• Ukraine : ça craint

    Ukraine : ca craint !

    (27 avril 2014)

     

    Les Etats Unis et son satellite, la France, viennent d’envoyer des troupes à la frontière de la Russie (pour le satellite hollandais, il s’agit de quelques Rafales), tant sur terre que sur mer. Ce, tandis que la Russie a massé des troupes à la frontière de l’Ukraine. Tout le monde sait que ce genre de situation peut déraper à tout moment : souvenez-vous de la flotte française au Vietnam juste avant le déclenchement de la guerre du même nom. Un simple guerrier, l’amiral Thierry d’Argenlieu, estima qu’il était « de son devoir » d’empêcher que les négociations en cours à Paris avec Ho Chi Min aboutissent. Et il ordonna le bombardement d’Haiphong par les navires qu’il commandait. Paris n’osa pas s’opposer au guerrier et une guerre de plusieurs millions de morts s’ensuivit…

    Imaginez le pilote de Rafale soudain aux prises avec un chasseur russe au dessus de la frontière. Qui tirera le premier ?! Ou bien une véritable offensive ukrainienne à l’est du pays, avec, forcément, moult tueries de Russophones : croyez vous que les troupes russes resteront sagement derrière leur frontière ? Non, bien sûr. Et, dans ce cas, que feront les troupes américano-françaises ?

    Et s’il y a engagement de forces classiques, que se passera-t-il ? Tout est possible dans ce genre de situations et je n’accepte pas pour ma part qu’un crétin malheureusement élu au pouvoir suprême en 2012 et ayant depuis perdu toute crédibilité s’arroge le droit d’envoyer notre pays directement au front de cette possible 3e guerre mondiale. Il ne s’agit pas ici d’empêcher que se réédite un 2e « Munich », les Russes ne sont pas des Nazis et Poutine n’est pas Hitler : il défend simplement la sphère traditionnelle d’influence russe, tout comme les Américains sont intervenus à je ne sais plus combien de reprises dans les affaires sud-américaines. Et il n’y a donc pas de raison d’envoyer nos soldats « mourir pour Kiev » avant de voir nos civils peut-être vitrifiés par l’atome russe…

    Sachez que, face à cette nouvelle tartarinade occidental-américaine, les Russes ont commencé à se dégager du dollar en exigeant des paiements en roubles au autres monnaies que le dollar pour leur gaz et leur pétrole (plus de 1000 milliards de dollars d’exportation par an) Et que les Chinois envisagent de faire aussi sortir leurs exportations de la zone dollar. Une réplique que nos doctes économistes ultra libéraux n’ont pas encore prise en compte dans leurs minables prévisions mais qui est, potentiellement, beaucoup plus catastrophiques pour les économies occidentales que l’éclatement d’une très grosses bulle spéculative…

    Bref, nous en sommes à l’étape de tous les dangers, étape bien perçu par le nouveau chef des Catholiques. Dont je doute toutefois que la sanctification de deux de leurs anciens chefs leur permette de stopper leur dégringolade mondiale : c’est que le Catholicisme est perçu par les « Basanés » comme la religion des impérialistes, j’allais écrire des « impériaux » tant les Américains nous ont phagocyté : jusqu’à un traité commercial nous mettant sous le joug de leurs multinationales et de la vision du monde de leur « Tea Party » Si vous relisez mes précédents écrits vous verrez que ma plus grande crainte de ces dernières années était que l’Occident « déclassé » par un ex Tiers Monde plus jeune et plus dynamique, ne se lance dans une agressivité militaire constituant son dernier rempart de puissance. Et bien nous sommes au pied du mur et la plupart d’entre vous n’en ont même pas conscience. Je n’ai encore entendu aucun (aucune) politique ni aucun (aucune) journaliste s’élever contre la politique occidentale en Ukraine. Tout au contraire laisse-t-on les pires crétins déverser leur vielle haine de l’ex-empire soviétique à la radio et à la télé, tout comme aux plus beaux jours de la Guerre Froide. Comme pour nous inciter à aller à l’horreur avec le sourire béat des drogués (de la mauvaise info)

    Je ne crois plus guère en la capacité des Occidentaux, pourris jusqu’à la moelle par la consommation et l’arrogance du tout fric, de réagir. Peut-être qu’une coalition sérieuse entre la Chine et la Russie au plan économique ferait réfléchir Washington ? Et peut-être que la très sérieuse menace de couler le dollar énoncée hier va-t-elle réveiller quelques consciences américaines s’il en reste ?

    Espérons le ; c’est bien tout ce que nous pouvons faire aujourd’hui. Au moins, me dis-je, un Chirac aurait-il eu le cran de dire son fait au militarisme américain (sachant que, lui, n’aurait pas envoyé de Rafale aux frontières russes) : hier, c’est déjà loin…


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :