• On ne va tout de même pas se faire dicter la loi par des émergeants !

    « On ne va tout de même pas se faire dicter la loi par des émergeants ! »

    (Sarkozy, septembre 2011)

     

    C’est le Canard Enchaîné qui a rapporté le propos tenu par notre président lors du dernier G20. Cela surtout à cause de la position chinoise sur l’endettement des Etats occidentaux. Inquiets, de fait, les Chinois qui détiennent 800 milliards de dollars US et plusieurs autres centaines de milliards d’euro.

    La réaction en dit long sur l’incompétence des élites occidentales face au déclin des pays qu’elles gouvernent. Et plutôt que de chercher les causes du dit déclin afin de tenter d’y remédier, mépriser quasi ouvertement les élites du Sud de la planète, c'est-à-dire conserver l’arrogance des anciens colonisateurs, est la seule réponse : on ne va tout de même pas se soumettre aux diktats des Basanés ! Ca fait salement réfléchir quand on sait que, par ailleurs et bien qu’ultra endettés, les Etats occidentaux entretiennent et perfectionnent des arsenaux militaires phénoménaux, tant au niveau de leurs coûts qu’à celui de leurs pouvoirs de destruction. On est loin ici de la « dissuasion » et les ministères occidentaux de la « Défense » feraient mieux de se renommer « ministères de la Guerre ». Comme au temps des canonnières…

    Mais revenons sur les causes du déclin, causes dont vous avez peut-être entendu parler mais qui ne font pas la Une de nos médias, c’est le moins qu’on puisse dire :

    • La première des causes,  de loin la plus importante, est notre déclin démographique. Moins en France où nos taux de natalité restent positifs que partout ailleurs en Europe, de l’est comprise. Sachez à cet égard qu’il est d’ores et déjà impossible de redresser la situation en Allemagne, en Italie et en Grèce. Dans un demi siècle au plus, le vieillissement de leurs populations sera tel que la vie sera devenue infernale (imaginez une société sans enfant…) La situation est moins désespérée mais tout de même très préoccupante dans les pays de l’est, Russie en tête. Et l’Angleterre aurait bien du mouron à se faire sans ses immigrés… Outre Atlantique, c’est la même chose : les Etats Unis conservent un taux de natalité élevé mais seulement du fait de leurs immigrés. Les « WASP » pour White Anglo Saxon Protestants ne sont plus majoritaires depuis deux ans maintenant, d’où le phénomène du Tea Party, soit le repliement sur soi d’une communauté qui se sent assiégée par des « métèques », les Latinos, aux mœurs et aux habitudes sociales très différentes des leurs : beaucoup moins de laxisme dans l’éducation et un rapport avec l’Etat très différent de celui de gens qui ont bâti leur société contre l’Etat. Bref, le blanc est une couleur en voie de disparition chez l’homo sapiens sapiens…
    • La deuxième cause, beaucoup plus récente celle là, est le renversement total, important et durable des termes de l’échange entre le nord et le sud de la planète : depuis l’intrusion de la demande de ces fameux « émergeants » sur le marché des matières premières, leurs prix se sont envolés. L’inversion a commencé en décembre 1999. Je me rappelle parfaitement qu’à ce moment, le prix du baril avait atteint son plus bas niveau historique, moins de 10 $ Trois mois plus tard, il avait regrimpé à 30 $ pour dépasser à plusieurs reprises les 80 $. En 2008, en pleine crise économique occidentale, il ne descendit jamais au dessous de 60 $. Et aujourd’hui, il oscille entre 75 et 100 $ ! La quasi-totalité des autres matières premières, minières comme agricoles, ont suivi le mouvement : l’or à plus de 1600 $ l’once, le cuivre à plus de 7000 $ la tonne, le cacao à des sommets, tout comme le café… La conséquence fut aussi  mathématique que dramatique : en 10 ans, le déficit commercial occidental global a grimpé à 900 milliards de dollars/an. Les occidentaux s’étaient « goinfrés » des siècles durant avec des matières premières pas chères et ne surent pas –ils ne le savent toujours pas- mieux répartir moins de richesses mathématiques pour mieux supporter socialement ce coup de tonnerre dans leurs économies. Tout au contraire accentuèrent-ils leurs inégalités au profit d’une aristocratie de l’argent complètement folle. D’où les déficits publics causés non par des augmentations de dépenses mais par des réductions d’impôts octroyées aux plus riches…
    • La troisième cause est justement cette incapacité des Etats occidentaux à organiser plus harmonieusement la réduction de leur train de vie. Lancés dans un ultra libéralisme voulant ouvertement une réduction drastique du rôle des Etats dans la gouvernance des économies et des peuples, ils se sont rognés volontairement les ailes et les griffes. Et ne peuvent que faire semblant de se lamenter quand les multinationales délocalisent pour, aujourd’hui, non pas produire à des coûts salariaux très bas (l’automatisation des usines est toute aussi poussée en Chine que chez nous), mais plus près des marchés émergeants et donc non saturés. Sachez à cet égard que lorsque les Chinois fabriquent un cuiseur vapeur électrique, ils ne font qu’un seul modèle à des millions d’exemplaires, vendus 15 € l’unité chez nous. Tandis que nos constructeurs fabriquent 5 ou 6 modèles à quelques centaines de milliers d’exemplaires vendus alors entre 39 et 69 € pièce. Ce, alors que la série fut inventée en Occident, dans les usines Ford… Nos propres multinationales jouent donc contre leurs camps d’origine sans que les Etats dont dépendent leurs sièges sociaux aient un seul mot à dire ! C’est même dingue parfois : regardez le secteur automobile français. L’Etat le sauve de la crise de 2008 en y injectant plusieurs dizaines de milliards d’euros, notamment au travers de la prime à la casse. Trois ans plus tard seulement, nos constructeurs ferment des unités de production en France tandis qu’ils en ouvrent dans les pays émergeants. Ca se passe de commentaires…
    • Dernière cause enfin, l’Occident a perdu tout repère éthique, ces repères bâtis de la Renaissance à la montée du socialisme en passant par l’instauration de la démocratie représentative. La volonté d’améliorer le sort des peuples accompagna les grandes heures de la technologie occidentale mais a disparu aujourd’hui sous les coups de butoir de l’argent roi. Un argent qui s’est d’ailleurs emparé des moyens d’information au point d’abrutir les peuples et de leur présenter la sur consommation comme le nec plus ultra d’une vie bien remplie. Cela explique pourquoi les « méchants » sont reconduits d’un scrutin à l’autre, la perspective d’une vie fondée sur autre chose que la consommation effrayant énormément d’électeurs. Il ne s’agit donc pas que des mœurs des élites ici, mais bel et bien d’une société qui, dans son entier, est tellement dominée par l’argent qu’elle n’a plus aucun ressort face à l’adversité financière. Elle ne sait même pas arrêter ses banquiers de spéculer contre eux-mêmes ! Voir à cet égard leurs « golden boys » jouer contre les bons du trésor italiens ou grecs quand l’établissement qui les emploie en possède pour des dizaines de milliards d’euros est ahurissant. Mais comme leur rémunération est largement basée sur leurs résultats, peu importe que ces derniers soient contraires aux intérêts bien compris de leur banque…

    On voit donc qu’il sera extrêmement difficile aux Occidentaux de surmonter leur déclin : refaire des bébés en nombre ? C’est déjà trop tard… Alors, acceptez l’immigration ? Impossible dans l’état actuel du partage des richesses : les Etats se recroquevillent plutôt. Ré inverser les termes de l’échange ? L’Amérique s’est rendue militairement maîtresse des champs pétroliers irakiens et l’Europe des champs pétroliers libyens. Le prix du baril n’a même pas frissonné. Total a même annoncé des hausses…  La France s’est rendue maîtresse de la moitié du cacao mondial (Côte d’Ivoire) et le premier geste de sa marionnette locale, Ouattara, fut de presque diviser par deux le revenu des paysans. Mais les grands chocolatiers mondiaux vendent leurs productions au même prix. Et les prix de toutes les matières premières n’ont en fait pas baissé d’un pouce…

    L’éthique enfin. Certes, dans tout l’Occident, il semble que les électeurs en aient plus qu’assez du comportement de leurs élites. Tant les rémunérations des grands patrons que les mœurs d’un DSK les offusquent. Est-ce pour autant qu’ils achètent moins de voitures de frimeur ? Est-ce pour autant qu’ils condamnent l’intervention militaire de leur camp dans des pays qui n’ont pas les moyens de se défendre ? Est-ce donc pour autant qu’ils ont perdu l’arrogance que manifestent trop ouvertement leurs présidents ? A ma connaissance, aucun parti français n’a recommandé une diminution drastique des dépenses militaires pour réduire le déficit public. C’est même pire aux Etats Unis…  Adieu donc, toi l’Occident qui fut maître du Monde deux petits siècles durant. Ton empire a sans doute été l’un des plus courts de toute l’histoire de l’humanité. Tu as envoyé des hommes sur la Lune mais le Cosmos, très certainement, refuserait que tu t’aventures plus loin vu ton sous développement intellectuel. Tu t’es servi de quelques élites technologiques pour assoir ta suprématie puis tu as tout donné à tes financiers. Quand je songe que tu n’es même plus capable de regarder au-delà de la journée qui suit le présent ! Dans ma jeunesse, le long terme c’était 30 ans ; le moyen terme, entre 5 et 10 ans ; et le court terme, pas au-delà de 2 ans. Aujourd’hui, rien ne dépasse 10 ans, même l’actuariat, cette mathématique des grands nombres, ne se projette pas plus loin. Et comme tu deviens, si empêtré dans tes lobbies militaro-industriels, de plus en plus agressif, il est grand temps que tu disparaisses. Va ! Je ne te regretterai pas…

     


    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :