• Faut-il supprimer l'armée française

    Faut-il supprimer l'armée française ?<o:p></o:p>

    (19 décembre 2010)<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    C'est à cette question qu'a répondu un "vieux" comme moi, Pierre-Marie Guillon dans un livre dont je vous recommande vivement la lecture : "Il faut supprimer l'armée française" qui vient de paraître aux éditions Dangles, collection Vivre Demain. Ca coûte 18 € mais ça les vaut : vous apprendrez tout sur l'incurie de notre politique de Défense à l'heure où les agressions sont essentiellement économiques et culturelles. Avant toute chose, voici quelques extraits :<o:p></o:p>

    - Nous en sommes arrivés au point où nous ne savons même plus prendre la mesure du grave et de l'insupportable. Le 14 janvier 2009, une grande chaîne de télévision annonce qu'on a atteint ou dépassé le millier de morts dans la bande de Gaza. Il s'achève par ces mots : "Voici la fin de ce journal. Merci de l'avoir suivi. Je vous en rappelle la principale information : la gare Saint Lazare a été fermée au public pendant une grande partie de la journée en raison d'une grève totale des conducteurs"<o:p></o:p>

    - Si la France était une entreprise et l'armée, une de ses plus anciennes productions, on s'y serait de longue date interrogé sur l'opportunité d'affecter à des tâches plus rentables les moyens dont cette activité traditionnelle est dotée. La question aurait été débattue en conseil d'administration, peut-être en assemblée générale, surtout si l'entreprise en cause, déficitaire, gravement surendettée, abreuvée de difficultés, en perte de vitesse, devait se restructurer pour survivre face à une concurrence féroce et mieux...armée. Mais voilà, la France n'est pas une entreprise ! La comparaison semble non seulement inappropriée mais choquante. Pourquoi ? Parce que nous ne savons pas penser l'absence d'armée...<o:p></o:p>

    - Le temps est venu de comprendre que notre pays ne peut plus s'offrir le luxe de gaspiller une part importante des ressources indispensables à sa survie pour les utiliser à la préparation de suicidaires et ingérables conflits armés. Conserver notre armée en l'état constitue sans doute une de ces erreurs invisibles mais majeures qui, au cours de l'histoire, sonnèrent la disparition de peuples et de civilisations.<o:p></o:p>

    Le livre est didactique, fondé sur l'imbécilité, pour un pays non dominant comme le nôtre, de posséder l'arme atomique : elle nous donne l'illusion de la puissance alors que nous ne pouvons pas l'utiliser faute d'être totalement détruits par un adversaire plus fort que nous tandis que nous ne pouvons plus l'utiliser contre des adversaires plus faibles mais protégés, eux, par une puissance dominante. Notre stupide expédition à Suez en 1956 est l'exemple parfait de ce phénomène : Anglais et Français, les premiers possédant alors la bombe atomique, ont dû se retirer piteusement d'Egypte sous la menace conjointe des Russes et des Américains. Ce, tandis que et l'Europe unie, et la Chine, et les Etats Unis, mettent à bas des pans entiers de notre culture et détruisent peu à peu notre économie : que peut on faire de nos bombinettes face à ces attaques économiques et culturelles ?! Va-t-on vitrifier les sièges américains de Coca Cola et de McDonalds ?! Allons-nous bombarder Bruxelles ?! Devra-t-on, au péril de nos vies, tenter d'envahir Singapour ou Taïwan ?! Les Américains eux-mêmes sont en train de faire l'amère expérience d'une suprématie militaire mondiale sans effets sur le cours de l'histoire : la Chine, implacablement, lui dérobe par pans entiers les vêtements de son ancienne suprématie économique. Qu'en sera-t-il demain de sa culture, bien trop pauvre pour résister longtemps à une gastronomie chinoise de grande consommation (pour l'instant, l'artisanat résiste. Mais pour combien de temps ?) ainsi qu'à une cinémathèque qui a déjà conquis le cœur de ses jeunes ? Que pèsent les grands auteurs américains face aux dessinateurs de mangas ? Et les Etats Unis consacrent des centaines de milliards de dollars par an pour entretenir leur suprématie militaire !!!<o:p></o:p>

    Sans doute leurs généraux ne savent-ils pas encore que les producteurs de pétrole ont plus besoin des achats américains que les Américains n'ont besoin absolument de leur pétrole ultra sécurisé ? Il en va de même pour toutes les matières premières : les pays producteurs ont besoin de vendre plus que les pays acheteurs n'ont besoin réellement d'acheter. Le seul problème réel, objet de luttes économiques féroces, est celui du prix de ces matières premières. Et il faut savoir à cet égard que l'Histoire, avec un grand H, a condamné les tentatives occidentales de faire baisser les prix grâce aux productions de la mer du Nord, d'Australie ou du Canada : la demande chinoise est telle, la demande indienne sera telle, qu'il n'est plus question de revenir aux temps bénis des échanges inégaux. Avec 900 milliards de dollars annuels de déficits commerciaux cumulés, l'Occident n'a plus le choix que de se serrer (un peu) la ceinture. Mais il préfère la fuite en avant qui maintient d'énormes inégalités en son sein, inégalités dont, de toute évidence, ne veulent pas se défaire ses pseudos élites. Pseudo car incapables de voir qu'il existe au moins une source de capitaux immédiatement disponible, donc pouvant prolonger leur domination sur leurs concitoyens, en supprimant une immense partie des crédits militaires ! Ces élites là voient dans l'armée les prédécesseurs de leur propre domination et chacun sait qu'on ne touche pas aux "valeurs", "leurs" valeurs...<o:p></o:p>


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :