• Le commerce extérieur africain

    Voir sa face cachée

    La face cachée du commerce extérieur africain

    Christian d'Alayer - octobre 2018

     

    Dans ma jeunesse, trouver le classement des exportateurs occidentaux en Afrique était une recherche facile malgré l'absence d'informatique : tous les ans, les services gouvernementaux français aimaient montrer la prépondérance de l'Hexagone sur l'ensemble des grands pays de l'époque, Etats-Unis inclus. Aujourd'hui, il faut passer des heures sur Internet pour trouver des chiffres : c'est que le commerce français avec l'Afrique s'est littéralement effondré, passant de 30% des échanges du continent avec le monde extérieur en 1960 à environ 8% aujourd'hui. Alors, certes, le "gâteau" est nettement plus consistant en 2018 et la France exporte plus en valeur absolue aujourd'hui qu'il y a un demi siècle. Mais l'ancien colonisateur ne pèse plus grand chose en Afrique hors ses interventions militaires : au rythme de l'effondrement, même cette présence militaire coûteuse deviendra sans intérêt financier, donc pesante, très pesante...

     

    Tout le monde sait que la place de la France a été prise par la Chine au cours des deux dernières décennies, ce que montrent les derniers chiffres publiés par l'OMC (2014) dans le tableau 3. Tableau qui cache une autre évolution, celle d'une Union européenne qui a été doublé aujourd'hui par la même Chine. Tandis qu'au sein de l'Union européenne, la France n'est même plus en tête : elle vient d'être doublée par l'Allemagne , ce que ne montrent pas encore les chiffres de 2017 (tableau 4) L'Afrique bouge très vite actuellement et ses partenaires économiques traditionnels n'ont visiblement pas suivi ses mouvements.

     

    Un autre enseignement important est le développement du commerce intra africain. Il représentait 13% du commerce extérieur du continent en 1995, chiffre déjà très supérieur à celui de 1960, il a dépassé les 22,5% en 2016, hors commerce informel (considérable en Afrique) On voit dans le graphique 3 que l'industrie représente la plus grosse part des échanges intra africains devant les combustibles et l'alimentation : il y a bien sûr des réexportations dans ces échanges, notamment en matière de textile comme on peut le voir sur les grandes places des dits échanges entre pays africains. Mais les industriels locaux vendent aussi leurs productions aux pays voisins. Par exemple, des PME camerounaises écoulent ainsi de nombreux meubles tandis que le Nigeria ou l'Afrique du sud exportent des véhicules montés sur place. L'Afrique du sud d'ailleurs, premier exportateur africain et premier exportateur intra africain vend de même un peu de tout, des produits ménagers aux panneaux solaires. Echappent aux statistiques pas mal de produits alimentaires tels les poissons de mer séchés vendus (massivement !) jusqu'aux confins des pays forestiers. Les frontières intérieures sont en effet moins gardées que les ports maritimes où embarquements et débarquements sont plus aisés à surveiller. Je sais ainsi, par des chauffeurs de camion, que les produits agricoles du Fouta Djaloun exportés au Sénégal payent plus de rackets aux policiers véreux que de droits d'entrée au pays voisin. De nombreux gouvernants se sont attaqués à ces "contrôles" policiers inopinés mais ils représentent plus que la maigre paye de leurs auteurs et si la lutte s'intensifie, elle n'est pas encore gagnée.  

     

    Le tableau 2 montre aussi que l'Afrique du nord perd du terrain au sud du Sahara en dépit des efforts notamment marocains pour s'y implanter durablement. Ce sont incontestablement l'Afrique du sud et le Nigeria qui impérialisent : la RSA au sud et à l'est du continent, le Nigeria à l'ouest. L'Afrique centrale, toute en informel, est sous-représentée dans les chiffres officiels. Mais on sait que les échanges autour du fleuve Congo ont été, sont et seront toujours très importants tandis que les villes frontières camerounaises ne sont pas des villes fantômes. De même que les réputations commerçantes des Bamilékés du Cameroun et des Haoussas du Nigeria sont loin d'être usurpées : il s'agit donc d'un "trou" statistique, l'Afrique centrale pesant très nettement plus que ce que les chiffres officiels laissent penser.

     

    Dernier point et non des moindres à relever, on voit aussi que l'or noir n'est plus le moteur unique des exportations africaines. Le tableau 5 est très explicite à cet égard. Bien entendu, la baisse du prix du pétrole est prépondérante dans ce constat et sa récente remontée devrait modifier le classement du tableau. Il n'empêche que la bauxite guinéenne a -enfin, il s'agit tout de même des plus importantes réserves mondiales !- démarré très sérieusement tandis que l'Afrique du Sud, le Maroc, la Tunisie ou le Ghana ne sont pas des pays spécifiquement pétroliers.

     

    Le temps du "pillage des ressources africaines" semble donc de plus en plus lointain. Les Africains achètent aujourd'hui nettement moins cher en Asie qu'hier en Europe. Et ils vendent aussi beaucoup plus cher leurs matières premières tout en commerçant entre eux de plus en plus , produits manufacturés en tête : l'Afrique de 2018 n'est décidément plus celle des casques coloniaux qu'a arboré malencontreusement Mélanie Trump lors de sa récente visite sur le continent.  Il est dommage que ces évidences restent cachées aux yeux des Occidentaux du fait de médias plus que faibles sur la question...

     

     

    Tableau 1: le commerce extérieur africain depuis 20 ans en millions de dollars

    Source : Database de la CNUCED

    Année

    Commerce interafricain

    Commerce avec le reste du monde

    1995

    13342

    97814

    2000

    13300

    130038

    2005

    28370

    272555

    2010

    71257

    444766

    2015

    67196

    314746

    2016

    62193

    288228

     

    Tableau 2 : Part des partenaires dans le commerce interafricain

    Source : Database de la CNUCED

    1995

    2015

    Afrique australe (18,2%)

    Afrique australe (21%)

    Afrique de l'ouest (16,3%)

    Afrique de l'ouest (12,6%)

    Afrique du nord (12,1%)

    Afrique de l'est (9,4%)

    Afrique de l'est (8,5%)

    Afrique du nord (9,2%)

    Afrique centrale (1,1%)

    Afrique centrale (1,4%)

     

    Graphique 1 : Exportation africaine vers le reste du monde (moyenne 2010 à 2015 en pourcentage)

    Source : Calculs de la CEA à partir des données de la CNUCED

     

     

    Graphique 2 : Importations africaines en provenance du reste du monde (moyenne 2010 à 2015 en pourcentage)

    Source : Calculs de la CEA à partir des données de la CNUCED

     

     

    Graphique 3 : Exportations intra-africaines (moyenne 2010 à 2015 en pourcentage)

    Source : Calculs de la CEA à partir des données de la CNUCED

     

     

    Tableau 3 : les principaux partenaires commerciaux de l'Afrique en 2014

    Source : OMC, Statistique du commerce international 2015, en milliards de dollars US

    Pays/région

    Exportations

    Importations

    Etats Unis d'Amérique

    25

    10

    Union européenne

    139

    41

    Chine

    100

    9

     

     

    Tableau 4 : évolution des parts de marché en Afrique des principaux exportateurs depuis 2001 (en %)

    Source : International Trade center

    Pays exportateurs

    2001

    2017

    Afrique du sud

    6%

    8%

    Allemagne

    1,8%

    7,5%

    Espagne

    2,5%

    7%

    Etats Unis d'Amérique

    8%

    8%

    France

    11,8%

    8,5%

    Inde

    8%

    9%

    Italie

    6%

    8%

    Royaume uni

    4,5%

    4%

    Chine

    2%

    18%

     

    Tableau 5 - Les 10 premiers exportateurs africains

    Source : WTex (World Top export)

    Pays

    Exports 2017

    Evolution depuis 2013

    % du total Afrique

    RSA

    $88.3 milliards

    -7.2%

    19.1%

    Guinée

    $62.1 milliards

    +3,385%

    13.4%

    Nigeria

    $44.5 milliards

    -50.3%

    9.6%

    Algérie

    $35.2 milliards

    -46.7%

    7.6%

    Angola

    $34.8 milliards

    -48.7%

    7.5%

    Egypte

    $25.9 milliards

    -9.9%

    5.6%

    Maroc

    $25.6 milliards

    +16.6%

    5.5%

    Libye

    $17.8 milliards

    -58.3%

    3.8%

    Tunisie

    $14.2 milliards

    -16.6%

    3.1%

    Ghana

    $11.4 milliards

    -10.1%

    2.5%

     


    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :