• Informatique

    Informatique

    (début des années 1980)

     

    "Ciment...2351 tonnes" Pourquoi 351 et pas 52, 53 ou 54, je vous jure ! Comme s'ils les comptaient au kilo ! "Directeur..." Tiens, ils ont conservé la rubrique. Passons... Vite dit ! Il n'y a rien pour la responsabilité juridique. OK pour le directeur, "Monsieur Ada Krumpeth" Age ? Rien... Et merde ! Quand faut y aller : "Centre d'observation socio-économique TIGA à société des Cimenteries Off-shore..." Contact puis : "Age A. Krumpeth ?" Stand by puis "Né le 8 décembre 1975" Stand by... Stand by, Stand by, il ne va tout de même pas me décliner la profession de son arrière grand père et les mœurs de son poisson rouge ! Et ben si, il...

    Passionnant ! A chaque fois que ça arrive, je prends mon pied : suffit d'enfourner les infos sur le programme interne et, pfutt, on a tous les trous par déduction. Par exemple, ce Krumpeth, en partant de son âge, de son milieu d'origine, de sa situation actuelle et de son pays de résidence, on obtient avec plus de 75% de probabilité : sa confession religieuse, ses opinions politiques, son comportement sexuel, sa façon de piloter les nodules de transport, ses tendances consuméristes et celles de sa famille, ses goûts artistiques, ses préférences culinaires... Je m'arrête à ces dernières, histoire de vérifier : s'il aime les plats asiatiques, il a dû aller dans plusieurs restau ad hoc du coin. Peut-être bien qu'il a payé par carte : bingo ! En plus, y'a la trace. Vachement même, le mec récidive fréquemment... Tiens, si je me farcissais sa sexualité, pour voir ?...

    Marrant, dans le fond, l'informatique. Les cons qui ont réglementé la chose n'y pigeaient que dalle, pour sûr ! Empêcher les fichiers sans contrôler les programmes, fallait le faire ! Au  moins, les fichiers, ça limitait la taille des cibles. Là, on n'a qu'à donner les spécificités connues et on a le reste dans l'heure. Après, suffit de vérifier et de raccourcir les listes en ajoutant des paramètres au fur et à mesure. Même que la machine nous les donne, les dits paramètres, voir mon exemple : je pars de Krumpeth, la machine déduit sa gourmandise probable. Mettons que ce Krumpeth soit un "pas beau" et que je cherche ses possibles copains. N'ai qu'à demander : un, les responsables d'industrie comme le ciment ; deux, ceusses qui ont un profil similaire à celui de mon gus ; tertio, je cherche des traces financières pour reconstituer l'itinéraire des noms que sort la machine ; quarto, on rapproche les itinéraires de tout ce petit monde. Et in fine, en taule les affreux ! Notez qu'au départ, j'ai pas la queue d'un fichier. Le seul problème, c'est la disparition des traces financières au bout de deux ans : avant, c'était trois, code commercial oblige : la durée des créances. Mais ils ont légiféré et on ne peut plus faire de vrais historiques : rien que de l'actualité.

    Quant à l'interconnexion des données, fallait pas faire d'exception. Tant pis pour les politiques. D'ailleurs, que ferait un observatoire économique sans branchement sur les données financières ? On n'est quand même pas des démons. On ne se sert que rarement des potentialités du programme. les fois où les pressions sont...disons "intéressantes"

    L'opinion s'en contrefout en plus. Comme il n'y a pas beaucoup de cas qui sortent, ça conforte les gens dans leur je-m'en-foutisme. Sans compter que, aspect positif du truc, on te prédit l'inflation au jour le jour maintenant. Et du costaud, pas plus de 0,08% de marge d'erreurs. Dame, en suivant tous les paiements dès qu'ils sont concrétisés... Restent les chèques : ça existe encore, ces machins là, et faut attendre les compensations hebdomadaires. Heureusement qu'on a un programme pour les évaluer à l'avance !

    Je reviens à mon Krumpeth : faut que je termine avant la bouffe. Car, après, je déconnecte, observation ou pas.  22 heures, c'est 22 heures ! "Client...GRTP" Quoi t'est-ce ? "Groupe de recherche pour les travaux publics" OK, je vois et je comprends les 351 : sont à une tonne près, les mecs. Et ils savent drôlement compter, en plus. Là où je les pleins, c'est à la réception s'il y a eu des pertes ou du coulage : obligés de compléter en allant se fournir chez les "Xrama" du coin. Et après, la justif : à l'informatique, faut se la faire !  C'est vachement salaud, une machine : "un chou est un chou, na !" Sans doute qu'ils payent de leurs deniers à eux ?

    La voilà, mon explication, ma motivation plutôt : c'est pour leur éviter ces douloureuses amputations financière qu'on se transforme parfois en détective. Trouvez le voleur et, hop !, ils rentrent dans leurs frais. Ca concoure à notre image de marque. Bon, Krumpeth, je poursuis...

    J'ai même dépassé les 22 heures. Une sacré avance, que j'ai prise ! Car le Krumpeth, et bien c'en est un. J'ai tout fourni à l'ordinateur et après, par habitude, j'ai connecté un ou deux autres programmes, histoire de. En plein dans le mille ! Il correspond à un paramètre près (la tension nerveuse moyenne probable) au profil robot des insoumis infiltrés, ceux qui refusent la massification. J'aurais dû m'en douter : le "directeur", c'est symptomatique... Cet apprenti chef de mes deux est donc un saboteur en puissance. Il ne m'appartient plus et je l'ai refilé au programme de la prévention sociale. On va te le surveiller vite-fait...

     

    ***

    Quel boulot de con ! Je reçois une information, je connecte et j'attends. La plupart du temps, le programme me renvoie le tout dans la gueule : "S.S." qu'il dit, "Sans suite". Et pourtant, j'en ai vu passer des affaires dignes d'intérêt. Tenez, hier encore, un dénommé Krumpeth, le profil même de la bébête anachronique, l'homme hiérarchisant dans toute sa splendeur. La machine l'a détecté en quelques secondes... "S.S.", quelle stupide machine ! Je ne vais pas suer sang et eau à passer outre. Faut un rapport dans ce cas. Et, là, je n'ai pas d'élément tangible, rien que des présomptions. Dans le fond, le programme n'a pas tout-à-fait tort : s'il fallait aussi se préoccuper de présomptions... Et pour un délit mineur en plus, une manie rétro. C'est vrai qu'il ne fait de mal à personne, ce Krumpeth. Ses collègues ne doivent pas être tristes en le regardant travailler. Peut-être roulent-ils exprès les "r" en le traitant de "Monsieur le Directeur", enregistreur en poche ? C'est ce que je ferais à leur place. Bon, je le sors mais je l'archive, ça peut peut-être servir...

     

    ***

    - Qu'est-ce qui ne va pas ?

    - Ca a l'air saturé.

    - Il y a de nouvelles mémoires qui doivent prochainement être mises en service.

    - Ce ne sont pas les mémoires : les actuelles ont encore de la place. Non, j'ai l'impression que ce sont les éléments calculs.

    - Vous avez interrogé le répartiteur ?

    - Oui... IL préconise un délestage.

    - Il a dit quoi !?

    - C'est vrai qu'il n'est pas programmé pour...

    - Faut donc qu'on en discute. Et avec cette satanée saturation, ça va être coton. Essayons quand même.

    Les deux hommes lancèrent l'opération référendum en respectant scrupuleusement les indications constitutionnelles... Sans succès, le réseau ne pouvant absorber une programmation de plus. "Et un sondage ?", interrogea le premier. Le sondage ne donna rien non plus.

    Il fallut recourir, dans une pagaille de fin du Monde, aux vieilles méthodes du papier et des urnes pour s'apercevoir que, dans les localités qui avaient pu être couvertes par cette pratique antédiluvienne, chacun souhaitait conserver ses programmes propres et délester ceux des autres. Trois ou quatre autres référendums papier plus tard, on entrevit l'esquisse d'une solution, en additionnant les négations : grosso modo, les populations préféraient avant tout autre solution que l'on supprime les contrôles. Saine et positive réaction : la production d'abord. Contrôler du vent, les gens comprenaient que ça ne rimait à rien.

    Ainsi fut fait et le réseau reprit un fonctionnement presque normal, laissant à la dynamique économique le soin de réparer elle-même les petites blessures que lui causaient les anomalies humaines. Il est vrai que les risques étaient tout de même légers, on n'était plus au XXe siècle. Il y eut un peu de chômage, celui des contrôleurs à recycler. Cela ne dura pas longtemps, sinon dans la tête de gens qui avaient espéré, avant la décision, devenir eux-mêmes des contrôleurs pendant quelques années. Bah, ils firent autre chose...


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :