• Mélenchon doit partir

    Chronique d'une défaite assurée

    4 novembre 2013

     

    Sous ce titre, je ne vais pas vous parler du PS aux prochaines municipales : vous savez tout comme moi qu'il va prendre une claque qui sonnera l'heure de son éclatement. Car, quand les caciques locaux vont se rendre compte de "l'effet Hollande" dans toute sa splendeur, ça va être le "sauve qui peut !" Et la majorité va se retrouver aux pieds d'un Valls conçu alors comme le sauveur suprême tandis qu'une forte minorité va purement et simplement disparaître : un peu à l'extrême droite, un peu moins au Front de Gauche, encore moins chez les écolos ou les radicaux de gauche, le très gros reste dans l'abstention écœurée. Notez qu'aucun de ces impétrants ne se souviendra avoir voté Hollande tant aux primaires socialistes qu'à la présidentielle. Ainsi va le monde...

    Non, je vais vous parler de la défaite assurée du Front de Gauche lors des prochains scrutins :  municipaux, européens puis présidentiel et législatif. Vous le savez déjà, me rétorquerez-vous, le dit Front de gauche plafonne autour de 10% des voix, tout comme Die Linke en Allemagne. Incapable de peser réellement sur le destin de leur pays respectif. Vous le constatez et ne vous posez pas de question, vous contentant d'observer la montée irrésistible -car actuellement, elle est irrésistible- du Front National tant dans les sondages que dans les élections partielles. Et bien je vais tenter ici de vous donner un début d'explication. Manière de vous dire que je vais vous donner mon explication du phénomène.

    Ce, en partant du dernier crétinisme, je ne vois pas d'autre adjectif aussi probant, et de Mélenchon, et de sa ligne politique. Le dernier crétinisme d'abord : cet homme que j'ai beaucoup admiré vient de dire aux manifestants de Quimper qu'ils étaient "des esclaves manifestant pour les intérêts de leurs maîtres" Ce pourquoi il a donné ordre à ses féaux de ne participer qu'au défilé de Carhaix (10 fois moins de participants), totalement gauchiste lui. Explication : à Quimper, les bonnets rouges s'en sont pris à l'écotaxe alors que Mélenchon soutient la dite taxe, fruit du lobbying des écolos qu'il espère ramener à lui pour, enfin, décoller dans les sondages. Tout comme Hollande, le patron du Parti de Gauche n'écoute que ses convictions, à savoir que l'addition de 6 à 7% de "vrais socialistes" et de 2 à 4% d'écolos durs et purs l'amènera au pouvoir.

    Crétin, va ! Et il n'y a pas d'autres mots. Car les écolos ne pèsent plus rien aujourd'hui, sinon le poids de leurs militants les plus engagés. La stratégie est condamnée d'entrée, sur le papier. Ce pourquoi le bon peuple ne croit pas en ce Front de Gauche aussi stupide. Et aussi arrogant : dire de salariés inquiets qu'ils sont des esclaves est une honte et une faute. Une honte car le peuple est peut-être manipulé mais il reste le peuple, souverain et non esclave dans nos démocraties électives. J'ai personnellement ressenti cette agression comme une insulte et ce connard de Mélenchon a perdu la Bretagne en courant après un fantôme d'écologie. Ce qui est donc une faute politique impardonnable. Mélenchon aurait-il oublié les très nombreuses manifestations de l'âme bretonne qui a imposé des voies rapides et non des autoroutes sur tout le territoire (sous une majorité régionale de droite) ou qui a repoussé toutes les tentatives, nombreuses, d'introduire le nucléaire dans la péninsule après l'épisode déjà houleux de Brénilis ? Quimper fut une manifestation plus que populaire et unitaire comme seuls les Bretons savent le faire. Crétins ! Jai presque honte d'avoir renouvelé ma cotisation au Parti de Gauche.

    Cela suffit. Il faut que Mélenchon arrête de couler son propre parti et qu'il se taise, qu'il laisse la parole à d'autres vrais socialistes non obnubilés par une écologie inconsistante et, à la base, réactionnaire. Allez donc voir qui hante l'association Plestin Environnement à Plestin les Grèves. Et quels sont les thèmes des écologistes de Lannion, sacrifiant sans vergogne les Trégorois pour avoir l'air intelligent. L'écologie est une chose trop importante pour être confiée à des écologistes qui se veulent politiques et pour qui l'action précède la réflexion.

    In fine, que peut un mouvement qui fédère des Communistes préférant s'allier à des pseudo socialistes pour sauver quelques places de conseillers municipaux et un Parti de Gauche perdu dans une écologie de pacotille face à un Front National centrant son discours sur les problèmes sociaux du pays ? Et ne traitant pas, lui, les électeurs du doux nom "d'esclaves" Deux points essentiels séparent en fait les révoltés de gauche des révoltés d'extrême droite : la manière de traiter le "quart monde" d'une part et la vision du système économique de l'autre (libéralisme à l'extrême droit, Etatisme à l'extrême gauche) Il suffisait d'expliquer, patiemment, que la vision de gauche est meilleure que celle d'extrême droite pour grimper dans les sondages. Mais non ! Il a fallu que Mélenchon s'emmêle les pinceaux dans l'écologie d'une part et qu'il fasse étalage de sa détestation du peuple de l'autre. Je suis désolé chers Amis du Parti de Gauche, mais je ne l'accepte pas et, peut-être tout seul dans mon coin, je le censure en lui demandant de quitter la direction du mouvement : il n'en est plus digne et plus capable...


    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    lebouvet
    Mardi 5 Novembre 2013 à 08:45
    Mélenchon,j'ai vu cet homme dés le départ comme un égocentrique ,doublé d'une grande envie de devenir le maitre ,donc un tyran
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :