine en Occident en provenance des pays pauvres du Sud. Sans doute d'ailleurs bien plus importante en Amérique du Nord qu'en Europe du fait des "Latinos" Mais les "boat people" de Méditerranée ne cachent pas une armada d'autres malheureux convoyés alors en sous-marins ! Ce n'est pas l'écume d'un mouvement gigantesque, c'est la photo du mouvement, quelques centaines de pauvres bougres par mois tout au plus. De quoi remplir quelques dortoirs dans un camp administratif à Douvres, de quoi justifier quelques centaines d'expulsions par an. Car le gros des troupes des sans papiers en France est constitué de "touristes" qui ont omis de regagner leurs pays d'origine, dont une majorité relative de Marocains selon les services du ministère français de l'Intérieur. La France n'a reconduit d'ailleurs qu'environ 25000 étrangers à ses frontières de mai 2012 à mai 2013. En augmentation certes sur l'année précédente où sévissait pourtant la politique sarkoziste, mais vingt cinq petits milliers d'étrangers en situation irrégulière ne représentent tout de même que 0,04% de la population française. Et si les immigrés pèsent indiscutablement dans la démographie française, c'est suite à une longue additions d'immigrations successives qui firent longtemps de ce pays un modèle d'intégration. Comme ce ne semble plus être le cas depuis quelques années, il y a fort à parier en plus que les émigrés d'Afrique se sont tournés aujourd'hui vers des destinations plus accueillantes. Ce sont d'ailleurs sur les côtes italiennes et non françaises que s'échouent les embarcations de fortune qui transportent ceux qui ont la chance de ne pas couler auparavant. Notez en outre et pour conclure que l'immigration en France en provenance des pays de l'est est aujourd'hui largement supérieure à l'immigration en provenance d'Afrique. Et pour cause : elle est légale dans l'Europe à 26 ! Et les "nouvelles" prostituées françaises ne sont pas nigérianes mais slaves...

     

    2- Solde des flux migratoires en Afrique en 2013 (en pourcentage de la population)

    Source : CIA

    Pays

    Etat des flux migratoires

    Libye

    3,3

    Zimbabwe

    2,3

    Sud Soudan

    1,2

    Djibouti

    0,6

    Botswana

    0,5

    Seychelles

    0,1

    Rwanda

    0,1

    Angola

    0

    Namibie

    0

    Bénin

    0

    Congo Brazzaville

    0

    Cameroun

    0

    République centrafricaine

    0

    Guinée Equatoriale

    0

    Erythrée

    0

    Guinée

    0

    Côte d'Ivoire

    0

    Liberia

    0

    Madagascar

    0

    Ile Maurice

    0

    Guinée Bissau

    0

    Togo

    0

    Burkina Faso

    0

    Swaziland

    0

    Ouganda

    0/-0,1

    Burundi

    0/-0,1

    Egypte

    0/-0,1

    Nigeria

    0/-0,1

    Ethiopie

    0/-0,1

    Kenya

    0/-0,1

    Congo Kinshasa

    0/-0,1

    Tanzanie

    -0,1

    Niger

    -0,1

    Cap Vert

    -0,1

    Zambie

    -0,1

    Mauritanie

    -0,1

    Algérie

    -0,1

    Sénégal

    -0,2

    Tunisie

    -0,2

    Mozambique

    -0,2

    Gabon

    -0,2

    Ghana

    -0,2

    Gambie

    -0,2

    Mali

    -0,2

    Comores

    -0,2

    Sierra Leone

    -0,3

    Maroc

    -0,3

    Tchad

    -0,3

    Soudan

    -0,4

    Afrique du Sud

    -0,6

    Lesotho

    -0,8

    Sao Tome

    -0,9

    Somalie

    -1


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :