• Le PS gagne avec les Verts, que se passe-t-il ?

    Le PS gagne avec les Verts, que se passe-t-il ?

    Mai 2011

     

    Paris bruisse actuellement des préparatifs des candidatures socialistes à la candidature : 3 sont déposées (Royal, Montebourg et Hollande) et le doute règne sur les candidats potentiels DSK et Aubry. Peut-être y en aura-t-il d’autres, suscitées pour affaiblir un ou plusieurs des candidats « lourds » ou bien pour faire entendre sa voix dans le PS en vue d’échéances plus lointaines ?

    M’enfin, faut faire avec ce qu’on a pour l’instant, un DSK un peu social-très libéral ou bien un candidat à la bouche en cul de poule toujours écartelé entre sa gauche et sa droite. Comme ce sont tous de joyeux énarques, dites vous d’abord que, lorsqu’il faudra prendre une décision, celle-ci penchera toujours à droite.

    Voici d’ailleurs quelques points importants de la politique française sur lesquels le futur président socialiste devra trancher :

    • Premier point, la participation française aux bombardements et invasions en tous genres des pays à population basanée. Chirac est allé en Afghanistan mais pas en Irak. Et Sarkozy est allée en Libye et en Côte d’Ivoire. Demandez-vous ce que fera le candidat issu des primaires socialistes à ces égards ? En notant que Martine Aubry a approuvé les deux interventions libyennes et ivoiriennes tout en s’associant aux demandes de rapatriement de nos troupes d’Afghanistan de la part de sombres inconnus du PS. Bref, nous suivrons les Américains qui vont bientôt quitter l’Afghanistan mais nous continuerons à nous mêler militairement des affaires africaines, tout cela sous le prétexte d’une sorte de droit d’ingérence « humanitaire » ;
    • Deuxième point, l’Europe libérale. L’euro est dans un caca pas possible avec un pays qui devrait s’en retirer sous peu pour restructurer sa dette (la Grèce), deux autres dont les populations ne veulent rien entendre de l’austérité tandis que leurs dirigeants, même démissionnaires, les vendent à la Banque européenne (Irlande et Portugal) et un dernier peut-être moins « fâcheux », l’Espagne. Que fera notre candidat ? Sortie de l’austérité ou pas ? Hollande, le seul à avoir un peu donné son opinion, partirait d’une réforme fiscale « fondamentale » et qui, pense-t-il, donnerait de l’air à sa politique. Qui resterait parfaitement libérale. Autrement dit, politique étrangère, on l’a vu, inchangée ou presque et quelques aménagements internes à la France de la fiscalité (restant libéral, il ne pourra guère faire du « fondamental » en matière de réforme fiscale, sous peine de voir partir des milliards du pays) Et, in fine, on aura juste la fin des dérèglementations lancées par Sarkozy et encore. On n’en n’est pas sûr tellement la pression de Bruxelles sera « respectée » Quant à revenir sur les saloperies sarkozystes, telle l’allongement de la durée de travail avant la retraite, vous pouvez rêver !
    • Troisième point, l’immigration et la sécurité. Là, les Socialistes vont vouloir faire de la surenchère pour montrer qu’ils ne sont plus « naïfs » Résultat : faudra bien appliquer les promesses électorales et, donc, pas trop changer le dispositif très médiatique mais pas efficace des sortants, avec une seule modification : le retour du flic de proximité… Quant aux immigrés et hors une possible régularisation « festive » (à la suite de la victoire électorale) d’une partie des sans papiers, peu de changement à attendre ;
    • L’Education nationale : là et par habitude, on peut être quasi certain qu’un Socialiste stoppera le non remplacement d’un prof sur deux. Mais quid des autres fonctionnaires ? Faut pas être Einstein pour imaginer une méthode moins stupide de diminution de la Fonction publique : il y a des secteurs moins sensibles que d’autres et où l’on peut diminuer plus qu’ailleurs. Donc un peu plus de doigté dans le sabrage… Mais le Socialiste élu ne changera pas réellement le budget. Il ne coupera par exemple et certainement pas drastiquement dans le budget des armées pour dégager du fric. Ni dans les subventions en tous genres et à objectifs seulement électoraux. Ce, d’autant qu’il aura pour partenaire un gros consommateur de subventions, les Verts, CQFD !
    • La Culture : là encore, le budget ne permettra pas de véritables changements. Et, quand on voit que la bagarre mondiale ne se joue plus aujourd’hui et véritablement avec des armes, mais avec de l’Education et de la Culture, on peut pressentir que l’arrivée des Socialo-Verts au gouvernement ne donnera pas de nouvel élan au pays. Car et en outre, ces Socialo-Verts restent terriblement élitistes alors que l’envol des civilisations asiatiques nous montre que leur secret réside dans les « grandes séries », y compris au niveau éducationnel et culturel.

    Bref et in fine, nous resterons militaristes et arrogants, donc de plus en plus détestés par le Monde non occidental, libéraux donc incapables de résoudre nos propres maux financiaro-économique et juste un peu moins bling bling (quoiqu’avec DSK…) J’espère donc que la gauche dite extrême arrivera à convaincre plus de gents que les Socialistes patentés et que l’extrême droite fera de même vis-à-vis de la droite patentée. Car on aura alors et au 2e tour un véritable choix dans la rupture : une rupture totale d’un côté, y compris dans les domaines économiques et sociaux, ou une rupture seulement nationale de l’autre. Avec deux mondes à l’horizon, l’un de toute évidence plus joyeux et plus culturel que l’autre.  


    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :