• Mort aux classes moyennes !

    Article pour le Gri-Gri International, 2008<?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p></o:p>

    Rubrique : Con de blanc<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Mort aux classes moyennes !<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    C’est comme le vol d’un papillon de nuit contre une ampoule de verre chauffée à blanc par le passage d’électrons entre deux iodes : quand on veut dormir, y’en a plus que marre ! Et bien, le Béchir Ben Yahmed, patron de Jeuneu Afriqueu, m’empêche de dormir : voilà trois numéros de sa revue à la merde qu’il répète :

    -         un, que la démocratie, qu’elle est belle et qu’elle est vachement intégrée au « développement », est plus que mise à mal et par le Kenya, et par le Zimbabwe et, surtout, par la Chine. Le Yahmed en est tout retourné, le pauvre !, tout riche et occidentalisé qu’il est, souffrant de ce pauvre Occident empêché de dormir, comme moi mais pour des raisons inverses, par ces attaques contre son éthique ;

    -         deux, que le « Monde », l’Occident en fait, va dans le mur parce qu’il y a trop de monde sur Terre et qu’on ne pourra pas tous les nourrir ;

    -         trois, mais qu’enfin, grâce aux « classes moyennes », on s’en sortira peut-être.

    <o:p> </o:p>

    Le mec, jadis incontestable grand journaliste, est devenu gâteux. « C’est sa femme » (patronne de la pub), disent des gens qui l’on bien connu (et qui ont bien connu sa femme, très belle et très assurée de ses certitudes) Moi, je dis qu’il est devenu riche et qu’il pense comme les riches, point final !

    <o:p> </o:p>

    Car s’il y a un signe qui ne trompe pas à ce sujet, c’est l’appel aux « classes moyennes » : quand la consommation des riches ne suffit plus à justifier les riches, on fait appel aux immédiatement moins riches pour relancer l’économie. Manque de bol, ça ne marche plus aujourd’hui : la crise vient des pauvres qui ne peuvent plus rembourser leurs emprunts immobiliers.

    <o:p> </o:p>

    Bien sur, ça ne touche que les pays riches et, en fait, on s’en fout. Mais le Yahmed, lui, en est tout retourné. Et comme il dirige une revue très connue et soi-disant africaine, on l’écoute. Du moins, les plus cons d’entre vous l’écoutez.

    <o:p> </o:p>

    Je vais vous dire une chose : à partir de maintenant, je vais cesser de m’inquiéter dès que le Yahmed ouvrira sa bouche. Les Occidentaux se cassent la gueule, Ok. Il n’y a qu’une chose qui m’intéresse là dedans : ce concept de « classe moyenne » peut-il être salvateur ? Vos « moyennement riches », autrement dit, peuvent-ils sauver la plupart d’entre vous ?

    <o:p> </o:p>

    Voyez à cet égard comment les Américains sont devenus les maîtres du Monde : avant de consacrer plusieurs centaines de milliards de dollars annuels à leurs armées, ils ont surtout inventé le « marché de masse » : le plus petit ouvrier agricole du Kansas devait pouvoir s’acheter sa maison, sa voiture et sa télé. Ca a marché et formidablement, au point de mettre  50 ans d’évolution économique et culturelle dans le nez des autres humains en quelques décennies. Et puis les Amerloques se sont mis à refaire de l’élitisme, de la « classe moyenne » En moins de trente ans, ils ont perdu leurs demi siècle d’avance. Ca a donné Bush et Ben Yahmed…

    <o:p> </o:p>

    Et les Chinois qui, eux, ont adopté le concept de marché de masse avec un engouement que vous n’imaginez même pas tant vos médias ignore le dit concept. Autrement dit, le salaire des Chinois est très loin d’expliquer la réussite industrielle des Chinois. Mais, chut ! Les riches Occidentaux vous interdisent de comprendre le Monde tel qu’il est en réalité… <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>


  • Commentaires

    1
    visiteur_Renard
    Mardi 6 Mai 2008 à 17:23
    Jouissif...! Merci Christian ;)
    R.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :