• La guerre, le racisme et l'Occident

    La guerre, le racisme et l’Occident

    Avril 2011

     

    Face à l’extraordinaire agressivité actuelle des Occidentaux, quelques rappels historiques ne paraissent pas inutiles. Auparavant et en guise d’introduction, voici le florilège des actes guerriers des dits Occidentaux depuis une vingtaine d’années : invasion de Panama par les Américains et capture du président en exercice, Noriega (un trafiquant de drogue, certes, mais président en exercice d’un pays inscrit à l’ONU) ; invasion des Grenadines (minuscule groupe d’îles alors dirigé par des gauchistes favorables à l’URSS) ; renversement du président haïtien Aristide, invasion de l’île et mise en place d’un gouvernement moins nationaliste (ça ressemble beaucoup à la Côte d’Ivoire d’aujourd’hui) ; 1ere et 2e guerre du Golfe après le soutien des irakiens dans la guerre Irak-Iran ; soutien par les Anglo-Saxons des forces ougando-tutsis et, par les Français, des forces congolaises dans les guerres des Congo ; invasion de l’Afghanistan ; soutien des Tchadiens dans les guerres contre la Libye puis le Soudan ; soutien du camp musulman dans les guerres d’Indépendance d’Europe orientale ; bombardement de la Serbie dans la guerre du Kosovo ; bombardement des forces tripolitaines dans la guerre civile de Libye ; soutien (y compris direct) du camp musulman dans l’affrontement ivoirien, devenu guerre civile depuis ce soutien… Et je dois en oublier !

    Qu’ils soient de gauche ou de droite, les Occidentaux sont tous les mêmes, des va-t-en-guerre monstrueux et insupportables. Les mêmes en fait qu’à l’origine lorsqu’ayant domestiqué le cheval, ils envahirent l’Inde négroïde à l’aube des civilisations pour devenir les fameux « Indo-Européens » sur les cadavres des populations autochtones. Et ils étaient déjà racistes : la religion qu’ils inventèrent, l’Hindouisme, comprenait déjà la catégorie des « Intouchables », ceux qui triment sans qu’on ait même le droit de leur parler. Devinez qui étaient les premiers Intouchables ?! Et ces guerriers racistes déferlèrent ensuite sur l’ouest du continent euro-asiatique, les uns vers la Méditerranée (Perses, Grecs puis Romains), les autres vers la mer du Nord (Aryens), les derniers vers l’Atlantique (Celtes et Germains) Tous avaient une culture guerrière dominante et le plus profond mépris pour ceux qui ne faisaient pas partie de leur culture immédiate : ils se combattirent entre eux des millénaires durant, avec une férocité sans égale. Qu’on se remémore à cet égard la prise de Jérusalem par les croisés : tous les habitants furent massacrés alors que Saladin accorda la vie aux défenseurs de la même Jérusalem lorsqu’il reprit la ville aux Occidentaux. Mais il suffit de se souvenir d’Hitler pour concevoir jusqu’où peut aller la folie meurtrière occidentale…

    D’ailleurs les civilisations précolombiennes ne survécurent pas à leurs venues en nombre en Amérique, tant au sud qu’au nord du continent. De même les civilisations africaines faillirent disparaître corps et biens devant leurs assauts répétés, la civilisation sahélienne n’existant de fait pratiquement plus et seuls les Bantous ayant véritablement réussi à conserver leur immense héritage. Que dire à cet égard des civilisations arabo-berbères qui amenèrent, plus que Bagdad, les « Lumières d’Islam » à leur plus haut niveau historique ! Ne restent que des humains perdus entre le souvenir atrophié du passé (l’extrémisme religieux) et le dégoût du présent. Gbagbo a donc perdu militairement contre les Français (les forces de Ouattara, surarmées et conseillées par les français ne purent même pas mettre le président ivoirien en danger et il fallut que la Licorne intervienne directement pour faire le travail) mais les Bantous, eux, sont les véritables vainqueurs de l’interminable conflit opposant les Occidentaux guerriers à l’Afrique : leur civilisation et leurs valeurs se développent en dépit d’une faiblesse militaire évidente. Qui a ainsi inventé le processus de « vérité et réconciliation » ? L’Occident, lui, inventa Nuremberg et la Cour d’(in)justice de la Haye : les vainqueurs jugent et condamnent les vaincus, un point c’est tout. Et quand un Bantou, Houphouët-Boigny, relayé par tous les Bantous jadis au pouvoir en Côte d’Ivoire, modifièrent leur histoire officielle pour qu’il n’y ait plus de nordistes et de forestiers mais seulement des Ivoiriens, les Occidentaux soutenaient les Blancs de l’apartheid tant au Zimbabwe qu’en Afrique du Sud. Et ont poussé aujourd’hui Ouattara à faire la pire campagne électorale ethnique qu’il y ait jamais eu en Afrique, suivi d’ailleurs d’atrocités en pays bété afin de faire fuir les locaux et implanter des nordistes dans les maisons restées vides. Toutes choses que les médias occidentaux, aux ordres comme il se doit dans des sociétés militarisées à outrance, ne vous disent bien évidemment pas. Lisez à cet égard la presse d’opposition dans des pays que vous estimez être dirigés par des « tyrans », tel le Cameroun, et vous verrez que vos propres journaux sont carrément couchés devant vos élus. Comme vous d’ailleurs qui les reconduisez perpétuellement en ne changeant réellement que leur appellation entre deux partis aux idéaux guerriers identiques : Martine Aubry, patronne du PS, a approuvé sans réserve les deux interventions françaises en Libye et en Côte d’Ivoire tandis que pas un candidat n’a présenté, jamais, le désarmement de son pays en Occident. Même les Suisses, à la neutralité connue, dépensent des sommes coquettes pour armer et former leurs milices de défense. Ce, après avoir fourni des mercenaires appréciés à pratiquement toute l’Europe. Et la Suède ?! Egalement neutre, ce pays continue à fabriquer et exporter des armes, des avions de combat notamment. Ce, après avoir ensanglanté toute l’Europe quand tuer était un gage de Paradis pour les Vikings…

    Regardez tant le passé que le présent des Occidentaux et vous y verrez toujours et encore cette manie guerrière ancrée jusqu’au plus petit organigramme d’entreprise de taille moyenne : des grands chefs, des chefs intermédiaires et la troupe. Leurs élections « démocratiques » (entre guillemets car les médias ne sont pas réellement libres) ne font que reproduire ce vieux schéma militaire : « l’obéissance fait la force des armées », une devise qui ridiculise les quelques anarchistes que cette civilisation a tout de même produits quand la pression hiérarchique se faisait trop forte. Et nous, Francs plus que Français, Francs de cette « furia francese », qui continuons à dépenser des centaines de milliards d’euro pour une armée qui ne nous sert à rien sinon qu’à suppléer les Américains. Dans un monde où la vraie compétition est économique et, bientôt, culturelle : même les Socialistes français ont abandonné les grands héritages et des Révolutions françaises, et des inventions du socialisme démocratique. Quand je pense que c’est un Sarkozy qui fit référence à Jaurès, l’ennemi des guerres, lors de la campagne électorale de 2007 ! Qu’est devenu la culture française aux mains des financiers et des commerciaux sans qu’une voix, à gauche et hors le petit épisode Lang des années 1980 (le prix unique du livre), ne s’élève contre cette boucherie, ces livres signés par des gens du show business quand écrit à toute vitesse par des « nègres » et « négresses » sous-payés ? Je me rappelle à cet égard la réunion que j’eu avec mon éditeur, son distributeur et les commerciaux du dit distributeurs, après la sortie de mon livre « Un crime médiatique contre l’Afrique » « Pourquoi ne pas continuer à faire des livres de photos ? » s’insurgea le distributeur devant mon éditeur médusé. Les Socialistes, alors très anti France/Afrique, ne pouvaient accepter que l’Afrique se développe en dépit de dirigeants dénoncés comme tyranniques et incompétents, mon livre étant présenté comme un livre « fasciste » (le distributeur me dit carrément : « on vous connaît, vous les Lepénistes ! ») C’est dans ce merdier puant qu’est tombée notre culture littéraire, bien incapable aujourd’hui de publier un Voltaire ou un Camus. Des gens qui n’aimaient pas la guerre…

    Nous n’arriverons à rien tant que nous serons liés à ces réflexes guerriers, réflexes qui nous font jusqu’à accepter benoîtement que nos principaux médias écrits soient entre les mains de marchands de canons et que nos principaux média non écrits soient entre les mains d’un bétonneur et d’un marchand de hamburgers (dangereux pour la santé d’ailleurs, la chaîne Quick des frères Frère ayant quelques décès récents à son actif) Qu’attendre « d’intellectuels » qui n’ont que le fric de la pub en tête ?! Qu’attendre de commerciaux qui ne pensent qu’à gagner de l’argent le plus vite possible et sans avoir à se donner de mal ?! Un livre a tout de même été publié (à compte d’auteur) pour vous aider à vous sortir de la chose militaire : « Il faut supprimer l’armée française » (Editions Dangles, collection Vivre Demain, 18€) Mais personne n’en a bien entendu parlé alors que le contenu est d’une très grande intelligence et d’une lecture plus qu’aisée. Chomsky, ce linguiste américain anti guerre, subit un bien meilleur traitement aux Etats Unis, preuve que nous sommes nettement moins à l’aise que les Américains avec la contradiction profonde : nous ne tolérons que la contradiction superficielle et nos médias préfèrent se soucier de la publication ou non de Céline plutôt que de la paupérisation croissante de la plus grande partie des habitants de notre pays, paupérisation dont plus personne ne parle vraiment en dehors des partis dits « extrémistes » De même que vous ne trouverez guère de commentaires, au sein même du PS, sur l’ultra rapide démolition de notre droit social sous le régime de Sarkozy. Comme si les « sages » qui nous gouvernent ou aspirent à nous gouverner étaient parfaitement d’accord sur le processus, la « troupe » devant de toute évidence être un peu malmenée pour devenir efficace…pour enrichir plus les riches !

    Car le fric est, finalement, tout ce que nous retenons aujourd’hui du développement de l’humanité. Une valeur que nous voulons apporter au Monde et pour laquelle nous engageons nos armées, nos avions de combat et nos navires de guerre sur à peu près tous les théâtres d’opération où nous ne risquons par grand-chose. Car notre vertu guerrière actuelle ne ressemble plus tout à fait à celle d’hier : il y manque le courage, fruit d’une dignité qui ne peut exister dans l’argent. Des pleutres surarmés et vautrés dans une abondance factice car seulement matérielle, voilà ce que nous sommes devenus et que des BHL veulent vendre à l’Univers en se prenant pour des penseurs. « Révoltez-vous ! » vient de dire Stephen Hessel tout en applaudissant nos interventions en Afrique. Êtes-vous seulement capable d’imaginer qu’il faut surtout vous révolter contre vous-mêmes ?

     


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :