• FASCISME ET RACISME

     

     
    What do you want to do ?
    New mail

     
    What do you want to do ?
    New mail

     

    Fascisme et racisme

    Christian d’Alayer - 10 juin 2020

    Attention, cet exposé est violent ! J’entends en effet démontrer ici (et c’est facile !) que les partis dits « d’extrême droite » aujourd’hui n’ont rien à faire avec le fascisme ou le nazisme (le nazisme, c’est le fascisme plus le racisme) tandis que les groupuscules dits « antifas » sont en fait fascistes même s’ils sont anti-racistes.

    D’abord, un rappel : le fascisme vient des « faisceaux » d’armes (à l’époque de Mussolini, des fusils), tenues l’une contre l’autre pour que toutes tiennent debout sans autre appui. Les nervis de Mussolini étaient ainsi armés lorsqu’ils marchèrent sur Rome pour donner le pouvoir à leur « guide » : il ne s’agit ni plus ni moins que d’une dictature par les armes, totalement différente de la dictature ultra-libérale par l’argent. Le nazisme ajouta à cette dictature le racisme contre les Juifs mais aussi contre les « races inférieures » : 16 millions de morts civils en Union Soviétique en sus des 10 millions de soldats tués au combat (ce qui explique largement la rage vengeresse des Soviétiques conquérant l’Allemagne qu’ils avaient bien plus vaincue que les Américains) Notez à ce sujet que les autres dictatures de l’époque ne furent pas racistes : Franco en Espagne ou Horty en Hongrie refusèrent les mesures raciales du 3e Reich, tout comme Mussolini d’ailleurs…

    Il est donc crétin -et je pèse mes mots, soit ignare et borné !- de traiter les ultra-droites actuelles en Occident de « fascistes » : ces mouvements, point essentiel, ne veulent pas conquérir ni conserver le pouvoir par la force des armes ! Ils sont tous inscrits dans le processus d’élections démocratiques et ne sont en aucune façon dictatoriaux, CQFD mais vous êtes trop nombreux à avoir été manipulés par les médias aux ordres qu’il est plus que nécessaire de le souligner. Il existe, il est vrai, des groupuscules à visées dictatoriales tant à droite (notamment aux Etats Unis d’Amérique) qu’à gauche (tant en Europe qu’en Amérique) Groupuscules qui viennent de refaire surface, croyant au « Grand Soir », dans tout l’Occident avec la monstrueuse affaire Floyd, un suspect tué en direct par un flic assassin. Il y en a, surtout aux Etats Unis où la détention d’armes est constitutionnellement libre : à l’origine, il s’agissait essentiellement de permettre au maximum d’Américains de combattre l’Angleterre, puissance coloniale. En tous les cas, les flics américains se heurtent à des voyous armés, voire surarmés. D’où le fait qu’ils tirent dès le moindre danger. Je ferais sans doute comme eux ! Sauf que Floyd fut volontairement assassiné sans arme, par le genou du flic le plus con de sa ville !

    Comme Adama fut sans douté tué par des flics manquant de retenue : vous entendez aujourd’hui que les expertises prouvent qu’il fut victime d’un arrêt cardiaque : faux ! Si vous reprenez les journaux de l’époque (bizarrement disparus d’Internet), vous verrez que les deux autopsies officielles furent tellement bidonnées que le procureur en leur charge dut être limogé en urgence pour éviter des émeutes évidentes. Les deux expertises suivantes, après exhumation du corps autorisé par la justice, démontrèrent une mort par asphyxie. Et depuis, notre grande et belle justice s’est couchée sur le dossier. D’où, évidemment, sa résurrection actuelle sur la lancée de l’affaire Floyd. Dans les deux cas, des voyous, il ne faut pas se le cacher, assassinés (l’affaire Floyd) ou tués (l’affaire Adama Traoré) par des policiers. Que ces affaires soient enfin éclaircies est une bonne chose et je comprends d’ailleurs que des policiers américains, non racistes et respectueux des lois, participent à l’émotion des foules face à l’assassinat (et non au simple meurtre, la vidéo est sans appel) du voyou Floyd par un flic voyou. C’est à la Justice de condamner, pas aux policiers et surtout à la mort !

    Mon passé plaide pour moi : je ne suis pas raciste ! Mais j’ai rencontré autant de cons non Occidentaux (remarquez ma prudence de langage !) que de cons occidentaux. Le pourcentage est à mon avis constant dans toute l’espèce humaine, probablement un peu plus aujourd’hui du côté des anciens dominants qui ne se rendent même pas compte que leur domination est terminée. Je pensais qu’ils profiteraient de leur ancienneté dans la domination pour lancer les prémices d’une vie future pour l’humanité. Que nenni ! Ils ont lancé l’ultra libéralisme et la mondialisation alors qu’il eut fallut lancer doucement la mondialisation sans ultra libéralisme. Dès lors, l’Occident coulait à sa perte définitive. Il n’en restera que ce que voudront bien retenir les futurs maîtres du Monde, les Asiatiques d’abord pour peu de temps (voir leur démographie), les Africains ensuite, heureusement plus gentils globalement que ce qu’en montrent leurs extrémistes. Voyez à cet égard Internet : l’humanité transpire constamment de leurs interventions, même si le tribalisme s’en mêle encore beaucoup trop.

    Mais revenons à nos fascistes. Il est donc idiot -terme faible- de traiter, par exemple, Marine Le Pen et son plus du quart des Français qui la suivent, de « fascistes » Une immense part de ses électeurs est issue du Parti Communiste quand ceux de son père l’étaient de l’union entre les Pétainistes (Tixier Vignancourt), les rapatriés d’Algérie revanchards et les plus extrêmes des Poujadistes (dont Jean-Marie Le Pen fut l’un des plus notables des élus) Souvenez vous que les Poujadistes auraient dû alors former le gouvernement comme la formation des députés la plus nombreuses. Mais avant leur intronisation, l’ancienne assemblée, battue, décida d’annuler purement et simplement plus de la moitié des élections de députés poujadistes : avant même l’ultra dictature molle des libéraux, les gens en place défirent une décision populaire. Sachant que les enfants de ces factieux -car ce furent des factieux, socialistes en tête- sont aujourd’hui dans la gauche radicale, soit libérale mais immigrationniste, dignes rejetons de leurs parents ! Notez que ce « pronunciamento » législatif fut décidé avec l’accord des Gaullistes, alors toujours dans l’opposition.

    Les rares extrémistes non démocrates de droite n’existent pratiquement pas en Europe. Contrairement aux Etats Unis où ils constituent indubitablement une menace terroriste importante. Les « suprémacistes » blancs se revendiquent tels dans un pays forcément multiculturel et toujours pas réconcilié. Le tueur de Floyd était plus que probablement inspiré par ces « suprémacistes » Par contre, les extrémistes de gauche existent bel et bien partout. Pour la plupart issus de familles normales, pas spécialement dans le besoin, il s’agit d’intellectuels présumés (qui n’apprennent pas de métier manuel tout en ne maîtrisant pas les métiers intellectuels) qui se croient porteurs d’un message quasi biblique et tentent donc de l’imposer par la force. S’ils avaient des armes, ils s’empareraient dictatorialement du pouvoir. Comme leurs portes parole l’ont fait dans les médias qui ne reçoivent plus, exemple tout de même frappant, aucun économiste non libéral depuis l’assassinat du dernier, Bernard Maris, par les Islamistes avec toute l’équipe de Charlie qu’il sponsorisait plus qu’abondamment.

    C’est avec ces gens là que cette fausse gauche fleurte, voire copule sans retenue. Avec, qui plus est, l’assentiment du gourou Mélenchon, une sorte de mélange entre Danton et Marat subjugué par son électorat bigarré de Marseille : le souverainisme devint, depuis, intolérable aux yeux du nouvel élu à la chambre des députés, autrefois voué au Sénat des vieillards ! L’opprobre n’est plus à jeter contre les souverainistes de droite, pas plus facho que vous et moi hors la presse aux ordres, mais contre ces merdes de gauche, je suis gentil, qui ne valent pas mieux qu’un maire de Brest sauvant un imam carrément fou pour conserver le vote musulman.

    J’en arrive maintenant à ma philosophie personnelle en l’état actuel des choses : il faut casser, d’abord casser. L’ultralibéralisme d’une Union européenne qui ne profite qu’à l’Allemagne, la domination d’une élite tellement corrompue par le fric qu’elle en est devenue totalement incompétente, une pensée unique imposée par les médias qui a finit par détruire la pensée occidentale et accélérer son déclin. Nous n’avons pas le choix. Je n’ai plus le choix, même si une majorité d’entre vous reste soumise aux diktats des médias.

    Et peu importe donc qui cassera. Je vote maintenant depuis deux scrutins pour l’ex Front National dont je ne suis pas adepte du fait de sa politique anti non Français de souche, après avoir voté longtemps pour la vraie gauche (qui n’existe plus) Je regarde sans trop y croire la naissance d’un nouveau « Front Populaire » mais, pour l’instant, voterai sans état d’âme pour le souverainiste français le mieux à même de mettre l’ultralibéralisme mondialisé à bas en France. Et je dis cela en face de mes nombreux amis africains qui, souverainistes chez eux (et on les comprend !), vouent les souverainistes français aux gémonies parce que, de force (il n’y en a plus à gauche), sont de droite. Tout cela, j’ajoute, n’a strictement rien à voir avec les échauffourées actuelles en Occident contre le racisme. Le vrai racisme se joue aux Etats Unis et en Afrique francophone, quand une ex puissance coloniale humilie chaque jour ses anciennes colonies. A cet égard, Macron n’a rien changé : l’ingérence française dans son « pré carré » est identique à celle qui régnait sous De Gaulle. Macron y a ajouté son expression théâtrale habituelle, mais c’est tout hormis le fait qu’il a dû lâcher la main mise française sur la misérable CPI, cette cour de justice internationale aux ordres de ceux qui la payent : entre le désastreux Covid19 et les affaires Floyd-Adama (cette dernière étant désastreuse pour la justice française), l’affaire ivoirienne passait bien après…

    Bref, gentils ex-socialistes qui croyez avoir évolué, vous n’aurez changé qu’après avoir accepté qu’il faut casser avant de reconstruire. Les Girondins le croyaient en 1792. Il fallut 1793, Danton puis Robespierre, pour sauver la République et des guerres externes, et des guerres civiles. Aujourd’hui, vous êtes les premiers à condamner les crimes de la Révolution. En oubliant que, sans eux, vous seriez aujourd’hui et toujours soit royalistes, soit orléanistes ! En vous couchant devant les oukases des médias et des « antifas » (eux-mêmes fachos), vous maintenez l’horreur ultralibérale mondialisée en place. Et je crois malheureusement que vous le ferez encore.

    Non pas que vous soyez bêtes comme vos pieds. Mais vous avez appris -c’est humain- à d’abord vous spécialiser dans vos travaux habituels : votre profession et votre famille. La politique, l’économie et les rapports internationaux viennent bien après, juste d’après ce que vous en disent les médias. Tous aux ordres d’une ploutocratie (gouvernement des riches) aussi implacable que cynique. Je ne vous en veux donc pas, moi-même m’étant spécialisé dans l’économie, la politique et les rapports internationaux au détriment de ma famille. Dont je n’ai retrouvé la valeur suprême qu’après le décès de mon épouse dont je pleure la disparition tous les jours que Dieu fait. Seule ma fille et mes petits enfants -et l’alcool parfois quand c’est trop dur plus quelques vieux amis d’enfance, les vrais- m’empêchent de mettre fin a des jours que je trouve sans intérêt depuis que je sais qu’ils se reproduiront jusqu’à ma mort naturelle : vous choisirez comme d’habitude la sécurité de l’existant, même insupportable, face au risque d’une Révolution dont, évidemment, personne ne peut prévoir la suite.

    Pourtant, on peut imaginer une suite à la mise à bas de l’actuelle Union européenne germanique : mettez-vous à la place d’un gouvernement souverainiste élu en France. Au début, ça pourrait se passer comme avec la Grèce : « on ne vous prêtera pas pour rembourser vos dettes » Si vous avez des couilles (mille pardons Mesdames, c’est une façon de dire que vous avez suffisamment de testostérone), vous commencez par évoquer les circonstances et par fermer vos frontières commerciales avec l’Allemagne. Plus une voiture et plus une saucisse dégueulasse germanique ne vient en France. Dans la semaine qui suit, c’est la panique chez les Allemands. Il ne leur faut que quelques jours de plus pour vous proposez une réunion. Que vous refusez, toujours cette testostérone. Alors « le marché » (les banques) vous mettent, croient-elles, le couteau sous la gorge. Vous êtes Hollande, vous vous rendez. Vous me ressemblez et vous faites arrêter les banquiers qui vous ont menacé (c’est un crime qui entraîne des dizaines d’années de prison) Notez que les Islandais l’ont fait… Là, ce sont les Allemands qui viennent à Paris, avant que vous ne reveniez au franc français d’avant l’euro. Ca peut se passer bien, donc aboutir à une vraie refondation de l’Europe. Avec une banque centrale rachetant toutes les dettes publiques et les rééchelonnant sur 40 ans (tous les pays pourront alors payer) Mais avec un euro perdant alors le quart de sa valeur, donc des retraités allemands perdant le quart de leur pouvoir d’achat. Ca peut s’arranger au niveau européen, tous les Etats acceptant de combler ce quart sur 40 ans. Je n’y crois pas des masses, et il faudra bien, à mon avis, renvoyer les émissaires allemands dans leurs foyers et quitter cette Union européenne délétère. Qui explosera donc, en ruinant les ploutocrates européens. C’est donc la meilleure solution ! Celle qui fera exploser et la ploutocratie, et l’élitisme mensonger.

    Je veux donc casser avant tout. Sachant que cette ploutocratie et ces élites monstrueuses sont tellement déconnectées de la réalité qu’elles iront jusqu’au bout de leur autisme, soit jusqu’au bout de leur destruction. Nous pourrons alors vraiment reconstruire, sachant que tout n’aura pas été perdu au passage : les savoir faires, le patrimoine réel (hors spéculation), l’espace dont les terres cultivables, etc. : le « gros » aura subsisté dans la débâcle des puissants.

    Il y aura fatalement une période de flottement avec la disparition de cadres se croyant des élites et qui fuiront avec leurs maîtres. Mais si vous regardez la Révolution française, vous pouvez voir que la fuite des élites royalistes a ouvert la porte à des élites républicaines en nombre bien plus important et en valeur très supérieure : « les cimetières sont remplis d’êtres irremplaçables » dit un jour Aristide Briand pour s’opposer à l’élection par le Parlement de Clémenceau à la présidence de la République. Et « c’est l’occasion qui fait le larron » dit le proverbe : nos pseudo élites friquées et incompétentes sont aisément remplaçables !

    Avant d’aller plus avant dans la recherche d’un monde meilleur, il faut donc s’attacher à la disparition du monde « pas bon » Les ploutocrates ont pris de l’avance en proposant un monde « écologique » Je m’y attaquerai dans une autre prose, un jour où j’en aurai envie. Pour l’instant, notez simplement que l’écologie est en fait votre véritable adversaire masqué. Une nouvelle religion au service de l’Etat ancien. L’antithèse du progrès pour des gens qui se trouvent progressistes et que l’écologie conforte dans leur refus du changement…

     
    What do you want to do ?
    New mail


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :