• Les religions ne sont pas crédibles

    6) Critique des explications religieuses

    Si donc le sentiment mystique est présent naturellement chez les humains, qu'en est-il des théories mises en avant par les principales religions du monde ? Peut-on croire par exemple que les humains ont adhéré de manière innée à la métempsychose, à ces réincarnations continuelles jusqu'à ce que la sagesse permette la fusion avec Dieu ?! Ou bien peut-on croire avant même de savoir parler que, selon nos actes, notre âme finira en Enfer, au Purgatoire ou au Paradis. Dans lequel règne Dieu, ses archanges et ses anges ?! Ou bien que le Paradis est un lieu peuplé de vierges et de fleuve de lait, de miel et de vin qui n'enivre pas ?! Non, bien sûr : il s'agit, "révélées" ou pas, de constructions humaines. Preuve ? Elles diffèrent selon les lieux et les cultures. Ainsi peut-on voir une communauté d'origine entre Zoroastre, Babylone, l'Egypte et les religions du Livre. De même la métempsychose emplit-elle toute l'Asie de l'est de ses croyances multiples. Les religions sont encore trop ancrées dans l'inconscient des gens qui n'y croient même plus que l'idée de simples constructions humaines à partir d'un mysticisme inné ne les effleure toujours pas.  Et pourtant ! :

    - Je commence par l'Islam qui présente, de fait, une particularité propre aux trois religions dites "du Livre" (la Bible) mais ici plus aisément critiquable que les deux autres : elle est née dans les sables du désert, des songes d'un homme qui parcourut des années durant le dit désert avec ses caravanes commerciales. Il ne pouvait donc  ignorer ni le Judaïsme, ni le Christianisme dont l'Islam s'est abondamment servi. Les prophètes juifs vécurent eux aussi dans des contrées arides désertiques ou quasi désertiques et Jésus ne fut lui-même, rapportent ses disciples, qu'après avoir vaincu Satan dans...le désert. Amin Maalouf, dans une biographie de Manu, le prophète du Manichéisme, rapporte que le désert a toujours engendré un mysticisme exacerbé. Dont sortirent moult religions et sectes : dans tous ces cas, il s'agit bien de créations humaines à partir de périodes intenses de mysticisme. Mohamed rêvait, on rapporté ses proches. Et révélait au petit matin le contenu de ses rêves, le fameux Coran. D'où d'ailleurs, en aparté, l'idée solidement implantée chez les Arabes que les rêves sont porteurs de vérité. Alors qu'on sait aujourd'hui, médicalement, qu'ils ne font que tenter de réparer les stress de la journée passée. Personne n'ose mettre ce processus nocturne en cause : c'est bien un archange qui délivrait ses messages à Mohamed via des rêves. Jadis, les Grecs crurent dur comme fer que Zeus se déguisa en cygne pour séduire la mortelle Léda... Pourquoi, en lisant le Coran, ne pas imaginer même que Mohamed puisse penser par lui-même ? Ce pourquoi d'ailleurs l'écrivain pakistanais Salman Rushdie écrivit ses Versets sataniques qui lui valurent fatwas sur fatwas et la nécessité de se protéger contre les fous de Dieu. Avait-il tort ? Quand on lit le Coran (ce que j'ai fait de nombreuses fois), on voit assez vite qu'un nombre assez importants de versets sont carrément faits pour empêcher les femmes de s'opposer au départ à la guerre de leur mari. Ca va de l'infériorité féminine à la protection des femmes et de leurs enfants si le mari meurt au combat (l'obligation pour le frère du défunt de s'occuper de sa veuve) Dieu aurait-il réellement dicté cela ?! Car, sur le reste, on retrouve les mêmes bases que dans toutes les religions : la paix civiles. Avec ici, l'Islam étant plus récent que ses congénères, des considérations économiques précises. Et que l'on peut résumer par la modération. Ainsi l'homme riche doit-il donner aux pauvres le superflu, ce que nos Musulmans modernes ont traduit par l'aumône alors que le texte va beaucoup plus loin : on voit, avec l'Islam comme dans toutes les religions, que l'homme ne retient des principes religieux que ce qu'il veut bien retenir. Les Chrétiens, face à l'obligation d'aimer les autres, furent sans doute les pires massacreurs de tous les temps ! Et l'on vient de voir que les Birmans ont abandonné toute sagesse bouddhique pour virer leurs Musulmans. Tandis que les "sages" moines tibétains mirent leur pays en coupes réglées pour vivre à son crochet ...

    - Voyons à présent les enseignements chrétiens, en commençant par l'Immaculée conception. Elle est si improbable, le cygne qui engrossa Léda remis au goût oriental, que même des Chrétiens n'y ont pas crû et n'y croient toujours pas. Plusieurs Docteurs de l’Eglise des premiers siècles tels saint Thomas d’Aquin, saint Bernard de Clairvaux ou saint Bonaventure de Bagnorea ont émis des doutes sérieux, au point que ce n'est qu'en 1854, au 19e siècle après Jésus Christ, que la papauté le décréta. Les Protestants d'ailleurs n'y croient pas ! Les miracles de Jésus, après de nombreuses tentatives d'explications rationnelles, ne résistent plus à l'analyse. Ainsi en est-il de la guérison d'aveugles, d'abord expliquée par le simple lavage des yeux avant d'être carrément abandonnée dans les sermons des prêtres tellement ce miracle est farfelu. La résurrection de Lazare fait encore l'objet de commentaires. Mais aujourd'hui plus pour plaindre Lazare ressuscité que pour expliquer le phénomène. On ne parle plus de même de l'eau transformée en vin que pour défendre l'idée de servir le meilleur vin à la fin. Etc. Les miracles de Jésus sont tellement folkloriques qu'une toute petite minorité seulement y croit encore dans les pays développés. Comment de fait croire à la possibilité de marcher sur les eaux ? La résurrection du Christ est moins critiquable car on peut imaginer une mise en scène de sa mort. Il existe d'ailleurs une curieuse vénération de Jésus en Inde, qui serait mort bien après sa mort romaine et après avoir fui à l'est... Plus généralement, on sait qu'une seule mention de Jésus est faite de son temps : celle de Flavius Joseph qui écrivit la principale histoire des Juifs pendant la domination romaine. Quelques lignes pour signaler que ce Jésus fut crucifié pour avoir semé des troubles... Par la suite, non ses apôtres, mais des lettrés qui les écoutèrent (d'où les noms des 4 évangiles reconnus par la papauté attribués à des apôtres mais qui ne sont que de "2ème main" pourrait-on dire) transcrivirent-ils sur le papier l'histoire de Jésus et de ses messages philosophiques  telle qu'ils les avaient entendues. Plus d'un demi siècle plus tard quand même pour les premiers évangiles ! On sait qu'il y eut bien plus que 4 évangiles dits "canoniques", ceux retenus par la Papauté : dès le 2e siècle après JC selon des sources sérieuses mais le concile qui confirma ces 4 évangiles date de  363 (concile de Laodicée) Mais il en existe plein d'autres, dits "apocryphes" et qui, souvent, contredisent les 4 officiels. Il existerait même un évangile "selon Judas", l'apôtre qui désigna Jésus à ses bourreaux romains ! Tout cela prouve amplement que ce à quoi croient encore des millions de gens n'est en fait qu'une construction humaine...

    - C'est pire d'ailleurs pour les Juifs : beaucoup croient toujours à des écrits datant du plus de deux millénaires après les faits recensés. La première bible connue, la "Codex Sinaiticus" écrit en grec ancien, n'a que 1600 ans d'existence ! Ce alors que les Juifs datent officiellement la création du monde 4000 ans avant JC ! Ca ne tient pas debout et l'on sait en plus que la transcription de la Bible vient de millénaires de traditions orales. Toutes les recherches archéologiques actuelles prouvent que le récit est totalement, fondamentalement allégorique. L'exode est peut-être plus dû aux Assyriens qu'aux Egyptiens bien que, sur ce point aussi, on n'ait aucune preuve archéologique d'une déportation massive de Juifs à Ninive. Les seules preuves qu'on puisse trouver sont les "emprunts" de la Bible aux peuples du Croissant fertile en matière religieuse, notamment en ce qui concerne le Déluge mais pas seulement. On sent ici l'influence énorme de mythes transformés en Histoire au cours des millénaires. Notons d'ailleurs que les Juifs se reposent religieusement moins sur la Bible que sur ses exégèses, la fameuse Torah.

    - Tout comme les Musulmans se réfèrent moins à la parole de Dieu, le Coran, qu'aux  hadiths, l'explication des versets soi-disant issus de la bouche même de Mohamed mais écrits en fait presque sous la dictée du sultan Omar, 2ème sultan musulman et le plus grand conquérant que l'Islam ait jamais connu (mais décrié par les Chiites qui estiment qu'il a usurpé la place d'Ali ibn Abi Talib, neveu du prophète) Cet immense guerrier réunit 12 érudits pour ordonner les sourates et rédiger les premiers hadiths. Qu'il n'y ait pas mis son grain de sel est plus qu'improbable. En témoigne notamment l'interdiction de l'alcool alors que le Coran n'interdit que la prière sous l'emprise de l'alcool. En fait, l'une des méthodes d'Omar pour conquérir facilement les villes étaient d'en massacrer les élites en montrant leurs têtes coupées : le peuple savait ainsi que ses dettes étaient éteintes avec la mort des créanciers ! Il voulait aussi et surtout vis-à-vis de l'alcool, interdire les pillages et les viols : il ramenait ainsi à l'Islam les populations qu'il conquérait. Ce, quelques décennies seulement après la mort du prophète dont il avait été un proche ! Si les historiens musulmans étaient moins embrigadés, il conféreraient d'ailleurs au sultan Omar une place prépondérante dans la communauté des saints qu'ils reconnaissent : sans lui, l'Islam ne serait pas la deuxième (bientôt la première) religion du monde ! Toujours est-il qu'il est, lui, responsable et du Coran dans sa forme actuelle, et de tous les hadiths attribués à Mohamed. CQFD l encore fallait-il le démontrer !

    - Restent les religions asiatiques. Passons vite sur Confucius, lettré délivrant des messages moraux. Et surtout un message de soumission aux pouvoirs en place d'essence très bouddhiste. Passons aussi sur l'Hindouisme, polythéisme archaïque et comportant toujours un scandale monstrueux, celui des Intouchables. L'Inde, contrairement à une idée répandue par des journaleux occidentaux ignares, reste le pays le plus pauvre du monde. Car, à côté de sa classe urbaine moyenne, coexiste un paysannat archi pauvre et archi exploité. Compte tenu du nombre (1,3 milliard d'habitant dont quelques centaines de millions seulement vivant correctement), le PIB par tête est toujours le plus faible du monde en 2019. Avec  de ce fait une croyance encore très forte dans la religion... Arrivons-en donc au Bouddhisme qui repose aujourd'hui et toujours sur la vie de son créateur, ce fils de roi ayant tout abandonné pour enseigner à son peuple comment...se résigner à son sort ! Car c'est cela, le Bouddhisme. Bouddha a quitté le palais royal et découvert la misère des gens. Et plutôt que de tenter d'y remédier, il a fondé une nouvelle religion sur la manière d'accepter son sort en renonçant à tout. Comme si un Dieu conséquent avait voulu bousiller sa création en faisant de tous les humains des moines ascétiques ! Chers Asiatiques ne m'en voulez pas mais j'un un mal fou à vous croire ! Ca marche encore très fort, ce truc fait visiblement pour les élites, mais l'urbanisation est encore plus avancée en Asie qu'en Afrique. Et le fait que vos militaires aient crû de leur devoir d'intervenir pour maintenir la paix civile prouve que le message est aujourd'hui contesté. Je sais, en écrivant cela, que beaucoup ne seront pas d'accord, endoctrinés par la lecture occidentale d'un Bouddhisme considéré comme une manière moins consumériste de vivre sa vie. Qu'ils discutent avec les Asiatiques ! Des gens qui n'osent pas parler tout comme dans l'ex URSS mais qui laissent entendre qu'il y a beaucoup de choses à dire. Et qui ne se pâment pas du tout devant les Occidentaux s'habillant comme des moines tibétains pour mieux passer à la télé ! Tout en s'alliant avec les élites véganes pour faire poids : ce sont les Hindouistes qui ne mangent pas de bœuf, par les Bouddhistes ! Et encore les Hindouistes mangent-ils des œufs et des volailles et boivent-ils du lait. Ils ne sont même pas végétariens...

    Je pourrais continuer des heures durant à dire ainsi du mal des contenus religieux. L'essentiel réside tout de même dans le fait que ces contenus sont clairement d'origine humaine et non divine. Le plus honnête ici est sans doute Confucius qui ne fit jamais croire que Dieu lui avait murmuré à l'oreille. Mais lui-même ne pouvait s'extraire de son environnement. Ses écrits (car, lui, a écrit) reprennent donc des enseignements préexistants , la plupart d'origine religieuse. 


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :