• Hollande est à Sarkozy ce qu'Obama est au Tea Party

     

    Election présidentielle 2012 – Suite : 6

    Hollande est à Sarkozy ce qu’Obama est au Tea Party

     

    Vous connaissez tous le Tea Party aux Etats Unis, ce bloc républicain extrémistes dont sont devenus membres les fous qui faisaient jadis sauter les cliniques pratiquant l’avortement ainsi que les dingues de la gâchette de la National riffles association. A côté de ce bloc, Sarkozy fait figure d’enfant de chœur de la gauche germanopratine ! Mais les situations sont différentes des deux côtés de l’Atlantique :

    -          Dans un pays latin comme le nôtre, l’Etat a toujours été le garant de la paix sociale. C’est ainsi que l’administration de l’empire romain a progressivement amélioré le sort juridique des esclaves et que, longtemps après, celle de la République a amélioré celui des ouvriers. Tandis que les USA sont un pays anglo-saxon qui s’est construit contre l’empire britannique tandis que la tradition anglo-saxonne avait auparavant basé son idéologie démocratique contre le pouvoir étatique (l’Habeas Corpus, ces premiers droits de l’homme, arraché au roi, puis le vote de l’impôt arraché de même après une guerre civile) Bref, les extrémistes républicains sont des anti-états forcenés, les tentatives de régulation de l’économie par Obama leur paressant du socialisme pur et simple. Vous conviendrez qu’il n’y a pas autant de différence d’appréciation entre les Socialistes français et la Droite au pouvoir, même flanquée d’une Droite dite « populaire » dont certaines thèses flirtent avec celles du Tea Party américain (ces thèses sont défendues surtout par le ministre Laurent Wauquier)

    -          Il n’en reste pas moins qu’Obama n’est pas socialiste : il a sauvé les banques américaines de la banqueroute tout comme les Européens et il a sauvé l’industrie automobile américaine de la même manière que les dits Européens. Simplement a-t-il, avec beaucoup de mal, concocté des  plans de relance de type keynésien qui commence à porter leurs fruits tandis que les Européens en ont été empêché par les Allemands (actuellement, plus con qu’un Allemand, tu meurs !) Et, à cet égard, Sarkozy est bien plus près du Tea Party que vous le pensez : lui continue inlassablement à vouloir baisser les charges salariales des entreprises au nom de la « compétitivité », une politique qui n’a marché ni en France, ni en Angleterre. Ca a fonctionné en Allemagne uniquement du fait des séries plus importantes que produisent leurs usines et des prix de vente élevés qu’ils peuvent maintenir du fait de l’image de marque de solidité qu’ils se sont donnés. Ainsi nos bons Sarkozystes vitupèrent-ils contre la gauche tandis qu’ils se goinfrent de BMW ou d’Audi, images de ce qu’ils croient être leur « réussite » Ce faisant, les séries de nos gros modèles sont réduites au point que Peugeot a renoncé à en fabriquer. CQFD ! Notez que le phénomène chinois est identique, l’image de marque exclue : les séries chinoises n’ont rien à voir avec celles des Occidentaux, lesquels, en plus, segmentent leurs marchés à mort (c’est le cas de le souligner !) sous la pression d’outils marketing qui ont fini par faire taire définitivement des techniciens de plus en plus maltraités (ainsi la plateforme technique de SFR est elle aujourd’hui celle de…Maroc Télécom !) Bref, nous sommes dans la panade aussi parce que nos valeurs anciennes, celles du travail bien fait et d’une créativité accepté même de la part de la base ont été remplacées par des « méthodes de gestion » américaines poussées jusqu’à l’absurde. Telle celle qui veut qu’on confie les tâches urgentes aux personnes surmenées car elles travaillent plus vite (la méthode est parfaitement exacte et très répandue, vous pouvez vous renseigner partout) !

    -          Segmentation des marchés à la folie (voir les automobiles), mépris des cols bleus et des techniciens en général, il n’est pas étonnant que notre commerce extérieur se soit effondré. Heureusement disposons-nous du tourisme qui rapporte autant que le trou du commerce de biens et services «marchands », phénomène qu’oublie de vous signaler nos dirigeants de tous bords. Par calcul bien sûr, mais aussi par mépris : que pèsent toutes les petites mains du tourisme face au CAC 40 ?!

    Vous voyez alors et maintenant très certainement pourquoi j’associe Hollande et Obama ainsi que Sarkozy et le Tea Party : Hollande comme Obama ne veulent pas toucher à l’essence même de leur environnement économique et des valeurs qu’il trimbale. Plus de justice fiscale et plus de relance, un point c’est tout. Tandis que Sarkozy, comme le Tea Party, commet une erreur idéologique fondamentale qui « l’empêche d’empêcher » l’inévitable, soit l’effondrement rapide du dit environnement sous la pression d’une austérité aussi généralisée que stupide (stupide car le même phénomène s’est produit avant la 2e Guerre Mondiale et que nous disposons ici d’un élément fort d’économétrie, l’étude de la macro économie dans le temps) Obama et Hollande peuvent sauver l’ultra libéralisme que mettent en danger le Tea Party et Sarkozy, telle est ma réflexion…

    Mais cela ne vous sauvera pas : ça sauvera le CAC 40 et les Financiers mais ça ne sauvera pas l’emploi, du moins en France. Car les Américains « basiques » ont encore, eux, le goût du travail technique, ils ont encore des usines même si les Asiatiques ont fait pas mal de dégâts : leur « substrat industriel » partait de bien plus haut que le nôtre tandis que leur immense marché intérieur laisse la place à pas mal de fabrications locales. Peut-être aussi retrouveront-ils le chemin des grandes séries inventé d’ailleurs par l’un des leurs, Henry Ford ?

    En France, les énarques, pour schématiser le processus, ont modifié en profondeur les valeurs que portait jadis la société française. D’abord au niveau de la solidarité : le cassage volontaire des syndicats (surtout par l’argent) à dégouté les travailleurs de leurs représentants. D’autant qu’en même temps, nos dirigeants de gauche comme de droite faisaient l’apologie des Anglo-Saxons et de leur individualisme. Lesquels, il ne faut pas l’oublier, ne sont pas si individualistes que ça : ils n’aiment pas la solidarité organisée par l’Etat, certes, mais ils l’ont remplacé par une solidarité associative fabuleuse et dont nous n’avons qu’une toute petite idée : songez qu’aux Etats Unis, la protection et l’intégration des personnes handicapées est largement en avance sur la nôtre, pourtant pilotée par des lois et un organisme financier qui chapeaute leur exécution (l’AGEFIP) Le résultat est un « chacun pour soi » totalement déroutant dans une France longtemps clanique et étatique. Déroutant et stérile bien sûr, surtout quand on voit et Hollande, et Sarkozy, vouloir aujourd’hui donner le pas des négociations salariales sur la loi : les négociations seront fatalement gagnées par le plus fort, aujourd’hui et sans conteste, les patrons.

    Ensuite au niveau de la perception de notre environnement socio-économique : plus que partout ailleurs, même aux Etats Unis, les Français ne voient que les grandes entreprises et les gros salaires. Ils rêvent de faire partie de la toute petite minorité qui bénéficie des dits gros salaires ou rêvent d’approcher les « Grands » L’envolée des magazines people en dit long à cet égard, notre regard est devenu collectivement idiot, tout comme avant la Révolution Française ou l’introduction du fermage (très tardivement en France, seulement au 20e siècle), quand les ruraux retiraient leur chapeau devant « Monsieur le Compte » J’ai à l’esprit une formidable chanson de Jacques Brel, écrite très peu de temps avant sa mort et une mort qu’il savait proche : Pourquoi ont-ils tué Jaurès ? Ecoutez là et demandez-vous ensuite comment un Sarkozy a pu oser utiliser le nom de Jaurès dans sa campagne de 2007…

    Croyez vous que, dans ces multiples conditions contraires, un Hollande s’appuyant sur un PS délétère puisse réellement « changer les choses » pour vous ? Je me demande même si la victoire de Sarkozy ne serait pas préférable : car elle aboutirait, je l’ai déjà dit, à l’explosion du système et, donc, à une redéfinition totale des valeurs de gauche. Ceci étant, il y a aussi et plutôt une forte chance que ce soit le FN qui tire les marrons du feu et il vaut mieux un Hollande qu’un Sarkozy bis. Moi, je préfère en tout cas Mélenchon et je prie pour pouvoir voter pour lui tant au 1er qu’au second tour… Amen !


    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :