• La vraie guerre économique

    Qui vend quoi dans le Monde ?

    Il y a à peine un quart de siècle, Japon et Occident dominaient outrageusement le commerce mondial.  La situation est totalement différente aujourd’hui

     

    Dans un article précédant, j’avais démontré comment le déclin de l’empire occidental s’était accéléré au cours de la dernière décennie. Voici aujourd’hui la traduction de ce déclin, soit la maîtrise des principaux marchés mondiaux par d’un côté les pays riches et, de l’autre, les pays en développement. Le constat est terrible : les Aryens et les Nippons ne contrôlent plus qu’une petite trentaine de productions dans la nomenclature onusienne, contre un peu moins d’une quarantaine du côté des pays en développement (dont les pays émergeants comme la Corée du Sud, le Mexique ou le Brésil) Qui plus est, la quasi-totalité des matières premières en dehors du charbon est entre les mains des pays en développement. Or on a vu que les termes de l’échange s’étaient profondément et durablement inversés entre les productions industrielles et les dites matières premières, conférant à leurs détenteurs une formidable rente de situation qui avait abouti à un profond et tenace déficit commercial des pays riches ainsi qu’à l’obligation pour leurs Etats d’accroître leur endettement jusqu’au déraisonnable.

    Certes et c’est de notoriété publique, les pays développés conserves de belles niches industrielles, dont l’automobile, les avions ou la construction ferroviaire. Les produits médicaux également, dont les produits pharmaceutiques tant médicaux que vétérinaires. Ils n’ont pas encore perdu les plastiques grâce à leur recherche & développement. Ils ont aussi de très beaux restes dans la chimie et se défendent bec et ongle dans l’aluminium, cet ingrédient roi du packaging alimentaire. Bref et si on ne voyait pas le passé en perspective, ces vieux pays paraissent encore assez beau. Mais il y a la perspective du passé…

    Qu’on songe par exemple à des produits qui n’apparaissent pas dans les tableaux, tels la viande et le blé. Les Américains et les Européens sont les maîtres de ces marchés depuis des siècles. Il n’empêche que cela aussi est en train de changer avec les viandes asiatiques et, surtout, la croissance du riz dans la consommation humaine mondiale. On voit dans le tableau n°3 que, si les matières premières sont encore vitales pour les pays en développement, bon nombre de productions tout ce qu’il y a d’industrielles le sont également devenues : à commencer par les instruments d’optique (Chine et Corée du Sud surtout), le textile bien entendu, mais aussi une grande partie de l’électronique grand public ainsi que les jouets (chine !) et même les…poussettes d’enfant !  

    On voit encore mieux la perspective dans le tableau 1, organisé par rapport aux productions des pays riches : en bas du dit tableau, vous pouvez voir la pression des pays en développement sur les marchés encore aux mains des Occidentaux et des Japonais. Certes, une grande partie de cette pression vient de l’ensemble chinois (Chine, Singapour, Taïwan, Hong Kong), mais la Corée du Sud est loin d’être absente, tout comme l’Inde, l’Indonésie, la Thaïlande, la Turquie, le Brésil, le Mexique, etc., etc. Et ce sont ces « etc. » qu’il faut considérer : l’Europe de l’ouest, l’Amérique du nord et le Japon n’ont pas un seul concurrent à contrer, cet énorme ensemble chinois, mais plusieurs dont la croissance et la taille sont aujourd’hui suffisantes pour susciter la création de grosses entreprises à même de tailler des croupières aux vieux mastodontes multinationaux usés par des directions et un actionnariat prédateurs ainsi que par des restructurations incessantes : dans des marchés neufs comme ceux du continent africain, ces anciennes machines de guerre économique n’ont plus le souffle de se battre contre les nouvelles multinationales issues de l’ex-tiers monde, d’autant que la finance occidentale est loin de parier sur ses propres concitoyens !

    Songez à cet égard et puisqu’on en a beaucoup parlé en France, aux déboires de l’acier hexagonales, jadis fleuron de l’industrie française. L’Indien Mittal s’est emparé en 2006 du conglomérat Arcelor au cours d’une OPA hostile mais soutenue par la « City » britannique. Dès lors, il n’a  eu de cesse de transférer le savoir faire français dans ses sites étrangers puis de fermer progressivement les anciens sites d’Arcelor en France. Fermetures dont les hauts fourneaux de Gandrange et de Florange ont été les oriflammes…  Mittal est brutal, les Chinois le sont moins. De même que les Arabes. Mais le processus est global dans un monde où, du fait du coût des transports, la tendance est aujourd’hui de rapprocher les sites de productions de leurs marchés : même si les Chinois obligent en fait les constructeurs automobiles occidentaux et japonais à fabriquer chez eux, il est de toute façon bien plus rentable de le faire face à un marché de plusieurs centaines de millions de consommateurs potentiels, CQFD ! En ce qui concerne l’acier, puisqu’on en parle, le processus est encore plus important : les hauts fourneaux doivent se trouver près d’une source d’approvisionnement en matières premières (un port par exemple), disposer d’unités de transformation juste à côté (acier plat ou barres) et d’un substrat d’usines utilisant de l’acier également à proximité ou reliable aisément par un transport non onéreux (train ou voie fluviale)

    La macro-économie dépend ici de la micro-économie. Autrement dit et tout comme autrefois d’ailleurs, ce sont les coûts de production, de transport et de commercialisation qui prévalent à la création de zones industrielles d’importance et non plus, comme dans les années 1980 et 1990, quelques fiscalités encourageantes : face à la concurrence acharnée et évidente dans le tableau 1, entre le Nord et le Sud de la planète, pour schématiser à l’extrême, quelques « coups » fiscaux sont insuffisants pour rentabiliser une industrie : les séries ont repris du service (ce que n’ont pas encore compris tous les industriels occidentaux) ainsi que la maîtrise des coûts en aval. Car ceux d’amont, qu’il s’agisse du prix des matières premières ou des coûts salariaux, peuvent difficilement être compressés. D’une part, on l’a vu, les pays riches ne maîtrisent plus les prix des matières premières mondiales en dehors de ceux du…charbon, d’autre part leurs systèmes démocratiques les empêche de comprimer trop durement les conditions de vie de leurs salariés. D’ailleurs, la part des salaires dans les productions des  pays développés a considérablement diminué ces dernières décennies, tombant aujourd’hui sous les 16% du coût total.

    Si les pays développés se mettent eux aussi à « travailler » leurs coûts non salariaux en dehors du phénomène des séries que, eux, respectent, alors toutes les tentatives des pays développés de remonter la pente sont vouées à l’échec dans un marché planétaire mondialisé. Il ne restera réellement à ces pays que l’innovation pour survivre. Or, déjà, la Chine vient de dépasser les Etats Unis d’Amérique en tête des dépositaires de brevets après une hausse de 35% en 2011.  Le quotidien français les Echos avait d’ailleurs calculé en décembre 2009 que sur 6 millions de brevets déposés entre 1996 et 2005, les ¾ étaient asiatiques…

     

     

    Encadré

    Et l’Afrique dans tout ça ?

    Comme vous pouvez le voir dans le tableau n°4, ça n’est guère brillant. Mais l’absence de l’Afrique dans le commerce mondial doit être nuancée. D’abord, le commerce interafricain, très important, n’est pas comptabilisé dans les chiffres de la CNUCED car en grande partie informel. Prenez l’exemple de l’Europe à cet égard : toutes les exportations allemandes dans la zone euros sont ainsi comptabilisées dans les exportations allemandes au niveau mondial. Et l’Allemagne fait 60% de ses ventes à l’étranger auprès de ses partenaires européens… En Afrique, c’est la même chose, sauf que les ventes, par exemple, du Nigeria en Afrique francophone ne sont pas incluses dans les ventes mondiales du pays.

    Le deuxième élément est que les pays développés n’ont pas investi en Afrique. Ils ont même et parfois désinvesti. Si bien que la production industrielle africaine, qui existe, est issue de l’artisanat et est totalement dévouée aux marchés locaux. Vous ne trouverez nulle part par exemple d’exportations de mobiliers camerounais au Tchad. Or les Camerounais fabriquent des meubles qu’ils vendent aux Tchadiens aussi bien qu’aux Camerounais ou aux Gabonais. Mais la fabrication n’est pas répertoriée et ses ventes restent fiscalement invisibles…

    Bref, le tableau 4 ne vous donne que l’idée que se font les Occidentaux du marché africain…

    • Parts des pays développés et en développement, dont l’Afrique, dans les exportations des principales productions mondiales en 2010-2011 (Source : CNUCED et IC-Publications ; en %)

     

    Productions

    Pays développés

    Pays en développement

    Afrique

    Produits médicaux

    92,02

    7,98

    ng

    Automobiles

    82,37

    17,63

    1

    Moteurs à explosion

    78,58

    21,42

    0,5

    Instruments de mesure

    78,31

    21,69

    ng

    Machines outils

    78,1

    21,9

    ng

    Autres produits chimiques

    76,04

    23,96

    ng

    Pièces et services automobiles

    74,25

    24,75

    1,25

    Pompes, compresseurs, filtres

    71,36

    28,64

    2

    films plastiques

    71,05

    28,95

    ng

    Ingénierie & équipements

    70

    30

    ng

    Autres plastics de base

    67,48

    32,52

    ng

    Articles manufacturés sur commande

    66,21

    33,79

    ng

    Moteurs électriques

    64,25

    35,75

    ng

    Autre métallurgie

    64,12

    35,88

    ng

    Pièces en plastique sur commande

    62,51

    37,49

    ng

    Chauffage & climatisation

    62,28

    37,72

    ng

    Aluminium

    60,55

    39,45

    3

    Barres d’acier

    59,78

    40,22

    ng

    Pneumatiques

    58,19

    41,81

    ng

    Produits hydrocarbonés

    57,11

    42,89

    ng

    Circuits électriques

    56,62

    43,48

    ng

    Argent et platine

    56,61

    43,39

    17,5

    Charbon

    55,48

    44,52

    5

    Acier plat

    55,36

    44,64

    1

    Aliments pour bétail hors céréales

    55,16

    44,84

    ng

    Huiles alimentaires

    54,22

    45,78

    1,5

    Polymères d'éthylène

    52,95

    47,05

    ng

    Instruments de musique

    52,64

    47,36

    ng

    Mobilier

    52,5

    47,5

    ng

    Autres équipements électriques

    51,7

    48,3

    1,5

    Autres machines électriques

    51,03

    48,97

    ng

    Fer (minerai)

    48,85

    51,16

    6,25

    Noix fraiches ou séchées

    48,76

    51,24

    5

    Chimie minérale

    48,61

    53,39

    5

    Or et articles en or

    47,89

    52,11

    3

    Pierres précieuses et semi précieuses, perles

    46,63

    53,57

    5,5

    Alcools et phénols

    46,19

    53,81

    ng

    Machines électriques

    46,04

    53,96

    ng

    Pétrole et bitumes lourds

    43,49

    56,51

    1

    Equipements ménagers

    43,07

    56,93

    ng

    Postes de télévision

    41,93

    58,07

    ng

    Appareils musicaux

    41,41

    58,59

    ng

    Poussettes, jouets, articles de sport

    40,87

    59,13

    ng

    Cuivre (métallurgie)

    40,64

    59,36

    4,5

    Autres équipements de bureau

    39,85

    60,15

    ng

    Machines de bureau

    39,45

    60,55

    ng

    Chaussures

    37,39

    62,61

    0,5

    Gaz naturel

    36,41

    63,59

    10

    Valises et sacs de voyage

    34,49

    65,51

    ng

    Equipements de télécommunication

    34,3

    65,67

    ng

    Bobines textiles

    33,6

    66,4

    ng

    Pièces et accessoires pour moteurs

    33,57

    66,43

    ng

    Construction navale

    33,57

    66,43

    ng

    Vêtements femmes

    32,79

    67,21

    2

    Vêtements hommes

    30,47

    69,53

    1,25

    Ordinateurs

    29,9

    70,1

    ng

    Pièces électriques et électroniques

    29,46

    70,54

    ng

    Pièces pour vêtements de marque

    29

    71

    1,5

    Butane & propane

    28,65

    71,35

    13

    Habits faits main

    27,25

    72,75

    ng

    Sucres et miels

    26,25

    73,75

    ng

    Articles textiles

    24,08

    75,92

    ng

    Vêtements tricotés

    22,03

    77,97

    ng

    Cuivre (minerai)

    21,79

    78,21

    1,5

    Instruments d'optique

    18,88

    81,12

    ng

    Pétrole brut et bitumes

    12,41

    87,59

    10

    Huiles et graisses végétales

    10,45

    89,55

    0,5

    Caoutchouc et latex (gomme)

    5,27

    94,73

    4

     

    • Les productions que les pays riches contrôlent encore (extraits du tableau 1 ; en % des exportations mondiales en 2010-2011)

     

    Productions

    Pays développés

    Produits médicaux

    92,02

    Automobiles

    82,37

    Moteurs à explosion

    78,58

    Instruments de mesure

    78,31

    Machines outils

    78,1

    Autres produits chimiques

    76,04

    Pièces et services automobiles

    74,25

    Pompes, compresseurs, filtres

    71,36

    films plastiques

    71,05

    Ingénierie & équipements

    70

    Autres plastics de base

    67,48

    Articles manufacturés sur commande

    66,21

    Moteurs électriques

    64,25

    Autre métallurgie

    64,12

    Pièces en plastique sur commande

    62,51

    Chauffage & climatisation

    62,28

    Aluminium

    60,55

    Barres d’acier

    59,78

    Pneumatiques

    58,19

    Produits hydrocarbonés

    57,11

    Circuits électriques

    56,62

    Argent et platine

    56,61

    Charbon

    55,48

    Acier plat

    55,36

    Aliments pour bétail hors céréales

    55,16

    Huiles alimentaires

    54,22

    Polymères d'éthylène

    52,95

    Instruments de musique

    52,64

    Mobilier

    52,5

    Autres équipements électriques

    51,7

    Autres machines électriques

    51,03

     

     

    • Les productions contrôlées aujourd’hui par les pays en développement (extraits du tableau 1 ; part des exportations mondiales en 2010-2011 exprimées en %)

     

    Productions

    Pays en développement

    Caoutchouc et latex (gomme)

    94,73

    Huiles et graisses végétales

    89,55

    Pétrole brut et bitumes

    87,59

    Instruments d'optique

    81,12

    Cuivre (minerai)

    78,21

    Vêtements tricotés

    77,97

    Articles textiles

    75,92

    Sucres et miels

    73,75

    Habits faits main

    72,75

    Butane & propane

    71,35

    Pièces pour vêtements de marque

    71

    Pièces électriques et électroniques

    70,54

    Ordinateurs

    70,1

    Vêtements hommes

    69,53

    Vêtements femmes

    67,21

    Pièces et accessoires pour moteurs

    66,43

    Construction navale

    66,43

    Bobines textiles

    66,4

    Equipements de télécommunication

    65,67

    Valises et sacs de voyage

    65,51

    Gaz naturel

    63,59

    Chaussures

    62,61

    Machines de bureau

    60,55

    Autres équipements de bureau

    60,15

    Cuivre (métallurgie)

    59,36

    Poussettes, jouets, articles de sport

    59,13

    Appareils soniques

    58,59

    Postes de télévision

    58,07

    Equipements ménagers

    56,93

    Pétrole et bitumes lourds

    56,51

    Machines électriques

    53,96

    Alcools et phénols

    53,81

    Pierres précieuses et semi précieuses, perles

    53,57

    Chimie minérale

    53,39

    Or et articles en or

    52,11

    Noix fraiches ou séchées

    51,24

    Fer (minerai)

    51,16

     

    • Productions exportées par les pays africains (extraits du tableau 1 ; part des exportations mondiales en 2010-2011 exprimées en %)

     

    Productions

    Afrique

    Argent et platine

    17,5

    Butane & propane

    13

    Gaz naturel

    10

    Pétrole brut et bitumes

    10

    Fer (minerai)

    6,25

    Charbon

    5

    Noix fraiches ou séchées

    5

    Chimie minérale

    5

    Cuivre (métallurgie)

    4,5

    Caoutchouc et latex (gomme)

    4

    Aluminium

    3

    Or et articles en or

    3

    Pompes, compresseurs, filtres

    2

    Vêtements femmes

    2

    Huiles alimentaires

    1,5

    Autres équipements électriques

    1,5

    Pièces pour vêtements de marque

    1,5

    Cuivre (minerai)

    1,5

    Pièces et services automobiles

    1,25

    Vêtements hommes

    1,25

    Automobiles

    1

    Pétrole et bitumes lourds

    1

    Moteurs à explosion

    0,5

    Chaussures

    0,5

    Huiles et graisses végétales

    0,5

     


    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :