• Les leaders du monde musulman

    Pourquoi existe-t-il si peu de leaders en Islam ?

    Christian d’Alayer – 25 mars 2016

     

    Lorsqu’Hassan 2, père de l’actuel roi du Maroc et Commandeur des croyants, décrète la « Marche Verte » en 1975 pour signifier à l’Espagne que le Sahara occidental est marocain, il n’a guère de mal à mobiliser les 350 000 personnes nécessaire à sa démonstration de force. Et quand, fin 1978, Khomeiny appelle les foules iraniennes à renverser le Shah, c’est par millions que répondent « présent » les fidèles de l’ayatollah. Longtemps avant, en 1956, Nasser avait électrisé les foules et, via la Russie s’interposant, obligé les Français et les Anglais à retirer les troupes qui avaient été envoyées tant pour reprendre le contrôle du Canal de Suez que pour faire rentrer l’Egypte dans le giron occidental. Feu Kadhafi avait aussi séduit, au-delà des Musulmans d’Afrique, des millions d’autres continentaux au point, très certainement, d’attirer les foudres d’un Etat français ne se résignant pas à laisser son air d’influence disparaître sans combattre. Mais peu d’homme (ne parlons même pas de femme en Islam !) ont en fait pu mener les foules musulmanes et encore moins les réformer durablement, du moins depuis les grands ancêtres, à commencer par le prophète Mohamed. C’est qu’on est sudiste, ici, donc clanique et fort en gueule. Le pourtour de la Méditerranée est peuplé d’humains civilisés depuis plus longtemps que la plupart des autres peuples et, de ce fait, peu faciles à manipuler. Hors les paysans non développés et plus à même d’être entraînés dans de grandes aventures telles les hordes napoléoniennes, les grands discours se heurtent toujours à beaucoup plus de scepticisme qu’on ne le croit au nord de « Mare Nostrum » Tenez, Alger s’est piquée de réformes féministes et a donc accueilli dans les rangs de sa Police des jeunes femmes préposées d’abord à des tâches volontiers délaissées par leurs collègues mâles. Dont la circulation. Un cauchemar ! J’ai vu ces pauvres femmes tenter même d’arrêter une file de voiture pour laisser passer une autre file. Un homme aurait déjà eu du mal dans ce pays de durs à cuire. Mais une femme ! Marseille est censée être la ville des magouilles. Un cousin aujourd’hui décédé et qui fut chef d’agence bancaire dans cette cité m’avait raconté qu’il voyait des hommes d’affaire lui présenter des dossiers en béton auxquels il était prêt à souscrire les yeux fermés. Jusqu’au moment où il s’apercevait qu’une infime magouille avait été glissée dans le projet : l’homme d’affaire n’avait pas pu résister ! Et bien le sud de la Méditerranée, c’est la même chose en plus fort. Parce qu’il faut forcément mêler un chef de clan à son affaire, parce que l’initiateur se méfie des autres (souvent à juste titre, notamment vis-à-vis des pots de vin) ou tout bêtement par habitude. Vous voyez, vous, un être capable de transcender ces vies compliquées en les amenant à converger vers un but unique et commun ?! La culture donc des peuples de la Méditerranée ne se prête pas bien à l’avènement de quelques nouveaux messies. Khomeiny et son successeur n’ont pu s’imposer que grâce et aux commerçants traditionnalistes des souks et, surtout, aux campagnes encore plus traditionnalistes et plus religieuses. Les Commandeurs des croyants marocains sont aussi rois et puissants rois, toujours dépositaires de redoutables pouvoirs au sein d’une société terriblement hiérarchisée par le système corrompu du Makhzen (système pyramidale de corruption) Nasser embrassait l’immense manteau de la volonté de revanche de populations jadis maîtresses du monde puis colonisées. Tout comme Kadhafi… C’est dans ce contexte que les Wahhabites saoudiens ont pu déverser leur poison non pas dans les têtes des masses musulmanes, mais dans celles, déjantées d’immigrés maghrébins de 2e générations rejetés par le système scolaire et ayant préalablement versé dans la délinquance (la prison s’avérant le lien commun à tous les terroristes recensés) Ils l’imposèrent par ailleurs dans les pays conquis par leurs soldats d’autant plus facilement que le pouvoir mis en place à Bagdad rejetait les Sunnites dans une opposition forcément armée et que les Occidentaux cherchèrent par ailleurs à abattre le nassérien Assad en Syrie. Mais je doute que ce salafisme ait aussi pénétré l’âme des Sunnites ainsi libérés du joug de pouvoirs centraux honnis. Qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse, dit le dicton français. Qu’importent les contingences pourvu qu’on ait l’argent et les armes, pourraient dire les généraux de Saddam Hussein renvoyés dans leurs foyers sans soldes mais avec troupes, armes et bagages ! Faut-il donc, pour combattre ce wahhabisme, faire surgir une nouvelle et grande figure de l’Islam appelant cette fois-ci à un Djihad contre les…djihadistes ? Outre le fait qu’on n’en trouvera pas, son besoin ne me paraît pas essentiel : les foules musulmanes de partout ne sont pas salafistes. Point n’est besoin de les immuniser contre la doctrine folle de bédouins qu’elles exècrent en grande majorité. Les Musulmans aiment la culture et, pour eux, l’Egypte a été et reste encore le « phare » Il suffit de combattre…l’Arabie saoudite et encore mieux car ça n’entraîne pas de morts, le pétrole. Supprimez l’importance du pétrole dans le monde et, pfffuit, l’influence wahhabite s’évapore avec leur argent. Le bon discours à tenir en Europe est donc un discours violemment anti-saoudien, que cela plaise ou non à nos élites corrompues par le fric. Et les foules musulmanes se feront un plaisir d’en rajouter ! Mais que demander à des dirigeants européens qui ont mis à leur tête l’ancien premier ministre d’un paradis fiscal ? Ils préfèrent encore que prolifère la doctrine qui enfante terroristes après terroristes. Et puis l’OTAN les en empêche aussi : on ne cogne pas sur un allié essentiel des Américains, non mais des fois ! Et voilà pourquoi, Mesdames et Messieurs, le terrorisme en Europe n’est pas prêt de finir…


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :