• Télépathie

    Télépathie

     

    -  Pourquoi  m'avoir envoyé ce message ?

    J'attendis quelques instants avant de voir s'inscrire la réponse sur l'écran : "Comme ça...Circularisé... Envie de communiquer..."

    Le type était avare de ses mots. Il est vrai qu'une circulaire coûte cher (texte écrit en 1980) Avec, en plus, des taux très faibles de réponse. Alors, forcément...

    - En plus ça ne veut pas dire grand chose, luis dis-je.

    - Le reste... Imaginer...

    Toujours aussi peu loquace, mon interlocuteur en oubliait que les silences aussi sont comptabilisés par les télécommunication.

    - Pas facile à partir de votre phrase : "Télépathie = matière" !

    Le bonhomme s'échauffa quelque peu, enfin : "si télépathie existe, alors E= MC2 doit jouer..."

    - Mais encore...

    - L'onde virtuelle est une énergie. Qui peut donc être transformée en matière en fonction de la vitesse...

    - Trouvez d'abord l'onde !

    - C'est histoire de communiquer. J'en sais rien, moi, de cette onde...

    - Bon, OK. Disons qu'on peut obtenir de la matière. Qu'est-ce qu'on en fait ?

    - C'est là, le "hic" Mais ça doit plutôt être intéressant de voir se matérialiser son subconscient, non ?!

    - D'après vous, ça donnerait quoi ?

    - Vous rappelez-vous ce très vieux film de sciences fiction où l'on voyait une planète détruite par les créations imaginaires d'anciens habitants disposant d'une machine à concrétiser les désirs ?

    - Ouai... Vaguement... Mais je me souviens aussi des démonstrations d'E = MC2, scientifiques celles-là : des particules quasi invisibles pour une énorme masse d'énergie...

    - Et alors ? Les particules seront plus nombreuses ou plus grosses, c'est tout.

    Sombre épicier ! On peut jouer avec ça, créer des fictions sensationnelles !

    - Perte de temps...

    - Je ne vais tout de même pas être obligé de vous faire un cours sur l'utilité culturelle de la fiction !

    - Pas la peine, je connais : de l'absurde à l'évolution des mentalités. Mais ça a déjà été fait et pas qu'une fois !

    - Cent fois sur le métier... La technique est la même, c'est sûr. Mais pas le contexte.

    - Admettons... Nous avons donc la possibilité de matérialiser la télépathie - dont nous aurions préalablement démontré l'essence...

    Allons, bon ! Voilà que mon synthétiseur foire. C'est "existence" que j'ai dit, pas "essence". Encore un coup de 2000 balles, avec ces voleurs de réparateurs imposés !

    - Qu'est-ce que vous avez comme marque ?

    Tiens, il a deviné mon problème... "Peu importe. Pour en revenir à cette matérialisation, que peut-on espérer obtenir ? L'image concrète de la peur, de la colère, du désir, bref de tous nos instincts primaires ? C'est pas folichon comme perspective..."

    - ...

    - Ouh  ouh ! Je cause...

    - Je réfléchissais. Evidemment, vu comme ça... Mais si on pouvait orienter nos pensées télépathiques ?

    - Le génie de la lampe, quoi ! C'est de la régression mentale, ce truc : d'abord des "si" à la pelle, ensuite le vieux rêve du claquement de mains et monsieur est servi... Non merci, ça ne m'intéresse pas.

    - Toujours aussi épicier à ce que je vois. Qui vous parle de fabriquer des richesses à gogo ? Je pensais à la matérialisation de l'amour, de l'ambition, des grands ressorts psychologiques de l'homme. Une fabrication artistique, mieux que de la sculpture.

    - On dit ça et puis c'est le génie oriental qui envahit le monde. Sans compter que l'art, c'est justement l'appréciation par les hommes de leurs sentiments, nobles comme ignobles. Votre matérialisation n'aurait aucun charme : imaginez que vous avez faim, très faim. Vous allez fantasmer sur des plats que vous verrez plus beau que dans la réalité. Que vienne cette réalité et vous contemplerez les restes morbides dans votre assiettes une fois la faim rassasiée...

    - Non, justement. Car l'amour n'est pas la même chose pour tout le monde. Les matérialisations devraient être toutes différentes les unes des autres.

    - Taratata ! Tout juste une centaine de variantes vite répertoriables, classifiables et fichables. Fasciste !

    - Passéiste ! Vous refusez le progrès qui vous fait peur. Peut-être que vos propres sentiments profonds sont, eux, trop laids pour être montrés. Ca n'est pas une raison pour interdire aux autres de le faire.

    - Eh, minute ! Votre machin, c'est de la fiction...

    - Plus paumé que les paumés, le mec ! Tu crois que j'aurais dépensé tout ce fric de communication sans biscuits ?

    ***

    Deux ans, deux longues années à vivre sur mon île soi-disant peinarde. Tout ça pour fuir cette connerie de matérialisation des ondes cérébrales. Des génies des lampes comme s'il en pleuvait, des "artistes" à la mord moi le nœud, une vis totalement imbécile... Des lombrics, voilà ce que les hommes sont devenus, des tubes digestifs et jouisseurs. Plus un pet de spiritualité, rien que de l'immédiat. Tout de même, deux ans, ça fait long ! Paraît, d'après l'audio-visionneur, que des groupes de chercheurs travaillent sur des applications moins débiles. Et si j'allais voir, histoire de me retremper dans le bain de mes semblables ?


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :