• L'Afrique comme la Chine il y a 20 ans

    Afrique : où investissent les étrangers ?

    Simple état des lieux avant la très probable accélération de ces investissements directs étrangers dans les années à venir

     

    Les multinationales vont elles venir chez vous parce que vous êtes bien gouvernées ? Bien sur que non ! Tous vous savez -parfois même sans le savoir consciemment- que développement et gouvernance n'ont pas de rapport fort. Et encore moins la démocratie : toutes les grandes envolées économiques du Monde à travers tous les temps passés montrent au contraire que la stabilité politique est bien plus importante que le droit de vote. N'en déplaise à beaucoup qui me liront et à encore beaucoup plus qui ne le feront pas...

    Car la loi du profit n'est pas fondée sur la gouvernance, hors la seule exception de la pression fiscale : ayez les salaires les plus bas du monde, une technicité à toutes épreuves, un système de transport fiable, rapide et bon marché, une énergie abondante et toute aussi peu coûteuse, bref, les meilleurs atouts pour les multinationales, si vous leur bouffez trop de bénéfices, elles ne viendront pas chez vous. Tout comme le chirurgien "plastique" hyper riche d'Europe préfèrera déposer ses nombreux sous dans une banque suisse, non pas pour échapper à l'impôt, mais parce que la gestion des dits sous y sera nettement mieux traitée que chez lui (c'est la raison pour laquelle, finalement, les Helvètes vont en finir avec le secret bancaire : leur gestion de patrimoine est tellement supérieure à celle des grandes banques européennes que leurs client frauduleux préfèrent payer des amendes que les quitter)

    Bref, les multinationales viendront chez vous pour des raisons bien plus terre-à-terre : vos matières premières -c'est le cas actuellement-, votre marché intérieur, le coût de votre main d'œuvre, bref, toutes raisons de gagner vite plus d'argent qu'ailleurs. Encore faut-ils qu'ils sachent que l'Afrique est une place où l'on peut gagner vite plus d'argent qu'ailleurs, ce qui est statistiquement le cas : voyez le tableau n° 5, soit le retour sur capital dans le monde, région par région. L'Afrique est aujourd'hui en tête avec un score supérieur de 0,5 points à celui de l'Asie. Le saviez-vous ? Et quand vous regardez cette fois-ci non plus les régions mais les pays (tableau n° 4), vous pouvez constater qu'un pays africain, l'Angola, est numéro 1 et que quatre pays sur les vingt premiers, 20% donc, sont africains. Je n'ai pas indiqué les 100 premiers pays mais la proportion des Africains grimpent alors très nettement tellement "on gagne d'argent en Afrique" CQFD !

    Quand je l'ai écrit la première fois, en 2004, on m'a pris pour un fou. Une seule radio, France Inter, a bien voulu m'inviter pour parler de mon livre tandis que la presse écrite m'ignora hors un quotidien gratuit. Mais vous allez bientôt assister à ce que j'appelle "le bal des faux culs", soit à des retournements de vestes en série de la part de ceux qui ont le plus conspué votre continent. Ca commence doucement, très doucement, mais le phénomène va s'amplifier : je parie même que l'Afrique sera à la mode économique avant 2020 !

    Voyons donc, avant que cette mode ne vienne bouleverser la donne, quelles sont les tendances africaines en matière d'investissements étrangers.

    Commençons par un état des lieux pays par pays (tableau n° 8) : vous pouvez constater d'amblée que les matières premières ont perdu de leur superbe dans la décision d'investir des étrangers. certes, le Nigeria pétrolier caracole toujours en tête. Mais il est suivi par deux pays non pétrolier, le Mozambique et l'Afrique du Sud, avec des pays non fortement miniers, Ghana, Maroc et Egypte, dans les dix premiers. Le Mozambique bénéficie de toute évidence d'une conjonction de facteurs bénéfiques tel que l'intérêt qu'y manifestent des puissances régionales expansionnistes comme l'Afrique du Sud et l'Angola ainsi que l'arrivée en nombre de Portugais fuyant l'austérité européenne. Se mêlent ici investissements des multinationales africaines et micro-investissements des particuliers...  Le Ghana, lui, a très fortement bénéficié du chao ivoirien : Abidjan n'est plus la "perle de l'Afrique", c'est maintenant au tour d'Accra de briller au firmament des investisseurs étrangers. Notons au passage que le montant des sommes investies chez les Ghanéens n'a jamais été atteint, et de loin, par les Ivoiriens. On est ici passé au niveau supérieur. Maroc et Egypte enfin, pour clore cette revue des premiers pays africains hôtes d'IDE, ont toujours bénéficié de la clémence financière de l'Occident. L'Egypte étant même en recul par rapport aux années fastes, effet évident de la crise politique.

    Mais ces deux pays ne doivent pas cacher un fait important : alors qu'autrefois les investissements directs étrangers allaient majoritairement au nord du continent, c'est aujourd'hui l'Afrique subsaharienne qui en bénéficie le plus. La part du Mashrek n'a cessé de décroître depuis dix ans au profit du sud du Sahara. Vous pouvez d'ailleurs compter que  plus d'une dizaine de pays d'Afrique jadis dite "noire" sont aujourd'hui milliardaires en termes d'IDE. Un phénomène qui va plus que certainement s'amplifier dans les années à venir car il témoigne tout bêtement de l'importance de la démographie dans les décisions d'investissement des étrangers, ce fameux marché intérieur déjà cité. Encouragez donc, quand vous êtes issus de petits pays, vos dirigeants à encourager eux-mêmes les regroupements sous-régionaux...

    Tout étant par ailleurs relatif dans ce bas monde, on ne doit pas oublier que notre regard actuel se porte sur une situation bien maigre : les IDE de 2012 tournent toujours autour de 50 milliards/an, tout comme au siècle dernier. Et tout comme au siècle dernier, l'Afrique est bonne dernière, de très loin, dans la pensée et les actes des investisseurs internationaux. Compte tenu des progrès phénoménaux enregistrés sur le continent depuis l'an 2000, il s'agit bel et bien d'un problème d'image auprès des dits investisseurs qui ont peur de tout chez vous, à commencer par les maladies qu'ils sont censés y attraper obligatoirement : paludisme, sida, maladie du sommeil et j'en passe. Viennent ensuite les peurs de la violence : guerres, insécurité urbaine, arnaques en tous genres. Et, in fine mais in fine seulement, l'insécurité judiciaire (je dis in fine seulement parce que les hommes d'affaires internationaux savent mieux que vous contourner ce type d'insécurité) Vous avez donc besoin de spécialistes autochtones de la communication internationale (autochtones car les étrangers sauront vous prendre de l'argent mais ne sauront pas vendre un continent auquel ils ne croient pas), de mieux payer vos policiers pour qu'ils fassent enfin leur boulot correctement et de, tous, vous joindre, en l'annonçant "urbi et orbi", à l'OHADA, l'Organisation pour l'Harmonisation en Afrique du Droit des Affaires : la chose est lancée, elle fonctionne à peu près correctement, et il n'y a plus qu'à la généraliser en lui donnant toute la publicité qu'elle mérite. Un peu de sérieux en matière judiciaire et policière plus beaucoup de communication dans les pays investisseurs (Occident, Asie plus quelques pays sud-américains), c'est tout de même dans les cordes des dirigeants africains, non ? Il est vrai que ceux-ci peuvent aujourd'hui compter surtout sur le rapatriement d'argent des expatriés aux montants au moins égaux à ceux des IDE et de l'aide internationale réunis...

    Mais le décollage chinois s'est fait, lui aussi, à partir du moment où les étrangers se sont aperçus que les émigrés chinois gagnaient beaucoup d'argent en investissant dans leur pays d'origine. L'apport des IDE a alors été décisif dans l'envol économique phénoménal de l'Empire du Milieu. Vous en êtes là, au moment où vos expatriés commencent à gagner plus d'argent en investissant dans la mère patrie qu'en s'établissant définitivement dans leur pays d'accueil. D'où d'ailleurs mon pari que votre continent sera économiquement à la mode avant la fin 2020 : je ne prends pas beaucoup de risque !

    Voyons maintenant l'évolution de vos principaux partenaires : la situation est aujourd'hui établie au niveau mondial (graphique n° 2), quasi identique au niveau africain. Ce sont les Etats Unis et l'Asie qui vous chouchoutent le plus. La France, par ailleurs en retour guerrier ambigu, est "dans les choux" si l'on peut dire, dépassée même par la Suisse, la Russie et le Canada ! Le pays de sa gracieuse Majesté conserve des couleurs au niveau mondial mais pas en Afrique où son recul des années 1980 n'a pas été contrarié depuis. Je n'ai pas volontairement donné le classement africain car votre regard doit être prospectif aujourd'hui : quels sont les pays que vous devez démarcher prioritairement pour qu'ils investissent chez vous ? La réponse est claire : continuez ! D'autant qu'en 2012 et pour la première fois dans l'histoire moderne, les investissements internationaux ont été plus importants dans les pays en développement que dans les pays développés. Certes, la place de la Chine (j'ai agrégé les chiffres de la Chine continentale, de Hong Kong et de Singapour dans les deux tableaux 1 et 2) y est pour beaucoup. Mais vous pouvez voir que l'Amérique latine s'est bien positionnée elle aussi dans le cœur des investisseurs. Alors qu'à ma connaissance, la sécurité sanitaire, policière et judiciaire n'y est guère plus élevée que chez vous...

    Voilà donc le vrai défi africain d'aujourd'hui : faire comme la Chine et attirer enfin les investissements directs étrangers propres à accélérer les croissances déjà très élevées des pays africains. Vous savez fort bien qui tenter prioritairement d'attirer -ce ne sont bien évidemment pas les Français !- et vous savez que la taille des marchés est primordiale pour les investisseurs sérieux. Vous me direz que vous savez tout cela depuis belle lurette. Mais aujourd'hui est différent d'hier : vous avez commencé à décoller et ce que vous pressentiez est devenu urgent...

     

     

     

     1- Flux d'investissements directs étrangers dans le monde de 2010 à 2012 (en milliards de dollars)

     

                                                                           IDE entrants                                            IDE sortants

    Régions

    2010

    2011

    2012

    2010

    2011

    2012

    Monde

    1409

    1652

    1351

    1506

    1678

    1391

    Pays développés

    696

    820

    561

    1030

    1183

    909

    Pays en développement

    637

    735

    703

    413

    422

    426

    Afrique

    44

    48

    50

    9

    5

    14

    Asie

    401

    436

    407

    284

    311

    308

    Amérique latine & Oc.

    193

    251

    246

    120

    106

    104

    Pays émergeants

    75

    96

    87

    62

    73

    55

    Source : CNUCED, World investment report 2013

     

     

     

    2 - Les 20* premiers pays investisseurs (en milliard de dollars, 2012)

    Source : CNUCED, World investment report 2013 * La Chine incluant Hong Kong et Singapour

     

    3 - Les 20* premiers pays hôtes  (en milliard de dollars, 2012)

    Source : CNUCED, World investment report 2013 * La Chine incluant Hong Kong et Singapour

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    4 - Les 20 premiers pays en terme de retour sur investissement (en %, données 2011)

    Source : CNUCED d'après les statistiques du FMI sur les balances des paiements

     

    5- Retour sur capital, par région, depuis 2006 (en %)

    Région

    2006

    2007

    2008

    2009

    2010

    2011

    Monde

    7,3

    7,2

    7,7

    5,9

    6,8

    7,2

    Pays développés

    6,3

    6,1

    4,6

    4

    4,6

    4,8

    Pays en développement

    9,7

    9,8

    9,7

    8,7

    9

    8,4

    Afrique

    10

    13,4

    15,8

    10,8

    8,9

    9,3

    Asie

    9,5

    9,1

    8,9

    8,8

    9,8

    8,8

    Amérique latine

    10,2

    10,3

    9,9

    7,6

    7,1

    7,1

    Pays émergeants

    14,5

    12

    16,5

    10,7

    10,8

    13

    Source : CNUCED d'après les statistiques du FMI sur les balances des paiements

     

     

    6 - Evolution des FDI dans le Monde depuis 2004 (en milliards de dollars)

    Source : CNUCED

     

    7 - Profits sur FDI réinvestis dans le monde de 2004 à 2011 (en milliard de dollars)

    Région

    2005

    2006

    2007

    2008

    2009

    2010

    2011

    Monde

    258

    378

    470

    277

    291

    477

    499

    Pays développés

    161

    253

    312

    109

    112

    219

    260

    Pays en développement

    86

    109

    131

    130

    161

    235

    214

    Afrique

    7

    9

    13

    17

    13

    15

    11

    Asie

    59

    72

    85

    86

    116

    189

    166

    Amérique latine & Oc

    21

    28

    32

    27

    31

    30

    37

    Pays émergeants

    11

    17

    28

    37

    18

    23

    25

    Source : CNUCED d'après les statistiques du FMI sur les balances des paiements

     

    8- FDI en Afrique en 2012 (en millions de dollars)

    Pays

    2012

    Nigeria

    7029

    Mozambique

    5218

    Afrique du Sud

    4572

    Congo Kinshasa

    3312

    Ghana

    3295

    Maroc

    2836

    Egypte

    2798

    Congo Brazzaville

    2758

    Soudan

    2466

    Guinée Equatoriale

    2115

    Tunisie

    1918

    Ouganda

    1721

    Tanzanie

    1706

    Algérie

    1484

    Liberia

    1354

    Mauritanie

    1204

    Zambie

    1066

    Ethiopie

    970

    Madagascar

    895

    Niger

    793

    Guinée

    744

    Sierra Leone

    740

    Gabon

    702

    Cameroun

    507

    Côte d'Ivoire

    478

    Zimbabwe

    400

    Ile Maurice

    361

    Namibie

    357

    Sénégal

    336

    Tchad

    323

    Mali

    310

    Botswana

    293

    Kenya

    259

    Lesotho

    172

    Togo

    166

    Rwanda

    160

    Bénin

    159

    Malawi

    129

    Seychelles

    114

    Somalie

    107

    Djibouti

    100

    Swaziland

    90

    Gambie

    79

    Erythrée

    74

    Cap Vert

    71

    Centrafrique

    71

    Sao Tome & Principe

    50

    Burkina Faso

    40

    Comores

    17

    Guinée Bissau

    16

    Burundi

    1

    Angola

    -6898

    Total Afrique

    50041

    Source : CNUCED


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :