• Le souffle de l'enfer

    Le souffle de l'enfer

    Juin 2013

     

    "Bon, Nicolas, tu auras réussi à me dégoûter du Boulevard Voltaire. Déjà que ça devenait de plus en plus monstrueux, jusqu'aux crachats sur les morts et les pauvres, jusqu'à la crétinerie érigée en mode de pensée "normale", là ça donne dans l'ignominie, soit le lynchage d'une personne visée ostensiblement par le pouvoir en place. Alors, Nicolas, moi qui te disais que ta place était plutôt au FG qu'au FN, je reviens sur cette bêtise : non, ta place est visiblement à l'extrême droite, celle de Gringoire et de Minute, celle des dénonciateurs. Soit, tu n'est pas pathologiquement, comme l'immense majorité des Voltairiens, antimusulman. Mais il doit bien rester un vieux et solide corpus d'antisémitisme dans tes fondements idéologiques ainsi que, comme tout bon Français qui se respecte, la croyance qu'entre le singe et l'homme il y a le Noir... Adieu donc, Nicolas. Je ne te lirai plus tout comme j'ai arrêté de lire ton homonyme du nom de Bedos quand j'ai réalisé qu'entre le père et le fils était passée la société de consommation et les privilèges de la "jet set" Je ne te souhaite bien évidemment pas bonne chance : ça voudrait dire que ton engeance l'a politiquement emporté au pays des Droits de l'homme et que la haine a table ouverte à tous les étages. Tu as fini par donner les gages que cette haine exigeait, je renonce, moi, à la combattre, du moins dans ces colonnes. Je m'en vais respirer un air moins vicié..."

    Voilà. J'abandonne le Boulevard Voltaire, ce "chat" créé par deux journalistes d'extrême droite, Dominique Jamet et Robert Ménard pour faire leur promo et celle de leurs idées sulfureuses. Car elles sentent indéniablement mauvais ! Cela va, bien sûr, du refus quasi insurrectionnel du mariage gay  jusqu'au racisme anti-arabe profondément affiché en passant par le refus de toute solidarité entre les hommes. J'ai tenté de faire comprendre quelques éléments basiques de réflexion aux commentateurs de ce site mais la haine est trop forte, trop viscérale : ces gens ne réfléchissent plus, ils se sont forgés des convictions et s'y sont totalement enfermés. Ne reste plus qu'une haine monstrueuse envers tout ce qui ne cadre pas avec leurs croyances.

    Il y a bien eu quelques intellectuels moins catastrophiques. Mais face aux réactions de leurs internautes, ils ont finis par reculer. C'est le cas de ce "Nicolas", pour Nicolas Gauthier, un journaliste d'extrême droite qui progressait dans la voie de l'ouverture d'esprit : il s'est pris des volées de bois vert en série et a fini par rentrer dans l'ordre (nouveau)

    Sachez donc que, derrière les discours rassurants bien qu'anti politiquement corrects de dame Marine se rassemble une lie grouillante de baves haineuses plus proche du nazisme pur que de la démocratie "musclée" d'une droite intransigeante.

    J'ai donc peur. Car, en face de cette néfaste puissance il n'existe plus grand chose : l'UMP s'est enfoncée dans la division durable et éclatera dès que se posera en grand la question des alliances avec le FN. Soit dès l'année prochaine... Le Hollandisme a tué ce qui restait du socialisme solférinien et ne s'en remettra pas non plus : car le fossé est aujourd'hui bien trop béant entre, d'une part un  parti de cadres nationaux carriéristes et locaux magouilleurs et un pays exsangue, laminé par des années de chômage et de promesses non tenues et, d'autre part, entre une majorité plus libérale que sociale et une base de plus en plus révoltée. Il ira comme cela, cahincaha, jusqu'en 2017 où il explosera littéralement après une nouvelle défaite au premier tour de la présidentielle. Car Hollande ne changera pas une ligne à son programme et à la manière dont il l'applique. Il est trop mauvais pour reconnaître ses torts et trainera sa  médiocrité jusqu'au renouvellement de son mandat qu'il n'abandonnera certainement pas entre les mains d'un autre candidat. Ce, quand les Français ne changeront pas non plus leur désamour lucide face à cet immobilisme...

    Quant à la vraie gauche, à laquelle je me rattache et pour laquelle je milite, elle a raté le coche en ne se positionnant pas quasi d'entrée dans l'opposition. Comme son leader, Mélenchon, est détesté en plus par une bonne partie des Socialistes tandis que son discours est plus un discours de rassemblement perpétuel des siens qu'un discours de conquête de nouveaux sympathisants, cette vraie gauche n'arrive pas réellement à percer : au mieux fera-t-elle presque jeu égal avec le PS en 2012. Mais je ne la vois pas arriver au second tour d'une présidentielle.

    Tout se joue en fait sur le discours. Sur les discours plutôt. Car les deux "grands" partis rivalisent de correction politique, soutenant un libéralisme honni par la population française ainsi qu'une Europe carrément détestée et un "couple franco-allemand" auquel plus personne de sérieux ne croie.  Face à cela, le Front de Gauche gesticule tout en tombant dans les pièges pourtant grossiers d'une présidence bien fatiguée (le coup du mariage gay  et  les élections municipales) Alors que le FN occupe, seul, le terrain de la vraie contestation et, ce, sur tous les fronts : Europe, Afrique, chômage, éthique et tutti quanti, tout y passe. Avec le racisme en prime et qui, de ce fait, se banalise. En matière socio-économique, dame Le Pen passerait presque pour une gauchiste !

    Sauf qu'elle est profondément libérale et antiétatique. Son discours n'est qu'un discours et le visage haineux du fascisme n'est que camouflé par ce discours lénifiant. Le redressement de notre pays si meurtri par tant d'années de rapines officielles ne peut passer que par un retour en force de l'Etat dans l'économie. C'est ce message que doit faire passer la vraie gauche. Elle doit quitter le sociétal et l'anecdotique pour, enfin, chercher à rencontrer le peuple. Le vrai, pas celui des associations et des lobbies en tous genres qui l'entraînent dans le faux. Des gens qui en ont marre des interdits en tous genres qui pleuvent incessamment sur eux, qui veulent des changements sans que leur petit capital soit menacé, qui sont fatigués par les grandes messes sociétales à répétitions qui mettent systématiquement leurs comportements personnels en cause et qui n'arrivent pas à faire le lien entre l'avenir de leurs enfants, auquel ils continuent à tenir, et les politiques abstraites qu'on leur soumet. Quand les dites politiques ne sont pas aux antipodes de leurs préoccupations quotidiennes ! Ils veulent par exemple et prioritairement qu'on s'occupe du chômage qui touche leurs enfants et leurs parents et les menace en outre directement. Et on leur sert du mariage gay ! Ils voulaient se débarrasser de Sarkozy, l'agité menteur, et ils veulent maintenant se débarrasser de Hollande, encore plus menteur. Et on leur sert des alliances municipales PS-PC !

    Sommes nous devenus fous ? J'ai écrit plus haut que le discours était essentiel aujourd'hui. Et qu'il avait été gagné par le FN, du moins sa vitrine. J'aurais tout aussi bien pu dire que nous tous, de l'UMPS (l'expression n'a jamais été aussi vérifiée et elle vient du FN...) à l'extrême gauche de l'extrême gauche en passant par les Verts, nous avons laissé un boulevard aux thèses frontistes. Aux mensonges frontistes, car mensonges il y a chez eux aussi : le FN attaque un libéralisme qui est le fondement de sa politique économique...

    J'ai peur donc car la haine peut l'emporter. Imaginer une second tour en 2017 opposant Coppé à Marine Le Pen. Croyez-vous réellement que le "Front républicain" jouera suffisamment pour contrer le Front National ? Le croyez vous sincèrement ? Sachez par exemple que bon nombre d'immigrés africains ont déjà voté Le Pen en 2012 du fait du soutien de l'UMPS et du Parti de Gauche aux interventions militaires françaises en Afrique. Le monde n'est pas peuplé d'idiots mais de gens qui cherchent un peu désespérément à casser la gangue de conformisme qui s'est progressivement formée autour d'eux. Et pour l'instant, il n'y a que le FN à leur proposer de les y aider. C'est une illusion, peut-être, très certainement même. Mais comme personne d'autre ne se présente...


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :