• La main-mise des Asiatiques sur l'économie occidentale ne fait que commencer

    Pour une renaissance de l’humanisme<?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p></o:p>

    Article 53<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    La main mise des économies asiatiques sur l’Occident ne fait que commencer <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

    Bonjour à tous en ce 5 janvier 2009, jour où je reprends mes écrits sans vous souhaiter de bonne année : l’avenir est en effet trop sombre pour que je me plie à cette courtoisie toute faite. La crise financière s’est en effet et très normalement transformée en crise économique du fait unique des chefs d’entreprise qui n’ont plus confiance : on licencie à tout va en prévoyant le pire alors que le pire n’est pas encore arrivé…<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Pour l’imaginer, ce pire occidental d’horreur, vous devez vous tourner vers l’industrie automobile et être parfaitement lucide : le groupe indien Tata, groupe d’une puissance suffisante pour être à l’abris des coups bas de l’industrie occidentale, a annoncé la création, dans les 4 ans à venir, d’un véhicule automobile de grande consommation (j’y reviendrais) dont le prix devrait tourner autour de 2000 $. Soit environ 1200 €…<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Vous rigolez : vous avez tort. Car le marché indien est supérieur à 200 millions d’acheteurs potentiels à ce prix. C’est ce qu’on appelle « l’effet de masse » qui a fait la grandeur de l’Amérique avant d’être remplacé, dans tout l’Occident omnubilé par la richesse personnelle, par le système du « Happy few » et des « séries limitées » : en quelques décennies présidées par des Thatcher, Reagan, Bush et, chez nous, Sarkozy, l’Asie a récupéré plus que l’essentiel des fabrications de masse. Soit un ou deux modèles au plus fabriqués à des millions d’exemplaires. Tandis que nos fabrications de luxe s’envolaient, elles, fondées toutes sur le « happy few » hors de prix. Tout cela a pu se perpétuer deux petites décennies durant du fait du recours massif au crédit remplaçant la hausse des rémunérations populaires (seuls les cadres supérieurs ont pu s’en tirer) par des crédits démesurément risqués : dans l’immobilier, exemple phare, la durée maximum des emprunts est passée de 15 ans à…40 ans tout en éliminant définitivement les taux d’intérêt fixes : les gens s’endettaient pour la moitié de leur vie sans connaître à l’avance les mensualités qu’ils auront à payer si l’économie merde. Elle a merdé et les pauvres emprunteurs se sont retrouvés devant des paiements mensuels doublés par rapport à ce qu’ils payaient dans les bonnes années (les taux d’intérêt occidentaux ont plus que doublé entre 2003 et 2007, sachant que, sur 40 ans, les intérêts sont nettement plus important que le capital) Bref, nous sommes, nous Occidentaux tout seuls, dans un caca pas possible du fait de notre élitisme forcené alors que, je vous l’ai dit, le pire reste à venir.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Revenons à cet égard sur notre bagnole indienne à moins de 1500 € l’unité. L’engin sera doté d’un moteur hybride essence air comprimé des plus performants (licence française refusée par nos deux « grands » constructeurs) et fabriqué d’abord pour la consommation indienne (soit plusieurs centaines de millions d’acheteurs potentiels). L’ingénieur marseillais qui a conçu le toutim n’a vendu sa licence que pour l’Inde qui n’a donc pas le droit d’exporter. Ca tiendra 8 ans au mieux (le brevet a été déposé en 2006) Si bien que nous avons toutes les chances de voir arriver la bagnole vraiment pas chère à partir de 2015-2016 au plus (les Indiens paieront ce qu’il faut pour obtenir une licence plus élargie dès que la validité du concept aura été vérifiée sur le marché intérieur) Et que se passera-t-il alors, je vous le demande ?! Un peu de jugeotte suffit ici : d’abord un succès commercial sans précédant en Europe (l’Amérique a déjà connu, elle, le phénomène et le succès sera égal si ses fabricants ne réagissent pas dès aujourd’hui) puis, quelque temps seulement après, la disparition des garages (et donc des points de vente automobile qui passeront irrévocablement aux grandes surfaces), incapables de survivre face au phénomène du « acheter jeter » : leurs réparations seront bien trop chères, comme elles le sont aujourd’hui avec la protection des fabricants occidentaux, par rapport au prix d’achat d’une véhicule indien neuf.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Admettons que l’Europe s’insurge et instaure un droit de douane de 100%, voire 200% sur l’importation des bagnoles étrangères. En étant donc obligée de se retirer de l’OMC avec toutes les conséquences sur ses propres exportations. Notre bagnole indienne passera donc de 1 500 € l’unité HT à 3 000 ou 6 000 €… Est-ce que ça suffira à changer la donne, soit le refus de payer des sommes folles à votre garagiste alors qu’il est plus que certain que d’innombrables mécaniciens se mettront à leur compte sur Internet, sans les charges qui pèsent sur les entreprises. Les garages, même en étant protégés, n’y survivront pas, leur cassage de gueule accroissant phénoménalement le nombre des indépendants acceptant de réparer directement chez les gens pour des prix dérisoires. <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    On dit que « gouverner, c’est prévoir »  A cet égard, êtes vous vraiment content de vos leaders politiques, que vous soyez à droite ou à gauche ? Lequel d’entre eux a pris la mesure du vrai problème (des centaines de milliers d’emplois supprimés, sans compter l’effondrement des compagnies pétrolières : l’air comprimé ne coûte rien et le moteur hybride inventé par notre Marseillais ne consomme que 30% d’hydrocarbures…) ? Nous sommes déjà dans la merde à cause de notre élitisme crétin (et purement occidental) et nous allons l’être de plus en plus car aucun d’entre vous n’ose aller à l’extrême gauche où l’élitisme est interdit (sur le papier. Dans la réalité, c’est toujours les mêmes qui s’y collent)<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Sachez que, pour ma part, j’ai rejoint le parti de Mélanchon (« Parti de Gauche ») car le dit Mélanchon est un démocrate, qui plus est dépourvu de tout charisme : on sait donc qu’avec lui, on a plus de chance qu’avec les trotskistes de déboucher sur le marché de masse, la seule option qui reste à l’Occident : mettre sur le  marché un véhicule à peine plus cher que le véhicule indien mais bourré de technologies. Je n’y crois guère mais comme il faut bien faire quelque chose, j’ai adhéré au parti de Mélanchon (c’est pas cher) en me disant que c’était le seul à pouvoir, éventuellement, faire quelque chose dans notre pays…<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    N’oubliez pas à cet égard que si l’automobile se casse la gueule en France, c’est plus qu’une récession qui en sortira : probablement une révolution violente qui nous renverra à des années lumières de la modernité. Serez vous assez courageux pour voter pour le marché de masse ?!<o:p></o:p>


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :