• Quelle énergie pour demain ? (débat)

    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p> Pour un retour de l'Humanisme</o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p> Octobre 2008</o:p>

    <o:p> </o:p>

    Quelle énergie pour demain ?<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Voici l’Email que j’ai envoyé à tous mes contacts amicaux en début de semaine. Il parle d’énergie et je pense que vous serez intéressés par l’échange d’idées opposées qui s’exprime entre l’ingénieur d’EDF et une Australienne ingénieur vivant en France :<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    1)     Mon Email circulaire<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Comme tous les médias occidentaux (et d'ailleurs) ont le même langage verdâtre (je dis "verdâtre" à cause des conséquences criminelles du positionnement des verts sur les énergies dites "renouvelables", soit le détournement des huiles alimentaires en carburants ainsi que leur opposition sans réflexion contre le nucléaire), je me permets de vous retransmettre ce message qui est loin d'être exhaustif. Il ne remet notamment pas en compte la déstructuration des Etats due à la déréglementation ultralibérale venue des Anglo-Saxons et étendue au Monde via la mondialisation, déstructuration qui empêche aujourd'hui une réponse planétaire au problème du réchauffement de la Planète Terre (en grande partie naturelle, mais il faut y répondre quand même compte tenu des conséquences pour des centaines de millions d'êtres humains -non Occidentaux il est vrai !) Tout est tellement lié que j'ai décidé de m'associer à ce message venu de toute évidence d'EDF mais qui est tout plein de choses vraies. Je vous salue tous, Christian d'Alayer<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    PS J'ai un Blog : www.dalayer.oldiblog.com  Si vous ne le trouvez pas sur ce lien, faites dalayersurlenet dans votre moteur de recherche…Car, comme je suis pas mal malade (cardiaque, asthmatique et déprimé), je peux surtout vous répondre sur Internet...<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    RPS : Mélodie, la fille d’un de mes cousins germains installé en Australie, est ingénieur en béton et environnement (ça existe là bas) Et elle est écolo militante et, je crois, informée. Je l’aime beaucoup parce que j’aime beaucoup mon cousin et, donc, ses enfants et elle a répondu à mon mail par une longue contestation des dires de l’ingénieur EDF. C’est ce que j’appelle l’anti-thèse après la thèse. J’ai, ex-sciences-po, essayé de faire une synthèse mais vous pouvez tout autant faire la vôtre ou apporter d’autres éléments au débat…<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p><o:p> </o:p>

    2)     Le texte (PDF) accroché<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

    Coup de gueule d’un ingénieur responsable d’EDF concernant le 20 h sur TFI<o:p></o:p>

     (merci de faire suivre)<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Un illuminé a donné une série de leçons sur les économies d’énergie.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Nous prenant pour des débiles mentaux profonds ou des séniles précoces, il nous a expliqué qu’en coupant toutes les veilleuses de nos appareils électriques, nous pouvions économiser jusqu’à 15% de notre consommation.<o:p></o:p>

    Faux : c’est 4 à 5% que l’on peut économiser…<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Il est évident que si la maison est équipée comme celle de l’arrière grand-père, c’est-à-dire juste des lampes et pas de frigo, micro onde, lave linge, lave vaisselle, sèche-linge et j’en passe, car par rapport à la consommation de tous ces équipements, celle des lampes est « peanuts »<o:p></o:p>

    Pour couronner le tout, une brillante journaliste de TF1 (quelle chaîne instructive !) a pris le relais et fait le total des économies pouvant être réalisées selon des critères éclairés : 15% sur les veilleuses + 35% sur les lampes = 50% d’économie d’énergie !<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Elle n’est pas allée jusqu’à le dire mais, nous qui sommes particulièrement débiles, avons deviné que, demain, si nous suivions scrupuleusement ces instructions, on pouvait arrêter la moitié des centrales électriques !...<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Nous avons failli mourir idiot, mais pourquoi ne nous a-t-on pas expliqué tout ça avant !<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Pour continuer dans la débilité profonde, la TF1 girl’s nous a ensuite précisé que pour les 50% restants, on pouvait les alimenter avec des panneaux solaires qui produisent de l’électricité « verte », en illustrant son propos d’une photo d’une belle maison avec un petit panneau solaire derrière.<o:p></o:p>

    Là, j’ai failli chercher une arme, car on n’avait jamais vu un niveau de désinformation pareil, une absurdité aussi monumentale.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    En effet, pour produire ces 50% restants, si on se base sur une consommation moyenne de 6 KWh (un abonnement classique sans chauffage électrique), il faudrait que chaque maison possède 140 mètres de panneaux solaires pour un coût de 89 628 €. Calculez le retour sur investissement !<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Dans le chapitre « c’est bon pour la planète », il convient d’ajouter que les panneaux solaires, on ne sait qu’en faire quand ils arrivent en fin de vie car ils contiennent plein de silicium et autres métaux lourds très polluants.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Ne croyez surtout pas que je sois contre les économies d’énergies. Je suis à 100% pour quand elles sont réalistes. Mais, de grâce, pas d’intoxication de ce type en pleine heure d’écoute, ça frise l’indécence ou la malveillance.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Pour continuer dans l’intox, connaissez vous Biville sur mer en Saine Maritime ? C’est un petit village du littoral près de Dieppe où 6 éoliennes sont récemment sorties de terre. Six engins de dernière génération qui occupent 4 km2 de notre littoral normand et dont les pales culminent à 85 m de hauteur. Chaque éolienne a une puissance de 2 mégawatts…quand le vent souffle fort. Ce n’est pas grand chose comparé aux 2600 mégawatts qui sortent en permanence de la centrale nucléaire voisine. Mais c’est toujours ça, surtout quand il fait très froid !<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Dommage quand même que cette énergie renouvelable soit si chère et non maîtrisable (4 fois plus chère que celle de l’atome) Mais c’est pas grave, EDF a obligation de la racheter (et cher) Mais revenons à nos 6 éoliennes : depuis quelques jours, il n’y a qu’une seule éolienne qui tourne. Les 5 autres seraient-elles privées de vent ? Que nenni ! Du vent, il n’y en a plus depuis plusieurs jours, ce qui est le cas généralement quand il fait très froid ou très chaud. C’est la nature, l’homme ne lui dicte pas encore sa loi…<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Mais alors, s’il n’y a pas de vent, comment expliquer qu’une et une seule des éoliennes tourne ? La réponse est très simple : on veut nous faire croire à fond aux énergies renouvelables. Alors, on n’hésite pas à tricher pour en cacher le mauvais côté.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Ben oui ! Ca ferait pas bien pour les habitants de la région qui n’ont pas encore accepté ça dans leur paysage, que de voir toutes les éoliennes à l’arrêt alors qu’il fait – 4°. Alors, tout simplement, on en fait tourner une…au moteur (oui, c’est possible : en lui donnant du courant !) Ca consomme un peu d’électricité mais ça fait croire que ça produit de l’énergie…<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Il est temps d’arrêter de nous rabâcher tous les soirs à la météo que « c’est bon pour la planète » Parce que là, on ne sait plus ou est le bien et où est le mal. Et on va finir par penser que ceux qui donnent des conseils sont, en plus d’être malhonnêtes ou incompétents, les plus dangereux.  L’électricité dite « propre », sans fumées, sans CO2, sans atome, disponible quand on en a besoin, à un prix qui ne détruise pas nos emplois et notre confort, ça n’existe pas en dehors des centrales hydroélectriques. Dans 20, 30 ou 50 ans, peut-être…<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Dans mon entourage, je ne connais personne qui lave du linge propre. Ou qui met en route son lave vaisselle vide… Alors il est grand temps que nos médias et leurs gilets à rayures serviles qui nous desservent, arrêtent de nous prendre pour des demeurés, avec des reportages orientés, tronqués et des leçons de civisme qui ne tiennent pas la route. <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Ah, oui ! J’allais oublier : j’ai même entendu « l’innocente » Evelyne Délias nous dire, après sa page météo, « qu’il ne fallait pas mettre trop de chauffage dans la voiture car ça consomme du carburant et « c’est pas bon pour la planète » Evelyne, si tu avais pris des cours de mécanique, tu saurais que le chauffage de la voiture récupère la chaleur du circuit de refroidissement du moteur et que, cette eau chaude, il faut absolument la refroidir en la faisant passer soit dans le radiateur principal (celui qui se trouve derrière la calendre), soit dans le radiateur du chauffage de l’habitacle. Sinon, c’est la mort du moteur ! Si cette eau n’est pas assez refroidie, c’est même le ventilateur du circuit de refroidissement qui doit s’en charger en consommant de l’électricité pour tourner ! Et, ça, c’est pas bon pour la planète, par contre.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    On pourrait aussi évoquer les biocarburants, présenté comme carburants « Verts » alors que, s’engager dans cette voie est un désastre écologique et humain à brève échéance : flairant l’aubaine, de grands groupes agroalimentaires défrichent en ce moment des forêts entières et remplacent les cultures destinées à l’alimentation humaine par ces plantations destinées, elles, à la production de carburants « verts » : 50% de la production de maïs des USA aura ainsi été détourné cette année pour cette production, d’où la famine au Mexique, premier acheteur de ce maïs. Vous doutiez vous de cet effet pervers du « biocarburant » ? Mais c’est un autre débat et j’ai des palpitations rien que d’y penser !<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Surtout, surtout, je vous en prie : INFORMEZ VOUS !<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Et diffusez ceci si cela vous interpelle.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

    3)      La réponse de Mélodie<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Bonjour Christian,

    Ca fait très plaisir d'avoir de vos nouvelles!

    Par contre, je ne peux laisser passer un tel message plein de désinformation.

    Je travail dans le secteur de l'énergie, et les économies d'énergie et l'énergie solaire, c'est mon quotidien. Je fais parti des experts et acteurs de l'industrie consulté par la DIDEME (Direction des marchés énergétiques, ministère de l'industrie) lors des consultations sur le coût de revient du kWh photovoltaïque (électricité solaire), lors de la rédaction des arrêtés en lien avec le sujet, et mon chef était l'un des membres actif  au Grenelle de l'Environnement. Je dis tout cela pour vous indiquer que j'ai une certaine expérience et expertise dans le sujet.

    Il est vraie que les journaliste des grands médias se trompe (involontairement, j'en suis certaine) souvent.

    J'ai été régulièrement interviewé par des journalistes qui rédigent des articles sur le sujet, que ça soit pour FR3, TLM, Le Monde, la presse spécialisé (Photon International par exemple) ou la presse régionale/ spécialisé (Science&Vie, Le Progrès, Lyon Tribune, Pèlerin, Que Choisir, Ouest France, France Agricole, du Coté de Chez Vous....) et je peux vous garantir que JAMAIS un journaliste a écrit un article sans faute. Le sujet est technique, et je comprends tout à fait leur difficulté à tout comprendre et tout rédiger correctement. Les erreurs ne sont pas généralement grossières, et l'information la plus importante passe. Mais il est facile pour les personnes ayant une formation technique des les détecter.

    Je n'ai pas vu le reportage en question, mais je prends le temps de commenter une partie de la page de (dés)information de cet ingénieur EDF.  La plupart de ses réflexions ne sont pas justes et il donne des informations qui sont tout simplement fausses, mêlées avec des erreurs technique sur des sujets de base qui me font demander "ingénieur en quoi? Certainement pas en électricité!" .

    Je vous prie d'excuser mes fautes de français, comme vous savez tous, l'apprentissage d'une deuxième langue est souvent longue et difficile et j'ai toujours du mal avec les conjugaisons et accords (j’ai corrigé partout où ça me semblait nécessaire à la bonne compréhension du texte. NDLR)


    Economies possible dues a l'extinction des veilles: 10% (source ADEME, Agence de l'Environnement de la Maîtrise de l'Energie) Bien sur, plus le foyer est équipé en audiovisuel, plus la part des veilles allumées en permanence augmente. J'aimerais bien connaître la source des 2 à 3% cités par l'ingénieur.....

    Economies par remplacement des ampoules incandescentes par des ampoules basse consommation (fluo compactes) : Le calcul est très simple: on remplace une ampoule de 80 W incandescente par une ampoule de 20W basse conso ; on consomme 1/4 d'énergie. Une économie de 75% sur le poste éclairage qui, lui, représente 14% de la consommation d'électricité (hors chauffage & chauffe-eau), ça fait tout de même une économie de 10% sur les usages spécifiques de l'électricité (source ADEME). Je ne sais pas d'où le journaliste avait tiré ses 35%, qui sont aussi faux que le 4% à 5% de cet ingénieur.

    taux de couverture par l'électricité photovoltaïque (solaire) et retour sur investissement moyen des installations photovoltaïque (solaires):

     (passons les erreurs grossières de cet ingénieur (mètres de panneaux au lieu de mètres carré, consommation de 6kW alors que 6kW est une puissance d'abonnement et non pas une quantité d'énergie consommé,  le coût du mètre carré etc.)<o:p></o:p>

    • consommation moyenne approximative hors chauffage et chauffe eau électrique d'un foyer de 4 personnes en France : 3500 kWh  (source ADEME) <o:p></o:p>
    • coût moyen approximatif pratiqué en France pour des installations chez les particuliers : 7,5 euros/kWh installé (source, les centaines de retours par des particuliers concernant leurs devis auprès de mon travail, les études ADEME, les délibérations du Conseil Régional Rhône Alpes) <o:p></o:p>
    • production moyenne d'électricité de 1 kWh de panneaux photovoltaïques : 1000 kWh/an <o:p></o:p>
    • pour produire l'équivalent de sa consommation annuelle, il faut donc installer 3,5 kWh, pour un coût de 27 000 euros. <o:p></o:p>
    • Admettons qu'on ai tous des cumulus électrique, la consommation monte à 5 500 kWh, il faut 5,5kWh, donc un investissement de 42 000 euros. <o:p></o:p>
    • temps de retour : entre 7 et 15 ans en fonction des aides locales et du tarif d'achat.<o:p></o:p>


    Fin de vie des panneaux photovoltaïque (dite "pv" ou "solaires"): les composants principaux des panneaux pv, c'est le silicium et le verre, c'est a dire... du sable et non pas un métal lourd, comme suggère cet ingénieur. Extrêmement nocif pour l'environnement, n'est pas? Pour ceux que ça intéresse, les industriels travaillent actuellement sur un système de collecte des panneaux en fin de vie afin de les désassembler et recycler, et aussi pour se conformer à la directive DEEE. Le plus compliqué, c'est le décollement de la fine couche de plastique sur le dos du panneau. En attendant, un panneau a une garantie de fonctionnement de 20 à 25 ans, et vue que le composant principale c'est du verre, et que ça ne bouge pas, il est fort probable que les panneaux continueront a produire dans 50 voir 80 ans (à des puissance très réduite, certes, mais toujours quelque choses). A titre indicatif, la première cellule fabriquée par les Laboratoires  Bell dans les années 50 produit toujours de l'électricité.

    Obligation d'achat de l'énergie renouvelable par EDF (éolien, solaire etc.) : oui, EDF est soumise à l'obligation d'achat, comme tout les entreprises locale de distribution. Mais EDF est remboursée pour le surcoût de chaque kWh acheté par un fonds de péréquation (CSPE) alimenté par les producteurs d'énergie (les producteurs d'énergie répercutent le coût sur la facture d'énergie des consommateurs). En gros, chaque consommateur paye les kWh renouvelable dans sa facture. Ce n'est pas EDF qui les paie de sa poche!

    "Laver du lige propre": il est certain que ça doit être difficile de trouver des gens qui lave du linge propre, mais il est aussi clair que de très nombreuse personnes lavent leur linge a 90° et 60° ; or, il y a très peu de choses qui exigent, pour des raisons d’hygiène, une lessive à de si hautes températures. Même, je n'ai trouvé qu'une chose : le linge de personnes malades où on privilégie une lessive a 60° voir parfois 90° pour tuer l'essentiel des microbes (et l'on peu ajouter un produit genre Sanytol pour compléter l'action du lavage).

    Une lessive standard à 90° consomme 3 fois l'électricité d'une lessive standard à 30°. Alors oui, il est possible de faire des économies en mieux lavant son linge (source ADEME) !



    Pour le reste de son article, je ne dirai que ceci : le ton dédaigneux et accusateur ne rends pas service a l'auteur, surtout quand on voit le nombre d'informations incorrectes et fausses. Les éoliennes sont un sujet trop vaste pour le temps dont je dispose aujourd'hui.  Dommage qu'il n'ai pas cité de source, on aurait au moins pu croire qu'il avait été mal informé par d'autres.

    Pour ceux qui souhaitent lire d'avantage sur ces sujets, vous avez de nombreuses ressources sur Internet, dont beaucoup sur les sites web de l'Agence International de l'Energie, de l'ADEME et des participants à leurs nombreux groupes de travaux. Méfiez vous des "études" faites par les entreprises commerciales (dont EDF) qui ont un intérêt à vendre leur produit.

    Très spécifiquement sur le photovoltaïque :
    http://www.hespul.org/Vous-cherchez-des-statsitiques-des.html


    En souhaitant une bonne journée bien ensoleillée a tous,

    Mélodie de l'Epine

    <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    4) Ma synthèse

    <o:p></o:p>

    Ma Chère Mélodie, il m'est aussi très agréable de t'avoir au bout du net. Tes arguments sont intéressants et je vais y consacrer un article dans mon blog (dalayer.oldiblog.com) : l'oraison de l'ingénieur d'EDF, tes réponses et mes commentaires : je crois que le solaire a de l'avenir dès qu'il aura remplacé le silicium, très cher,  (je ne parle pas de silice et encore moins de sable : le silicium, c'est un résultat chimico-industriel ultra coûteux), par une autre technologie (pour l'instant et compte tenu des prix de l'énergie, même avec un pétrole à 100 $ le baril, les prix proposés en France pour un équipement sérieux sont beaucoup trop élevés) ; je ne crois par contre et absolument pas aux éoliennes pour la simple raison qu'elles ne peuvent être que rarement individuelles (contrairement au solaire) tandis que l'énergie électrique ne peut être stoquée autrement qu'en chauffant de l'eau, donc toujours hors de portée des individus (il faut de très grandes surfaces) Je crois beaucoup plus à la géothermie mais les forages à prix corrects prendront des décennies. Et, en attendant, il n'y a que le nucléaire qui soit "propre" rapidement vis-à-vis du réchauffement planétaire, une vraie catastrophe celui-là (pense au Bengladesh !), même si, contrairement à ce que disent de nombreux écologistes, il est plus naturel qu'humain : la Terre est sortie de l'ère glaciaire il n'y a que quelques dizaines de milliers d'années tandis qu'une mini ère glaciaire refit son apparition au Moyen Age. Depuis, la Terre se réchauffe naturellement, l'effet de serre n'ayant été qu'accentué (mais pas provoqué) par l'homme. Lequel a perdu des décennies à s'occuper du problème -trop tard d'ailleurs : le Bengladesh est condamné définitivement. Tandis que nos scientifiques occidentaux se vautraient dans l'ozone… Je sais qu'Australienne d'origine, ce problème te touche particulièrement mais je suis désolé de te dire que des milliards de dollars ont été perdus dans cet inutile combat : les océans et mers qui couvrent les 2/3 de la planète lâchent mille fois plus de fluorocarbures que les humains et ce, du fait des éruptions volcaniques sous marines (vois les publications du CNRS à ce sujet). Et l'on ne sait toujours pas si ces émissions sont la cause réelle des trous dans la couche d'ozone terrestre dont les errements sont, pour l'instant, totalement incompréhensibles. Mais il est politiquement incorrect de dire cela car on ne doit pas remettre en question l'autorité des scientifiques...<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Bref, d'un côté on a les industriels (EDF) qui défendent leur bout de gras tandis que, en face, on a les écologistes qui s'époumonent sans résultats. Les deux, à mon avis, ont tort. L'unique solution réside dans une ré étatisation générale du Monde, donc dans des décisions prises par des élus. Et non par des lobbies, qu'ils soient industriels ou associatifs...<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Je t'embrasse ainsi que ton enfant et je salue bien bas ton mari. Embrasse ton père pour moi, Christian d'Alayer<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

    5)      Quelques éléments de réflexions<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    -         La consommation individuelle d’électricité : l’un est l’autre des intervenants a tort. Car cette consommation ne peut être appréhendée que nationalement, pas individuellement. Imaginez par exemple un ménage qui a renoncé au gaz dans un appartement pour le remplacer par l’électricité, qu’il s’agisse de traditionnels radiants ou d’ex nouveaux halogènes ou de tous nouveaux  chauffages par induction. La consommation et son coût à la fois financier et écologique varient énormément entre ces divers types d’énergie de cuisson. Par exemple, le tout électrique est écologiquement supérieur à la cuisson au gaz mais sont prix est nettement plus élevé, qu’il s’agisse d’électricité radiante (la plus chère), halogène ou par induction. Ce, sans compter le poste le plus important, minimisé par Mélodie, le chauffage : aujourd’hui, le solaire n’est pas rentable individuellement car trop onéreux (pour une maison, il faut compter au minimum 30 000 euros d’équipement pour une durée de vie maximale de 25 ans – les données de Mélodie sont des données d’équipements prototypes, hors conditions naturelles. Or vous savez que tous les toits, sans exception, se couvrent de mousse très rapidement…)<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    -         Les ampoules à basses fréquences : il s’agit effectivement d’énergies en moins dans les dépenses. Selon les puissances, on économise de 25 à 50% d’électricité sur nos lampes. Sauf que les ampoules à basses fréquences produisent des micro-ondes sans le panneau de sécurité de vos fours à micro-ondes : il est recommandé (mais personne n’en parle en dehors des revues médicales) de ne pas rester plus d’un quart d’heure près d’une source de micro-ondes. Et vous savez très bien qu’il ne s’agit pas là de conneries : vos oreilles chauffent quand vous écoutez longtemps une conversation sur un portable, autre source de micro-ondes. Bref, les écolos vous mentent aussi quand ils vous recommandent sans mise en garde de remplacer vos ampoules normales par des ampoules à basses fréquences. Et, là, peut importe le gain réel d’énergie : n’équipez pas, jamais, d’ampoules à basses fréquences les lampes auprès desquelles vous restez longtemps stationnés…<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    -         Les véritables énergies propres : l’ingénieur d’EDF vous dit qu’il n’y a, pour l’instant, que l’hydro-électricité. Ce qui est faux : le solaire est propre, comme la géothermie. Mais tout cela n’a guère d’importance dans l’immédiat : car, dans cet immédiat, nous somme confrontés à une hausse du niveau des mers de l’ordre de 1 à 3 mètres dans les quinze ans à venir. Soit une durée bien trop courte pour que l’hydroélectricité, le solaire et la géothermie remplacent les énergies « polluantes ». Nous n’avons, à court et moyen terme, le choix qu’entre le nucléaire et ses déchets emmerdants mais non sources de CO2, et les hydrocarbures. Nous ne pouvons donc, dans l’immédiat, qu’opter pour le nucléaire en faisant tous les efforts financiers pour pouvoir se passer au plus vite du dit nucléaire : recherches sur la fusion nucléaire (propre, elle, mais aujourd’hui incontrôlable), développement des énergies dites de substitution (mais pas le détournement des huiles alimentaires à fin de consommation énergétique : ça, c’est un crime contre l’humanité !), aide aux pays en développement (dont aide financière) pour que leur développement soit le plus propre possible (mais accepterez vous de perdre un peu de votre pouvoir d’achat, dans l’état actuel de la distribution des richesses en Occident, pour permettre aux PVD de se développer sans accroître l’effet de serre ? Je n’y crois guère…), etc. Savez-vous à cet égard que la plupart des écolos, de droite comme de gauche, verraient sans verser ne serait-ce qu’une seule larme, les 2/3 de l’Humanité disparaître plutôt que de les voir fabriquer du CO2 ?! Vous ne me croyez pas ? Interrogez donc vos proches, vous serez surpris…<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

        <o:p></o:p>

    <o:p> NB Sciences&Vie de septembre dernier a publié un article intéressant sur l'accélération du réchauffement planétaire du fait de la...dépollution : la disparition de nombreuses particules réfléchissantes, dont le carbone, permet en effet aux rayons solaires de pénétrer sur la Terre en nettement plus grande quantité. La réponse qu'apportent les scientifiques qui ont fait cette découverte est d'accélérer la décroissance des émissions de CO2 car les particules supprimées tuaient et tuent quand même beaucoup de monde (500 000 par an disent-ils)...</o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p></o:p>



    <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :