• Tueries

    Tueries

    (écrit dans les premières années de la décennie 1980)

     

    -"Oh Otton, nous te vénérons !

    - ... nous te vénérons ", reprit la foule.

    - "Accordes nous ta force!

    - ... Accordes nous ta force !

    - Aides nous à savoir mourir en braves !

    -... Aides nous à savoir mourir en braves !"

    ***

    - Quels cons ! Et maintenant ils vont s'étriper : on n'a vraiment pas le droit d'intervenir ?

    - Non mon pote. Que dalle ! Tu regardes en touriste, de loin. Et c'est pas fini vieux : t'en a pris pour cinq de leurs siècles ! Si t'a signé...

    - C'est pour en chier, je sais, tu te fais lourd. Dis moi, quoi qu'ils en font at home des images qu'on leur balance ?

    - Sais pas. Des études ? Des comparaisons ? Des stat ?

    - Mouai... Je demande à voir : seraient pas un peu vicieux plutôt ?

    - Ah, ça, certainement pas ! Rappelles toi la mission Jupiter : des écolos un brin saldingues, qu'ils avaient envoyés. Qu'est-ce qu'ils ont pris au retour, Nom de Nom ! Doivent encore croupir dans leur placard, les mecs...

    - Exact. Sans compter la mission "Trinité" : eux, ils n'avaient pourtant rien fait de mal.

    - Sauf d'intervenir. Et c'est pas vieux... Bon, ben mieux vaut s'installer en automatique : moi, le carnage, ça me répugne. Même si les gus en bas, c'est pas tout-à-fait du développé : plus proche de l'amas biochimique que du complexe cervical !

    ***

    - Tu sais, je commence franchement à avoir des nausées cosmiques !

    - T'en fais pas, la relève arrive. Encore un tout petit siècle...

    - T'as vu comment ils les occupent, leurs "petits siècles" ! Tu veux un résumé ?

    - Euh...

    - Tant pis, ça t'apprendra à avoir de la commisération à mon égard. Alors voilà : tableau numéro 1, du sang. Tableau numéro 2, du sang...

    - OK mais ça commençait déjà à se réglementer. On a vu les premières trêves.

    - Des clous ! Tu as surtout vu de meilleures façon de se trucider...

    - Et de se protéger, ça va avec...

    - Mouai... Tableau numéro 3, du sang...

    - Voui Monsieur. Mais avec des principes : on ne tue déjà plus uniquement parce qu'on se voit.

    - N'empêche qu'on tue de mieux en mieux...

    - Et qu'on se protège de mieux en mieux.

    - Mystère de l'évolution... Tableau 4...

    - Re voui, mais avec des traités : y'a déjà des périodes où on consent à ne pas se tuer, même si le progrès dans la manière de tuer s'accentue.

    - Tableau numéro 5...

    - Attends que ça se termine, Ducon !

    - Ta gueule !

     

    ***

     

    - T'es sûr que c'est un boulot peinard ? A voir la joie de ceux qu'on a remplacé...

    - Sans doute le temps, cinq siècles, c'est long...

    - Où en étaient-ils quand on est arrivé ?

    - Regardes toi-même...

     

    ***

     

    - Je commences à comprendre la hantise du retour.

    - ?

    - Oui, c'est fastidieux à la longue : le progrès, qu'ils disent. Tu parles ! Des milliardièmes de nanomètres par étape... Combien de temps nous reste-t-il à tirer ?

    - Comme si tu ne le savais pas. Tiens toi peinard, mec, c'est pas fini... Tiens, j'ai repris le système des tableaux de nos glorieux prédécesseurs.

    - Pourquoi "glorieux" ?

    - Parce qu'ils ont réussi à ne pas bouger. Pas comme les autres... Quel sang froid, quand j'y pense !

    - Meuh... Et alors, tes tableaux ?

    - Ah, oui. Bon, ben ils en étaient restés au tableau numéro 5, à peu près un par siècle. On en est au numéro 8 et toujours du sang. Mais les Glorieux avaient de la jugeote : y'a bel et bien une progression concomitante des réglementations et des raisons des tueries. C'est de moins en moins instinctif...

    - Tout doux ! Les procédés croissent tout de même salement vite ! Et si tes réglementations ne suivent pas...

     

    ***

     

    - Je te l'avais dit et même prédit ! S'ils utilisent leurs machines à tuer, tout pète !

    - Les utilisent-ils ?

    - Non, d'accord. Mais le risque est quand même maousse...

    - N'empêche que cette fois-ci, pour que les plus évolués se battent, faut de satanées raisons ! Les autres sont encore technologiquement à la traine, reconnais le...

    - Et si, justement, ces traînards possédaient les armes des premiers ?

    - Je ne sais pas... Il faudrait qu'ils aient en même temps les types pour les faire fonctionner, donc des gens évolués mais fous, complètement givrés.

    - Pas impossible...

    - Reprends tes calculs : et d'un, ça fait trois "si" soit une probabilité très faible. Et de deux, les tableaux s'enchaînent de plus en plus vite. On n'en est plus, loin de là, à un par siècle. Tiens, si tu prends, en pourcentage, la part des décès guerriers dans l'ensemble de la population, tableau par tableau, tu vois que ça chute méchamment.

    - Déconnes pas ! Et le tableau 21 ? Et le suivant, le 22 ?!

    - Le 21, il y avait effectivement un décalage entre les deux évolutions. Quant au 22, tu as pu observer la conjonction des trois "si"

    - Comme quoi, la probabilité n'est pas si faible que ça !

    - Encore plus faible, mathématiquement parlant, puisqu'elle s'est produite une fois...

    - J'attends pour voir. En attendant, s'il te plait, prépares nous une orbite plus lointaine. Des fois que tu aurais tort...

     

    ***

     

    -"Chef...

    - Qu'y a t-il Smith ?

    - Vous pouvez venir voir ?

    Les deux hommes, penchés sur l'imprimante, regardaient s'inscrire les coordonnées d'un objet en orbite non visible par les radars.

    - Qu'est-ce que c'est que cette merde !

    Le chef s'empara du téléphone et appela son supérieur hiérarchique... Ils furent bientôt une vingtaine de galonnés à scruter le  papier informatique sous toutes ses coutures, à vérifier les machines, à orienter les différents radars, balayeurs à laser et autres télescopes perfectionnés. Toutes les hypothèses furent soulevées. On contacta les Soviétiques...qui s'apprêtaient à contacter les Américains. De toute évidence, il ne s'agissait pas d'une nouvelle technologie meurtrière. Personne d'ailleurs ne savait fabriquer sur Terre un engin de cette sorte, invisible à l'œil nu des télescopes. En outre, la conjoncture politique, la possibilité de représailles,  bien visibles elles, les problèmes économiques, tout cela ne militait pas en faveur de la construction de tels engins...

     

    ***

    - Si tu veux mon avis, on est repéré !

    - Incontestable. Prends une orbite encore plus lointaine... Qu'est ce qui est à l'origine de notre découverte ?

    - Probablement un ensemble de facteurs, leurs ordinateurs faisant le reste... N'avons-nous pas des consignes préétablies dans ce cas ?

    - Si. Je crois qu'il doit y avoir quelque chose comme ça, une vieillerie quelconque dans nos tiroirs. Attends, je regarde...

     

    ***

     

    - "L'objet à disparu. L'imprimante ne donne plus rien"

    Les militaires restèrent dubitatifs ne sachant pas s'il s'agissait d'une anomalie informatique -pourtant tout avait été vérifié dans les moindres détails- ou d'un véritable OVNI, le premier enfin et réellement détectable hors atmosphère. Et s'il s'agissait d'un OVNI, devait-on le craindre ou l'espérer ?

    Russes et Américains agirent de concert, mirent en place une commission mixte, laquelle créa un office discret d'observation pouvant se servir de l'ensemble des moyens techniques des deux pays. Et on étouffa tout risque de diffusion de la nouvelle... Il subsista de part et d'autre un "Monsieur OVNII" (Objet Volant Non Identifié et Invisible" ainsi que des consignes très strictes de détection extra-terrestre dans les services de contrôle aérien. Cela facilita un peu le règlement de conflits mineurs dans certaines parties du monde. Pour les autres, les situations objectives locales continuèrent à peser sur le pouvoir de décision des deux Grands.

     

    ***

    (Paragraphe rajouté en novembre 2013)

    - Viens voir...

    - J'arrive. Quoi t'est-ce ?

    - C'est à ne plus rien comprendre : leur monde s'inverse...

    - ?

    - On en était resté à des évolués possédant des armes terrifiantes mais suffisamment sages pour ne pas s'en servir. La seule crainte étant que des non évolués puissent-eux aussi se doter des ces armes.

    - Exact.

    - Ben, à présent, ce sont les évolués qui utilisent leurs armes terrifiantes contre les moins évolués. Je n'y comprend rien !

    - C'est vrai... C'est fou !

    - Et ils ont mêmes des penseurs qui prônent la guerre contre les sous-développés ! Tu te rends compte, même leurs "sages" !

    - Restons sages, nous : on ne va rien faire du tout, comme on nous l'a ordonné. Eloignes nous seulement encore plus. Des fois que les non évolués ainsi maltraités se dotent d'une arme puissante et ne s'en serve immédiatement pour se venger. Car tu avais raison : ils peuvent aujourd'hui construire eux-mêmes de telles armes...

    - Mais ce ne sont pas eux les agresseurs !

    - Tout à fait d'accord. Mais à la vitesse des agressions des évolués, imagines le ressentiment chez les agressés. Et puis on ne peut plus se rapprocher pour des observations plus fines. Donc on ne peut qu'imaginer. Eloignes nous de ce bordel !


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :